Touche pas à mon col ! Pas de stripping sans consentement

Touche pas à mon col ! Pas de stripping sans consentement

De plus en plus de femmes me disent qu’à leur rendez-vous de suivi dès la 38e semaine de grossesse on leur propose mentionne (sans véritable consentement éclairé) qu’on va leur faire un stripping pour aider à partir le travail.

Pour certaines le geste a semble-t-il été posé sans même qu’on les avise … oui, parce que quand tu as des saignements et que tu perds ton bouchon muqueux dans les heures qui suivent ton rdv, ça laisse un petit questionnement/doute sur ce qui a pu déclencher tout ça…

 

Le stripping, quèsaco  ?

Imaginez que votre col est un gros beigne bien moelleux recouvert d’une couche de chocolat glacé … Maintenant, mettez votre doigt dans l’orifice par en dessous et essayez d’aller décoller la crème chocolatée qui recouvre votre beigne … Ben, ça ressemble à ça un stripping.

Crédit photo : Free stock photo

 

Le médecin ou parfois la sage-femme, essaie de décoller la membrane amniotique collée au-dessus de votre col de l’utérus. Cette manœuvre entraîne une production locale de prostaglandine qui favoriserait le début du travail.

Vous comprendrez que votre col doit être déjà  légèrement ouvert de 1-3 cm pour que les membranes soient accessibles, c’est ce qu’on appelle « avoir un col favorable ».

 

Le stripping, douloureux ?

Rarement agréable, le stripping peut parfois aussi être douloureux. Il entraîne des pertes sanguines plus ou moins importantes dans les 12 à 24h suivantes et parfois des crampes dans le bas du ventre.

Bien souvent, il représente une source de stress inutile pour la femme enceinte qui se demande si :

  • la présence de saignement est normale ?
  • est-ce important de surveiller la quantité de sang perdu ?
  • pourquoi j’ai soudain mal au ventre, est-ce grave ?
  • est-ce que finalement le stripping était nécessaire ?
  • à quoi je dois m’attendre pour la suite ?
  • bref beaucoup de stress inutile !

 

Pour certaines, pressées d’en finir avec la grossesse et de voir enfin leur bébé, le stripping peut donner de faux espoirs et entraîner une certaine lassitude. La future maman se met à compter les jours qui passent et se désole de sa situation au lieu de se réjouir de l’arrivée du bébé. Le stripping ne donne pas de garanti que l’accouchement et imminent et doit parfois être refait plusieurs fois avant d’être efficace.

 

Le stripping, un geste sans conséquence ?

Malheureusement aucune intervention n’est sans risque sinon ce serait trop facile et on n’aurait pas besoin de se poser de questions. Les risques du stripping sont les même que pour les autres formes de déclenchement (rupture des membranes, ballonnet, administration d’hormones de synthèse au niveau du col ou par voie veineuse) :

  • contractions utérines plus fortes ;
  • phase de latence plus longue ;
  • diminution du rythme du cœur fœtal ;
  • plus d’interventions chirurgicales (ventouse, forceps, césarienne) ;
  • accouchement avant terme en raison d’une erreur de datation ;
  • procidence du cordon ombilical s’il y a rupture prématurée des membranes (amniotomie) ;
  • hémorragie après l’accouchement.

 

Crédit photo : Le Monde « l’épidémie des césariennes des brésiliennes »

 

Le stripping, un mal nécessaire ?

Vous vous demandez peut-être pourquoi le stripping semble si populaire auprès des médecins. Loin de vouloir cesser de vous voir la binette à chaque semaine, ils craignent plutôt les risques encourus par un dépassement de terme. On sait qu’en allant au-delà de 42 semaines de grossesse, les chances de complications augmentent.

Pour commencer, plusieurs études ont montré que l’efficacité du placenta à nourrir et oxygéner le bébé diminuait au-delà de ce terme.

Comme bébé aura eu le temps de bien se nourrir il pourrait aussi être plus gros que prévu, allongeant du même coup la longueur du travail et la nécessité de le sortir « de force » avec des instruments comme les forceps ou la ventouse. Les études démontrent un plus haut taux de déchirures au niveau du périnée (allant jusqu’au 3e et 4e degré).

Autre risque possible pour le bébé c’est qu’il manque d’oxygène à la naissance surtout si l’accouchement est long et compliqué. La présence de méconium dans le liquide amniotique, signe de souffrance fœtale, peut également entraîner des difficultés respiratoires à la naissance. Les conséquences de tout ça peuvent évidemment être dramatique pour le bébé est entraîner des anomalies neurologiques irréversibles.

Après 42 semaines, le risque d’infections chez la maman est légèrement plus fréquent (chorioamniotite, endométrite).

Les études prouvent également que le taux d’hémorragie de la délivrance chez la maman est plus important et ce dès 41 semaines.

 

Le stripping, une décision éclairée!

On peut lire sur le site de l’institut national sur la santé public du Québec (INSPQ) que « la date d’accouchement est souvent fixée à la 40e  semaine de grossesse. Cependant, il n’est pas possible de déterminer la date exacte du début du travail. Celui-ci devrait débuter spontanément entre la 37e  et la 42e  semaine. Il est donc tout à fait normal qu’une grossesse puisse se rendre jusqu’à 41 semaines et 6 jours. »

Il est toujours préférable d’attendre que le travail débute spontanément, cela permet de réduire le risque de complications obstétricales (forceps, ventouse, césarienne). À partir de 41 semaines, une évaluation régulière du bien-être fœtal permet de déterminer si un déclenchement du travail est nécessaire ou si on attend encore un peu.

 

Lorsque le déclenchement s’impose avant 41 semaines pour raison médicale, c’est correct, on s’astinera pas avec ça. A partir de 41 semaines si le col est favorable on aura tout intérêt à aider un peu la nature pour éviter les complications.

Là où on commence à peser les pour et les contres c’est quand le médecin le propose voir l’impose dès 38 semaines. Vous avez alors tout intérêt à essayer d’abord des méthodes douces et naturelles pour aider la nature à faire tranquillement son chemin.

 

Le stripping, des alternatives ?

Oui des alternatives il y en a ! En plus, elles sont souvent facile d’accès et vous n’avez même pas besoin de vous forcer pour les essayer. Vous pouvez les utiliser si votre col est favorable, c’est-à-dire s’il est mou, court voire légèrement dilaté. Puisque ce sont des méthodes douces qui prennent un peu de temps et parfois plusieurs essais avant de porter leurs fruits vous pouvez les essayer vers la 39e semaine.

J’ai commencé à dresser la liste de tous les moyens possibles mais finalement c’était tellement long (parce que j’aime ça vous donner le plus d’informations possible) que j’ai décidé de vous le mettre dans un deuxième article où je vous donne des trucs pour éviter le déclenchement et favoriser le travail naturellement.

Vous y trouverez entre autre :

  • le déclenchement à l’italienne,
  • comment lâcher-prise,
  • quoi faire pour libérer les blocages physiques et psychologiques,
  • quels spécialistes en médecines douces consultés.
Crédit photo : Pixabay

 

Le stripping, un choix éclairé !

J’espère qu’avec tout ça vous aurez pu vous faire une idée plus précise sur le stripping, des avantages et des inconvénients de celui-ci et que vous serez en mesure de faire un choix éclairé lorsque viendra le temps d’en discuter avec votre médecin.

Si vous avez préparé votre plan de naissance, n’hésitez pas à y inclure une mention à ce sujet.

 

Est-ce vous avez déjà eu un stripping avec ou sans votre consentement ?

Venez m’en jaser en commentaire 🙂

 

Jocelyne Gaudy, Infirmière et Accompagnante à la naissance

Jocelyne Gaudy, accompagnante à la naissance | Cocoon Bien Naître

 

Maman de 2 garçons nés en 2003 et 2011, ma vision de la naissance et de la grossesse a été complètement chamboulée par ma formation d’accompagnante à la naissance et les formations suivies par la suite.

Au quotidien j’occupe le métier d’infirmière, un travail qui me passionne et qui se conjugue très bien avec celui d’accompagnante. J’ai travaillé durant plus de 10 ans avec des bébés prématurés ; un domaine à la fois difficile et plein d’espoir, où la vie est si précieuse qu’on la maintient par des tas de fils!

En tant qu’accompagnante à la naissance, je vous aide à mieux vivre votre grossesse, votre accouchement et l’accueil de votre nouvel enfant. Je vous encourage à prendre soin de lui en vous enseignant l’art du massage pour bébé et du bain relaxant, véritable moment de détente après la naissance ou durant la période des coliques.

 


Références:

 

 

 

  • Kashanian M, Akbarian A, Baradaran H, Samiee MM. Effect of membrane sweeping at term pregnancy on duration of pregnancy and labor induction: a randomized trial. Gynecol Obstet Invest. 2006;62(1):41-4.

 

 

 

  • Boulvain M, Stan CM, Irion O. Membrane sweeping for induction of labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2005, Issue 1.

 


L’ensemble des articles du blog peut être partagé dans un but non lucratif. Néanmoins, merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous le faîtes.

6 réactions au sujet de « Touche pas à mon col ! Pas de stripping sans consentement »

  1. « Déclencher l’accouchement naturellement » …
    c’est un oxymore …

    à partir du moment ou on force le travail à partir, quelle que soit la façon, ça n’a plus rien de naturel.

    Les hormones qui sont secrétées quand on laisse les choses suivre son cours (ça commence quelques heures avant la mise en travail spontanée – et si on force les choses à partir, ça ne se fait pas) et qui protègent bb ne le sont pas, ce qui augmente nettement le risque de souffrances foetales en cours de travail …

    1. Vous avez entièrement raison !
      Malheureusement c’est une inquiétude chez de plus en de femmes … Comment déclencher l’accouchement naturellement avant qu’on me provoque ? 😣
      Laissons la nature faire son chemin …

  2. J’ajouterais que les histoires de «j’ai eu une stripping et j’ai accouché le lendemain! (ou … le jour même!)» donnent une impression erronée de l’efficacité de cette intervention. Il est normal que l’accouchement se déclenche d’un jour à l’autre quand on est entre 40 et 42 semaines, avec ou sans stripping. Qui dit qu’il n’aurait pas commencé au même moment en laissant faire la nature? Aussi, 99,99999999999% de l’humanité est né sans aucun stripping préalable! Ce n’est, de toute évidence, PAS un prérequis pour accoucher! Par ailleurs, l’accouchement se déclenche normalement quand un équilibre bien précis d’hormones est atteint et, bien qu’on puisse être tenté de précipiter les choses mécaniquement, si la chimie interne n’est pas au rendez-vous, il est bien possible que le travail de latence s’étire inutilement, épuisant la maman, comme mentionné dans ce billet. Remplissez plutôt votre agenda d’activités qui vous plaisent, changez-vous les idées et, qui sait, peut-être que vous devrez tout annuler plus tôt que vous ne le pensiez! 🙂 Bonne fin de grossesse!

  3. J’ai appris par ma doc, après avoir accouché de bébé 2, que la gynécologue de garde lors de mon rendez-vous de la veille (40 sem 4 jours) m’avait fait « un bon stripping »! JAMAIS elle ne me l’a dit. Elle a seulement dit qu’elle allait m’examiner et que ça ferait mal. J’étais vraiment insultée…
    Aussi, à bébé 3, j’ai demandé à chaque examen de ne pas en avoir…
    Si la gygy m’avait mentionné son intention, j’aurais refusé, car je voulais utiliser des méthodes douces…

  4. J’ai eu un stripping et je ne le regrette pas. Je ne m’endurais plus, ma doc m’a demandé si j’en voulais un et j’ai dit un gros Oui. Je suis tombé en travail 24h après. Mon coco est né le surlendemain. Je ne regrette rien. J’ai accouché à 38 et 2, avoir accouché à 40, j’aurais été maganer plus. À 38 il était déjà gros, je ne m’imagine même pas à 40. J’ai eu un très bel accouchement et tout c’est bien passée. (Déchirure importante, mais ça! On ne prévoit pas).

    1. Contente que tout est bien fonctionné pour vous 😊
      En autant qu’on a toutes les informations avant de se lancer, c’est un choix qui nous revient. L’important c’est d’être bien informée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *