Grossesse gémellaire, et si vous aviez aussi des droits ? par Karine Forget

Grossesse gémellaire, et si vous aviez aussi des droits ? par Karine Forget

S’il est vrai que la situation a changé ces dernières années au niveau du respect des droits des femmes enceintes, les choses sont radicalement différentes lorsqu’il s’agit de grossesse gémellaire ! Pour le bien de ces femmes, on se met à mélanger prise en charge et infantilisation, choix éclairé et choix orienté, bienveillance et violence.

Oui, ce sont de gros mots, de graves affirmations! Mais malheureusement, il n’y a que très peu d’exagération dans mes propos…

Grossesse gémellaire  = grossesse à risque?

De nos jours, une femme enceinte qui est le moindrement informée peut, après un peu de négociation, manger et boire pendant son accouchement, choisir de ne pas subir tel ou tel test, repousser une induction à 40 sem. pour dépassement de terme ou encore tenter d’accoucher sans péridurale même en milieu hospitalier. La gémellaire? Non.

Elle ne peut rien faire de tout cela… Dès le premier rendez-vous, on lui martèle la liste interminable de risques, question de bien encrer dans sa tête que cette grossesse peut mal tourner à tout moment. On lui explique qu’elle aura une péridurale obligatoire, un monitoring continu obligatoire et, dans certains hôpitaux, que la poussée aura lieu directement en salle d’opération… au cas où! Quand on pose des questions, on se fait répondre avec condescendance que tout ça, c’est pour le bien de nos bébés et on sous-entend, à demi-mot, qu’aller à contresens, c’est une attitude irresponsable qui met inutilement en danger notre vie et celle de nos bébés.

 

Des tests non négociables

J’en veux pour preuve ma propre expérience! J’étais autour de ma 27e semaines de grossesse. J’avais perdu mon suivi sage-femme depuis ma 13e semaine « parce que c’est des jumeaux » et la gynécologue responsable de mon cas me donne ma requête pour mon test d’hyperglycémie provoquée. Je lui demande si je suis obligée de passer ce test, parce que, à ma première grossesse, je ne l’ai pas fait. Relevant la tête et s’adossant à son siège, elle me répond que c’est mon choix, qu’elle, ça ne la dérange pas mais… que pas plus tard qu’hier, une femme est arrivée à l’hôpital en travail à 40 sem. avec un diabète de grossesse non diagnostiqué et son bébé est mort. Tenant toujours son crayon dans les airs, prête à signer la requête, elle me regarde en silence. Que pouvais-je dire à ce moment-là ?! Sérieusement? Avais-je vraiment l’espace pour refuser ce test ou, au moins, proposer une alternative comme le test de glycémie aléatoire? Bien sûr que non! J’étais démolie, écrasée, infantilisée… violentée!

Je suis sortie de là avec ma requête et le cœur plein de rage et de tristesse. J’ai passé le test avec beaucoup de colère et c’est avec une extrême déception que j’ai accepté de passer le deuxième test parce que « j’avais des résultats limites ». C’est avec rage aussi que j’ai fait ce deuxième test qui a confirmé que j’avais vécu toutes ces émotions négatives pour absolument rien… je ne faisais pas de diabète de grossesse.

Une grossesse et un accouchement gémellaires respectés?

Bien sûr, cette prise en charge serrée convient à plusieurs personnes et il n’y a rien de mal à cela! Ce peut être très rassurant de se faire surveiller de près, surtout quand ces jumeaux sont des premiers bébés. Mais quand une femme veut un suivi alternatif, une participation à son suivi et à la prise de décision, un respect de ses choix et ses opinions, c’est difficile à obtenir… pour ne pas dire pratiquement impossible! Il faut se battre, constamment, contre la machine. Faire face à une multitude d’idées reçues, de jugements et de mépris et c’est ça que je dénonce : l’impossibilité pour un couple qui attend des jumeaux, d’avoir une grossesse et un accouchement gémellaires respectés.

Grossesse gémellaire, et si vous aviez aussi des droits ?
Crédit photo : Amalgame Photographie

L’accouchement naturel, une option pour une gémellaire

Dans certains pays, accoucher de jumeaux à la maison, c’est possible. Les sages-femmes ont le droit de suivre les gémellaires et, tant que la grossesse n’est pas déclarée « pathologique », l’accouchement naturel est une option pour les femmes. Des images diffusées partout sur le web le prouvent! Ce sont d’ailleurs ces images qui m’ont poussée à créer la page Facebook pour « l’Accouchement gémellaire respecté ». Une page qui se veut une plateforme d’échange pour tous ceux qui croient que, gémellaire ou pas, une maman qui accouche a des droits et des besoins qu’on ne sauraient ignorer…

 

Et si!

Bien sûr, les gens pourraient argumenter avec une série de « et si »…

« C’est ben beau comme ça l’accouchement à domicile, mais cette femme est une irresponsable! Et si une complication était survenue? Et si elle avait eu besoin d’une césarienne? Y’en a tellement chez les gémellaires! Et si le pire était arrivé? »

Ce que je réponds à ces « et si », c’est que c’est une question à laquelle ces femmes ont surement déjà bien réfléchi et que ce sont des risques réels qu’elles ont simplement acceptés. Quand on prend la voiture, on accepte le risque d’accident. On ne traîne pas un médecin, un anesthésiste et deux infirmières avec nous « au cas où »! Le problème avec l’obstétrique de nos jours, c’est que la médecine moderne a vendu, avec grand succès, la garanti du risque zéro.

« Faites-nous confiance, ça va bien aller! »

Les gens ont accepté et assimilé cette promesse, si bien que dès qu’ils font partie d’une statistique, ils s’insurgent! « Vous m’aviez promis que ça irait bien! »

C’est alors qu’il y a des poursuites. S’ensuit inévitablement des protocoles et des décisions qui ont pour unique but d’éviter d’autres poursuites. L’obstétrique est devenue une science de la gestion du risque. Et la gémellaire, en tant que grossesse à risque, stresse énormément les médecins qui doivent jongler avec ces « et si »!

 

Et si?

À ce stade-ci de notre réflexion, j’aurais envie de vous proposer une autre liste de « et si ». Et si on acceptait que le risque zéro n’existe pas, que le médecin est là pour nous soutenir pendant cette aventure, sans garanti aucune? Et si on cessait de poursuivre les gynécologues tout le temps dès qu’une situation malheureuse arrive, leur mettant sur les épaules toutes les responsabilités? Et si on acceptait que, gémellaire ou pas, une femme a le droit de décider pour elle-même quel risque elle a envie de prendre ou de ne pas prendre? Ce serait merveilleux n’est-ce pas? Ce serait ça, pour moi, un accouchement gémellaire respecté.

 

Et si les gémellaires avaient le droit de décider si elles veulent ou non un suivi en clinique GARE, si elles veulent ou non le suivi avec une sage-femme, si elles veulent accoucher en salle d’op, en chambre de naissance ou à la maison? Je sais… c’est pratiquement utopique dans l’état actuel des choses. Des femmes sans conditions particulières n’ont pas accès au service sage-femme qu’elles demandent, alors les gémellaires, elles sont loin, très loin dans les priorités! Même les sages-femmes les abandonnent! On ne se bat plus pour elles parce que, ben coudonc, c’est risqué des jumeaux!

 

Aller, je me gâte avec un dernier « et si »…

Et si, pour commencer, on ne « pathologisait » plus la gémellité? Qu’une femme qui attend des jumeaux, dichorioniques diamniotiques, sans pré-éclampsie, sans diabète de grossesse et sans autre facteur de risque, pouvait choisir un suivi sage-femme avec quelques passages à la maternité pour des écho et des monitoring un peu plus fréquent?

Ce serait un bon début, non?

Vous avez été touché par mes idées, mes propos? Je vous invite à vous joindre à moi sur la page Facebook Accouchement Gémellaire Respecté.

Vous pouvez également recevoir des information variées et ouvertes en consultant mon livre « Les Gémellicours; bien se préparer à la naissance de jumeaux », disponible en ligne au www.gemellicours.com

 

Karine Forget
Accompagnante à la naissance
Spécialisée en grossesse gémellaire

Maman de 4 enfants dont une paire de jumeaux, Karine Forget cumule plusieurs cordes à son arc: Accompagnante à la naissance, Auteure, Formatrice à l’école de périnatalité La venue de la Cigogne, Monitrice Croix-Rouge, Fondatrice des Gémellicours, le seul cours prénatal gémellaire au Québec, elle se passionne pour tout ce qui touche la maternité. Sa philosophie est simple: tous les choix sont bons et méritent de ne pas être jugés. En plus d’accompagner les couples lors de la venue au monde de leurs enfants, elle milite pour le droit des femmes enceintes et, surtout, des futurs parents de jumeaux.


L’ensemble des articles du blog peut être partagé dans un but non lucratif. Néanmoins, merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

Accompagnante à la naissance | Cocoon Bien Naître

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *