Standards de beauté : l’apparence physique au détriment de l’essentiel

Standards de beauté : l’apparence physique au détriment de l’essentiel

La société façonne les croyances depuis des millénaires. De nos jours, nous en sommes arrivés, à prioriser l’aspect physique au détriment de l’essentiel. L’apparence du corps semble être plus importante que la personne elle-même comme si le physique valait plus que la personnalité, les croyances, les valeurs et les convictions d’une personne.

«La beauté c’est quelque chose dans le regard qui exprime l’intelligence,

et l’intelligence c’est quelque chose dans le regard qui exprime la beauté.»

Bernard Werber

La société crée des standards dans lesquels nous devrions nous mouler. Les critères de beauté véhiculés par le petit et le grand écran ou les réseaux sociaux engendrent énormément de complexes et de problèmes psychologiques chez les jeunes filles et les femmes.

Les critères de beauté ont fluctué en traversant les époques. De nos jours, ils font beaucoup de ravages notamment chez les femmes, mais aussi chez les hommes.

Un nouveau problème de santé mentale a été inscrit dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM). La «bigorexie», un trouble alimentaire, fait référence au besoin intense et malsain de se muscler et de participer à des activités physiques afin d’augmenter la masse musculaire pouvant engendrer des problèmes beaucoup plus graves(1). Il est important de prendre conscience que les hommes ne sont pas à l’abri des standards propagés dans la société.

Le poids des femmes enceintes dans la ligne de mire des médias

On retrouve beaucoup de problèmes alimentaires chez les femmes. Les magazines, les vidéos, les médias sont des sources de découragement pour plusieurs femmes face à leur image corporelle. Il peut être encore plus difficile pour les femmes enceintes ou les femmes qui ont accouché de cadrer dans les standards de notre société et c’est une problématique plutôt alarmante. L’image envoyée par les médias est celle de femmes enceintes maquillées, toujours sur leur 31 sans aucune vergeture ou bourrelet.

Les transformations corporelles durant la grossesse et après l’accouchement peuvent être ressenties de manière négative pour une grande partie des femmes. Elles peuvent se trouver moins «belles», «désirables» et «désirées». Il est évident que ce qui est diffusé par les médias peut rendre difficiles l’acceptation et l’adaptation de ces femmes à leur nouveau corps. Les femmes qui ont accouché ont tendance  elles aussi à vouloir perdre rapidement le «petit bedon» laissé par la grossesse. En général, les changements corporels dus à la grossesse peuvent cependant perdurer pendant plus d’une année et il est important d’apprendre à les accepter.

En mars 2015, Sarah Stage une mannequin américaine, a fait la une des tabloïds et suscitait l’indignation populaire en publiant sur son compte Instagram des photos d’elle enceinte de plus de 8 mois et sur lesquelles son ventre était quasiment inexistant. Heureusement l’histoire se termine bien puisqu’elle a finalement donné naissance à un bébé en santé dont les proportions étaient dans la moyenne.

Instagram.com-sarah stage

Mummyrexie

ou quand les magazines people et les réseaux sociaux poussent même les femmes enceintes à répondre aux critères de beautés

Le mot, contraction de maman et anorexie en anglais, désigne un besoin de contrôler son corps malgré un événement physiologique qui entraîne inévitablement une prise de poids.

« Et toi ? Tu as pris combien de kilos quand tu étais enceinte ? » La question est un grand classique. Sauf que désormais elle tourne à l’obsession. Sur les réseaux sociaux, certaines femmes enceintes cherchent des solutions miracles pour prendre le moins de poids possible.

La faute à qui ?

Plusieurs habituées du tapis rouge comme Victoria Beckham, Jessica Alba, Miranda Kerr, Alessandra Ambrosio ont affiché une silhouette de rêve sur leurs réseaux sociaux quelques jours seulement après avoir accouché. Un peu comme si la grossesse n’avait laissé aucune trace sur leur corps. Néanmoins « Derrière ces femmes à la plastique parfaite, il y a des coach, des stylistes, des nutritionnistes… Tout est faussé. C’est une aberration de faire croire aux femmes que l’on peut retrouver sa ligne en quatre jours. Le corps met en moyenne un an pour se remettre complètement en place. Et c’est normal» s’indigne Dominique-Adèle Cassuto, médecin nutritionniste dans un  article du 1 février 2015 de Mme Figaro.

Un danger pour la maman mais aussi pour l’enfant

La mummyrexie peut s’avérer néfaste pour la mère ainsi que pour son bébé. Tous deux sont touchés par les innombrables régimes et les séances de sport intenses. La future maman risque des carences multiples et de l’anémie, de faire des malaises hypoglycémiques et même des problèmes cardiaques. Du coté du bébé, la pregnorexia peut entraîner une naissance prématurée, un poids peu élevé ou encore du diabète.

Le regard du partenaire est capital

«La beauté est dans les yeux de celui qui regarde. »

Oscar Wilde

Une étude(2) établie que si le partenaire a un comportement positif face aux changements corporels de sa partenaire celle-ci saura plus facilement accepter son nouveau corps(3).

La femme enceinte est en bouleversement hormonale, psychique, corporel. Elle a besoin de se sentir attirante et désirée par son partenaire pour faire face à ces changements de manière sereine. Alors messieurs sortez le grand jeu, faites-lui des compliments sur ses courbes voluptueuses, dites-lui à quel point vous la trouvez sensuelle avec ses rondeurs et surtout à quel point vous l’aimez.

Chaque jour, les femmes et les hommes sont bombardés de publicités et de vidéos qui prônent la minceur des mannequins, les muscles des bodybuilders, la forte poitrine des actrices et les fesses rebondies des chanteuses pop. Il faut pourtant comprendre que les vedettes d’Hollywood sont des êtres humains tout comme nous et que leurs images sont souvent modifiées par « Photoshop ». Certaines d’entre elles s’empêchent aussi de manger ou suivent des régimes draconiens afin de garder une taille de guêpe.

Mouvement à contre courant

Depuis quelques années pourtant, on voit régulièrement des publications sur les réseaux sociaux pour revendiquer l’acceptation de soi. Les femmes en ont assez de la dictature des magazines de mode qui les forcent à être minces à tout prix ! Fières de leurs corps, ces femmes assument aujourd’hui leurs rondeurs au grand jour et en font même un atout de séduction. Le changement est en marche, en tout cas espérons-le!

Dernièrement j’ai beaucoup aimé la vidéo de Kate Winstley disant que plus jeune elle avait souffert du regard des autres et qui encouragent toutes les femmes à surmonter leur manque de confiance en elles et d’avancer dans la vie la tête haute!

La semaine dernière Karine, une maman que je connais via les réseaux a partagé une série de photos dans le cadre du projet de la photographe Pascale Gauthier. J’ai trouvé formidable que cette maman ait assez confiance en elle pour partager des photos qui sortent du cadre des standards habituels 🙂 C’est grâce à des femmes comme elle qu’un jour, chacune d’entre-nous sera épanouie et bien dans sa peau, quelques soient ses caractéristiques physiques. Un merci tout particulier à Karine et à la photographe de m’avoir autorisé à publier cette photo 🙂 

l’apparence physique au détriment de l’essentiel | Cocoon Bien Naître
Karine ©Pascale Gauthier, Photographe

J’ai vu passer dernièrement sur mon fil d’actualité Facebook, une illustration de Maude Leblanc, l’artiste de Belles et Rondes dont la mission est « d’inspirer les femmes à s’accepter tel qu’elles sont, car elles sont tellement belles! Ce corps, il faut l’aimer, le chérir et lui faire confiance, car c’est lui qui nous portera partout où nos rêves nous poussent! »

Croquer la vie à pleine dents !

Et vous, que préférez-vous? Croquer la vie à pleine dents sans vous priver? Ou vous empêcher de manger pour entrer dans le moule établi par la société?

Il y a un juste milieu à trouver entre bien manger et se priver voire se carencer pour être «belle» selon les critères. Tout est une question de choix et de priorité.

La grossesse et le postpartum sont des moments si beaux dans une vie qu’il serait dommage de les gâcher, de ne pas s’aimer, de se complexer. Ce qui est primordial, avant tout, c’est que ce nouveau corps a donné la vie. La santé du bébé et de la maman est une priorité. Il est important de prendre soin de soi psychologiquement et physiquement afin d’être bien avec soi-même. L’important c’est d’être bien avec soi, son corps et son esprit.

Co-écrit par Julie Bissonnette, Bachelière en sexologie

et Jocelyne Gaudy, Infirmière Clinicienne et Doula

Un petit mot sur les auteures: 

Julie Bissonnette est une jeune femme pleine d’ambitions et qui effectue actuellement la dernière année de son baccalauréat en sexologie à l’Université du Québec à Montréal. Elle se passionne pour divers sujets notamment la santé. Réalisant son stage de bac au centre de périnatalité La Source en soi, elle est en quête de la santé sexuelle pour tous!

Pour contacter Julie: julie.stagiaire.sexo@lasourceensoi.com

Jocelyne Gaudy est infirmière en périnatalité depuis plus de 15 ans. Elle accompagne les couples lors de la grossesse et l’accouchement pour les informer et leur permettre de faire des choix éclairés. Elle est également instructrice en massage pour bébé certifiée IAIM et donne des ateliers sur l’île de Montréal.

www.cocoonbiennaitre.com


L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu

 

 

 


1- ANEB QUÉBEC, le blogue

2- Skouteris , Helen, Roxane Carr, Eleanor H. Wertheim, Susan J. Paxton et Dianne Duncombe.(2005). A prospective study of factors that lead to body dissatisfaction during pregnancy. Body Image. 2(4) . 347–361. Récupéré de http://www.sciencedirect.com 

3- Chang, S.R., Chao, Y., Kennedy, N., (2006). I am a woman and I’m pregnant: body image of women in Taiwan during the third trimester of pregnancy. Birth, 33(2), 147–153. Récupéré de http://www.onlinelibrary.wiley.com

7 réactions au sujet de « Standards de beauté : l’apparence physique au détriment de l’essentiel »

  1. Merci, je vais faire une relecture. Parfois à force de relire pour arranger le texte au mieux on ne voit plus les fautes. Je vous remercie de me l’avoir signalé, c’est apprécié. Surtout que de mon coté, je n’aime pas non plus lire un texte avec des fautes, du moins celles que je remarque 😉
    J’espère qu’il n’en restera plus ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *