Témoignage de Marie-Claude : Bébé née à 25 sem (SA), jamais sans mon tire-lait!

Témoignage de Marie-Claude : Bébé née à 25 sem (SA), jamais sans mon tire-lait!

D’aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours voulu allaiter mes bébés… Et j’ai été comblée! J’ai donné le sein à cinq d’entre eux et c’était vraiment le bonheur! J’adorais ce contact peau à peau, j’étais convaincu de leur donner le meilleur aliment au monde et en plus, pas de préparation de biberon ou de formule de lait et pas de nettoyage!!!! J’allaitais partout: en auto, au resto, en visite, au centre d’achat, à l’hôpital… Sans gêne et sans me cacher non plus!

Enceinte de mon sixième enfant, j’avais le même scénario en tête, mais cela ne se passerait pas comme ça…

Ce fut une grossesse difficile parsemée d’embûches! Cerclage du col à 15 semaines (d’aménorrhée – SA), présence de bactéries dans le liquide amniotique vers la 17 ième semaine (donc traitement avec antibiothérapie intraveineuse) et enfin, rupture prématurée des membranes à 21 semaines…

Un gynécologue-chercheur du CHUL s’occupera de moi et de ma puce avec un traitement d’amnioinfusion jumelée à une antibiothérapie intraveineuse solide et prolongera ma grossesse jusqu’à 25 semaines et 4 précieux jours!

Au lendemain de mon accouchement ce fameux docteur me disait: « J’espère que tu vas lui donner ton lait! ». Il m’expliquera à quel point ce lait est important pour ma très grande prématurée! C’est sûr que je vais lui donner mon lait…!!! Je ne savais pas encore ce qui m’attendait à ce moment-là…

J’ai commencé dès lors à stimuler mes seins afin de recueillir ce précieux liquide… Mais sans succès, il n’y avait rien ou presque!

Une conseillère en allaitement est arrivée et m’a rassurée. Le fait que j’ai allaité de nombreux bébés avant, avec une bonne production, c’était certain que j’en produirais pour Emmanuelle, me disait-elle.

J’étais calmée.

Je séjournais au Manoir et empruntais donc le fameux tire-lait tant convoité que me prêtait l’établissement! Le jour c’était le tire-lait de la petite salle du 24 en néonat. et la nuit c’était celui du Manoir. Mon existence était attachée à ces deux endroits! Le jour c’était pas si pire, mais la nuit je voulais mourir! J’avais littéralement l’air d’un zombie dans les corridors pour ceux qui me voyaient me traîner jusque dans le fameux petit garde-robe abritant le tire-lait. Et c’était pas vraiment mieux lorsque je me retrouvais à la cuisine survoltée de lumière pour laver toute la quincaillerie!!

 Mes souvenirs romantiques sur mes allaitements passés venaient de sombrer, à pic!!!

Le lendemain, je m’achetais un tire-lait. Pas n’importe lequel, le meilleur, car ça allait durer longtemps cette routine-là me disais-je alors… Et c’était bien vrai! Et en plus, ça m’a pris de la Dompéridone. Parce que quand t’accouches à 25 semaines et bien ton corps y sait pas que c’est le temps de produire du lait!!!

Et c’est comme ça que les jours, les semaines et les mois se sont succédé !

Emmanuelle a survécu, pas sans misère, avec les soins des docteurs et le lait de maman. J’étais tantôt chez-moi quelques heures pour y voir mes autres enfants et mon mari (domicile à 2h30 de route du CHUL), tantôt sur la route la nuit pour revenir à toute vitesse au chevet de ce si petit bébé adoré, toujours divisée en deux, mais jamais sans mon tire-lait! Je l’ai même oublié, une fois, lors de mon départ de chez-moi vers Québec! J’ai dû rebrousser chemin pour lui et allonger ma route d’environ 1h30! Je rageais!!

Et puis un jour, vers 11 semaines de vie,  j’ai enfin pu penser la mettre au sein cette si petite puce! Les docs me donnaient le feu vert.

Elle était habile pour téter et avait une bonne coordination pour avaler-respirer. C’était le rêve. Mais ça n’a pas duré longtemps… Elle n’engraissait pas assez! Alors on a dû recommencer avec les biberons de lait maternel enrichi, compter les ml bus, donner le reste en gavage, sans oublier de tirer le lait, de laver le foutu tire-lait et donner le sein au travers de tout cela.

À l’hôpital ça pouvait aller même si c’était ardu, mais à la maison le scénario est vite devenu épuisant! J’ai poursuivi cette routine jusqu’à ses 10 mois de vie. J’étais très heureuse de faire tout cela pour elle, elle allait vraiment bien côté santé, mais s’alimenter complètement par elle-même c’était une toute autre histoire et j’étais vraiment fatiguée! J’ai trouvé ça dur de ne pas pouvoir l’allaiter comme je l’ai fait pour les autres, mais c’est ça son histoire. Et c’est tout de même une sacrée belle histoire!  Une puce d’amour, née à 25 semaines, qui comble notre famille et qui s’en sort plus que bien! WOW!!!

Mais j’aime encore l’allaitement! Je n’ai pas perdu cela malgré tout ce que j’ai vécu avec Emmanuelle et j’espère que je pourrai m’y adonner prochainement, avec un septième enfant! Pourquoi pas!!!!

Marie-Claude Campagna, maman d’Emmanuelle née à 25 SA,  Anne-Élisabeth (14 ans), Dorothée (13 ans), Olivier (12 ans), Sophie (11 ans),  Gabriel (7 ans).

marie.jpg
Emmanuelle née à 25 SA (sem. d’aménorrhée) et sa maman Marie-Claude – Photographies privées, reproduction interdite.

Je tiens à remercier particulièrement Marie-Claude pour avoir partager son histoire ! Être maman d’un bébé né prématurément c’est comme être sur un très long parcours semé d’embûches …

Si comme Marie-Claude, vous souhaitez partager votre vécu, n’hésitez pas à me contacter sur ma page Facebook !

signature fond bleu

Une réaction au sujet de « Témoignage de Marie-Claude : Bébé née à 25 sem (SA), jamais sans mon tire-lait! »

  1. Merci pour ce témoignage! J’ai une petite de 2 ans née à 28 sem avec un gros retard de croissance intra-utérin. Je rêvais d’allaiter, mais ma fille a été gavée jusqu’à 7 mois et demi. J’étais à la fois fière de lui donner mon lait (oui je connais la dure routine du tire-lait! Et du lait enrichi jusqu’à 1 an AC!), et en même temps je culpabiliais de ne pas produire plus et de ne peut-être pas avoir assez poussé pour réussir la mise au sein. Bref, de savoir qu’une mère en a allaité 5 avant et a quand même eu de la difficulté avec sa préma, ça met un petit baume sur mon coeur de maman. ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *