Archives de
Catégorie : Artiste

La maternité sous le pinceau d’Alena Kalchanka

La maternité sous le pinceau d’Alena Kalchanka

J’ai découvert les œuvres d’ Alena Kalchanka par hasard sur mon fil de nouvelles Facebook. Une de ces œuvres est récemment apparue en couverture du Hot Milk Magazine. J’ai été tout de suite charmée par la finesse de son coup de pinceau et l’explosion de couleurs présente sur ses tableaux.

Ces peintures traitant de maternité, d’allaitement ou encore de parentalité rappellent celles de Katie M. Berggren ou encore de Tania Garcia (Taniarts Créations). Néanmoins Alena Kalchanka possède un style bien particulier qui rend ses tableaux tout à fait unique.

La maternité sous le pinceau Alena Kalchanka | Cocoon Bien Naître
Crédit photo : Hot Milk Magazine

Alena est d’origine biélorusse mais habite depuis presque 15 ans en Italie, plus précisément en Sicile. Elle y vit avec son mari et ses jumelles âgées de 3 ans, Sacha et Bianca. Alena aime tout ce qui touche à la nature. Elle adore aussi cuisiner et lire quand elle a le temps.

Alena Kalchanka était une enfant à l’imagination fertile, elle aimait travailler l’argile et dessiner. Elle excellait dans cette matière et impressionnait ses professeurs. Rapidement, ils conseillèrent à sa famille de l’inscrire aux Beaux-arts. Néanmoins, son très jeune âge et les horaires tardifs des cours l’empêchent finalement de poursuivre dans cette branche. Aujourd’hui elle se dit plutôt autodidacte.

Elle reprend la peinture au cours de sa grossesse

Remplie des émotions de la grossesse elle avait besoin de les exprimer d’une manière ou d’une autre. Via la toile et les couleurs, elle a cherché à exprimer ce qu’elle ressentait en tant que future-mère. Sa grossesse gémellaire et l’enthousiasme qui s’y rattache sont pour elle une merveilleuse source d’inspiration. Depuis 3 ans, elle puise dans la joie de vivre de ses filles et de ceux qui l’entourent pour créer de superbes œuvres d’art.

« L’inspiration ne manque jamais, il me suffit de voir des mamans et leurs enfants et tout de suite j’imagine un tableau. Il suffit parfois d’une histoire ou d’une pensée qui m’émeut et la toile prend vie. »

Alena Kalchanka utilise actuellement sa page Facebook pour diffuser son travail. Elle gagne en popularité, sa page comptant déjà plus de 37 000 abonnés. Pour celles qui comme moi raffolent des bijoux, sachez que ses peintures peuvent être montées sur de très beaux pendentifs. Elle transfert aussi ses peintures sur des chandails qui font fureur.

Sur sa page Facebook, Alena précise néanmoins que pour l’instant elle ne réalise aucun tableau sur commande. Elle crée plutôt au rythme de ses envies. Parfois elle organise un concours sur sa page et demande aux gens de mettre une photo en commentaire. Elle choisit alors de peindre celles qui l’inspirent le plus.

La maternité sous le pinceau Alena Kalchanka | Cocoon Bien Naître
Crédit photo : Alena Kalchanka

Merci à Alena Kalchanka pour sa disponibilité et pour avoir répondu à mes questions. Cette fois c’est en italien qu’il a fallu échanger.  Merci Google translate pour ton support 😉

Maman Rebelle


L’ensemble des articles du blog peut être reproduit et partagé dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

Accompagnante à la naissance | Cocoon Bien Naître

Amy Haderer, artiste et doula

Amy Haderer, artiste et doula

Amy Haderer est artiste et Doula (accompagnante à la naissance). Elle vit à Denver dans le Colorado en compagnie de ses 3 merveilleuses filles. Elle a commencé à peindre des mandalas au cours de sa troisième grossesse pour se préparer à l’accouchement en maison de naissance. La créativité lui a permis de gérer ses émotions et de lâcher-prise. Petit à petit elle s’est mise à partager ses mandalas sur les réseaux sociaux et elle a été surprise par l’engouement qu’ils ont suscité. Après la naissance de sa fille elle s’est également impliquée dans des organismes communautaires afin d’encourager les femmes à vivre l’accouchement tel qu’elles le souhaitent.

Amy Haderer, artiste et doula | Cocoon Bien Naître
©Amy Haderer




En découvrant ses œuvres j’ai été fascinée par la douceur et les émotions qui s’en dégagent. Elle partage son art via différents supports tels que des bijoux, des toiles, des calendriers, etc. J’ai eu la chance d’en apprendre un peu plus sur elle (entrevue originale en bas de page).

Quel est ton parcours artistique, comment as-tu commencé ?

J’ai toujours su que j’étais une artiste. Lorsque j’étais petite je passais des heures à dessiner. Je savais que peu importe ce que j’allais faire de ma vie je serais toujours passionnée par l’art. Par la suite je suis entrée à l’université où j’ai reçu un BFA (Bachelor of Fine Arts ou Baccalauréat en Beaux-arts) en Illustration. J’aimais l’école et j’ai toujours aimé créer ou essayer de nouvelles choses.

Qu’est-ce qui t’a amené à travailler sur le thème de la maternité, de la parentalité ou de la femme?

J’aime à dire que ma première fille a fait de moi une mère. Sa naissance a été l’expérience la plus profonde de ma vie. Ma deuxième fille a fait de moi une Doula et une farouche défenseure de la naissance. Ma troisième fille a fait de moi une artiste. Ma vie a été bénie par encore trois enfants en épousant mon deuxième mari. Chacun d’entre eux m’a donné de grands cadeaux.

Amy Haderer, artiste et doula | Cocoon Bien Naître
©Amy Haderer

J’ai eu ma première fille alors que j’avais 22 ans et à cet âge je n’étais pas sûre de vouloir devenir mère ou même de savoir comment l’être. Quand elle est née j’ai compris que ma vie ne serais plus jamais la même. J’ai ressenti un amour que je n’aurai jamais pensé possible et j’ai senti quelques choses se réveillait en moi. Je me sentais forte, accomplie et complément transformée.

J’ai accueilli ma deuxième fille dans une maison de naissance. J’ai accouchée à genoux dans l’eau, entourée par les sages-femmes qui m’ont doucement encouragée et qui ont protégé ma bulle. Je me suis découverte un pouvoir et une force insoupçonnés. J’ai découvert à quel point la naissance est sacrée, qu’elle nous amène bien au-delà de ce qu’on aurait pensé.  J’ai alors su que j’avais une part à prendre dans ce monde et je suis devenu Doula. J’ai accompagné autour de 200 familles depuis 2008. Je veux encourager le changement et aider à modifier les consciences face à cette peur qui entoure la naissance.

Ma troisième fille, née dans l’eau à la maison, m’a fait redécouvrir ma passion pour l’art. Pendant ma grossesse j’ai utilisé l’art pour m’aider à préparer sa naissance. Depuis j’ai étendu mon projet afin d’y inclure d’autres histoires de femme. J’ai peint des tableaux sur le deuil périnatal, l’AVAC, la césarienne, l’accouchement par le siège, etc. Je crois qu’en montrant de telles images au monde nous normalisons les expériences de femme et le processus de la naissance.

J’ai reçu ces précieux cadeaux de la vie de mes enfants et j’espère toujours pouvoir apprendre d’eux.

Amy Haderer, artiste et doula | Cocoon Bien Naître
©Amy Haderer

Exposez-vous dans des galeries ? Comment faites-vous découvrir votre art ?

J’ai fait quelques expositions dans des galeries, mais rien de trop grand ou trop chic. Je partage surtout mon travail sur les médias sociaux notamment ma page Facebook, mon site Web et ma boutique Etsy. L’avantage c’est que je n’ai pas besoin de payer pour des encadrements en faisant ça!

En dehors de votre art, êtes- vous impliquée dans le domaine de la périnatalité (travail, association, groupe d’entraide, etc.) ?

Je suis Doula (accompagnante à la naissance) depuis 8 ans et j’ai assisté à de plus de 200 naissances que ce soit à l’hôpital, en maison de naissance ou à domicile.

Quelles sont vos valeurs en tant que Doula?

Peu importe l’endroit où se déroule l’accouchement, les femmes doivent se sentir en confiance, respectées et soutenues dans les décisions concernant la naissance de leur enfant. Même si une maman a une césarienne, elle peut la vivre comme expérience enrichissante et plaisante si elle est accompagnée et traitée avec respect.

Amy Haderer, artiste et doula | Cocoon Bien Naître
©Amy Haderer

Les Femmes ont le droit de prendre des décisions éclairées en ce qui concerne l’endroit où elles veulent accoucher. L’accouchement est un événement très fort émotionnellement et spirituellement. Il peut être entravé par la peur et l’anxiété. À la naissance de leur enfant, les femmes doivent se sentir forte et avoir confiance en elle. L’hôpital, la maison de naissance ou l’accouchement à domicile devrait être un choix personnel. Les femmes qui ont eu des complications lors d’un premier accouchement peuvent se sentir plus à l’aise et en sécurité à l’hôpital. A l’inverse, les femmes qui se sont senties diminuées ou infantilisées en accouchant à l’hôpital opteront pour la maison de naissance ou le domicile.

Je pense aussi que nous devons reconnaître que nous avons besoin des obstétriciens. Pour les femmes à haut risque ou lorsqu’il y a des complications, les interventions et/ou une césarienne sont justifiées. Ça ne fait aucun doute que les obstétriciens sauvent des vies. Les obstétriciens sont avant tout formés et habitués à pratiquer des chirurgies dans un contexte de naissance anormale. L’Organisation Mondiale de la Santé déclare que le taux de césarienne devrait être autour de 8-10 %. Si on devait pratiquer moins de 5 % de césariennes, plus de mères mourraient à l’accouchement mais on a aussi constaté que si le taux de césarienne approchait les 15 %, plus de mères mourraient à l’accouchement.

Amy Haderer, artiste et doula | Cocoon Bien Naître
©Amy Haderer

Le monde a besoin de sages-femmes autant sinon plus que d’obstétriciens! Le modèle en soin des Sages-femmes considère la grossesse et la naissance comme des choses normales et naturelles du cycle sexuel de la femme et non pas comme une maladie ou un risque. Dans le cadre des grossesses normales les sages-femmes sont  essentielles pour accompagner la femme mentalement, émotionnellement, physiquement et spirituellement.

De plus, je pense que les femmes doivent pouvoir choisir le fournisseur de soins avec lequel elles se sentiront le plus à l’aise. Avoir confiance en la personne qui vous accompagne c’est la clé. Si vous choisissez d’être suivi par un obstétricien, vous devez vous assurer que votre santé passe avant son assurance professionnelle ou son confort. Vous devez être certaine que vous n’aurez pas des interventions inutiles parce qu’il vous donne une information incomplète ou limitée.

Les sages-femmes sont très bien formées pour intervenir dans le cadre d’une naissance normale que ce soit à domicile ou en maison de naissance. Je veux dissiper le mythe qui dit qu’en étant pas à l’hôpital les sages-femmes ne peuvent pas voir si quelque chose se passe mal avant qu’il soit trop tard. Elles savent à quoi ressemble une naissance normale, elles savent aussi si l’accouchement ne se passe pas bien et si la femme a besoin d’être transférer à l’hôpital. Vous pouvez avoir toute confiance en leur jugement. Si vous n’avez pas confiance en vos sages-femmes, il sera difficile d’être dans l’ouverture et d’être relaxée comme vous devriez l’être.

Les Femmes doivent être informées de façon neutre sur la grossesse et la naissance. Elles doivent être respectées dans leur choix quel qu’en soit les raisons. Les femmes ne devraient pas être limitées à cause de ce que pense le professionnel, elles doivent pouvoir faire des choix éclairés et pouvoir refuser des choses qu’elles jugent inutiles.

Un petit mot pour vos fans?

Merci de m’avoir encouragée ces 7 dernières années! J’ai aussi la chance de pouvoir compter sur le soutien de ma famille que je remercie.

Je tiens à remercier Amy Haderer pour sa confiance et pour avoir jouer le jeu de l’entrevue. Je lui souhaite encore de belles découvertes et de belles expériences avec ses filles. 

Maman Rebelle


L’ensemble des articles du blog peut être reproduit et partagé dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

Accompagnante à la naissance | Cocoon Bien Naître


(Texte original)

What’s your artistic course, how did you begin?

  • I have always felt that I am an artist.  Even as a small child I would spend hours drawing and I knew that no matter what I was going to do with my life I would always be an artist.  I went to college and received a BFA in Illustration.  I loved all my classes and loved creating and trying new mediums.

Why do you have begin to work on the theme of maternity, parenthood or woman?

  • I like to say that my first daughter made me a mother, which was and is the most profound experience of my life.  My second daughter made me a doula, a childbirth assistant, and a birth activist.  My third daughter made me an artist.  My life was then blessed by three more children by marrying my second husband.  Each one of them has given me great gifts.
  • I had my first daughter when I was 22 and not even sure I wanted to be a mother or knew how.  When she was born I felt like my life fell into place. I felt a love I never thought possible and felt an intuition awaken inside of me.  I was fierce, devoted, and completely transformed.
  • I had my second daughter in a freestanding birth center, on my knees in the water, surrounded by midwives who gently encouraged and protected me.  I learned my own power and strength.  I learned that birth is sacred, that you can go to the depths of what you thought you could handle and come out triumphant.  I knew I had to be a part of this world, so I became a doula (childbirth assistant) and have lovingly supported around 200 families since 2008 as they birth their babies.  I have a passion for changing the fear-culture surrounding birth into empowerment.
  • My third daughter, born in the water at home, started my current body of work as an artist.  During my pregnancy I used art to help prepare me for her birth and have since expanded the project to include other women’s stories.  I have done pieces on stillbirth, loss, VBAC, cesarean, breech birth, etc.  I believe that by showing the world these images we normalize women’s experiences and the birth process.
  • I treasure these gifts from my children and hope to always learn what they have to teach me.

Do you expose in galleries? How you spread your art?

  • I’ve done a few gallery shows, nothing too big or fancy.  Mostly I share my work on social media, my website, and my Etsy shop.  At least you don’t have to pay for framing when you do that!

Except your art, you are involved in the field of the perinatal period (work, association, support group, etc.)?

  • Yes I am also a doula (professional childbirth assistant).  I have been a doula for 8 years, attending about 200 births in hospitals, birthing centers, and at home.

Which are your values as doula?

  • No matter the location or who attends a birth, women need to feel valued, dignified, and empowered, especially when it comes to making decisions about how her child comes into the world.  Even if the mom has an unwanted c-section, this can be an empowering experience if she is treated with respect and support.
  • Women have the right to make an informed decision as to where they wish to give birth.  Birthing a baby is an intense, emotional, spiritual event that is hindered by fears and insecurities.  To birth normally, women need to feel completely safe.  Hospital, birthing center, or home birth is not for everyone.  For example, some women who have had complications in the past may feel more comfortable in a hospital because of their own fears and circumstances.  In the reverse, some women may have had either an average or totally demeaning hospital birth who have opted for a birth center or home birth the next time.
  • I think everyone can agree that the world needs OBs.  For high risk women or complications where interventions and/or a c-section is warranted there is no doubt that OBs save lives.  OBs are first and foremost trained surgeons specialized in abnormal birth.  The World Health Organization states that the c-section rate should be around 8-10%.  If the number dips below around 5%, more mothers start dying at or around the time of birth (but also they found that if the c-section rate goes ABOVE around 15%, more mothers die at or around the time of birth).
  • The world needs midwives just as much, if not more!  The Midwives Model of Care treats pregnancy and birth as a normal, natural part of a woman’s sexual cycle, not an illness or a catastrophe waiting to happen.  With low-risk women they can be essential to empowering the woman mentally, emotionally, physically, and spiritually.
  • In addition to the above, I think women need to go to the provider that they feel the most comfortable with.  Trust in your provider is key.  If you have an OB it’s important you trust that he’s going to have your best interest in mind, not his malpractice insurance, not convenience.  You need to be able to trust that you won’t have unnecessary things done to you with limited and biased informed consent.
  • With home or birthing center birth, midwives are extensively trained in normal birth.  I mean this to dispel the myth that out-of-hospital midwives won’t know if something’s wrong until it’s too late.  Since they know what normal birth looks like, they know if you’re doing well or if you need assistance or transfer.  You need to completely trust their judgment with these issues.  If you do not trust your midwives, it’s very hard to open yourself up to birth and be relaxed like you need to be.
  • Women need to be presented with all the information about pregnancy, birth, and afterwards in a calm, loving, non-judgmental way and be respected for the choices they make, whatever the reasons.  Women should not be bullied into whatever the medical professional thinks should happen, and along with informed consent comes informed refusal.

A word for your public?

  • Thank you for all your support over the past 7 years!  I am blessed to be able to support my family with the work I do.

 

Moments de maman, d’Anne-Marie Dupras + CONCOURS

Moments de maman, d’Anne-Marie Dupras + CONCOURS

Cette fin de semaine, j’ai été au lancement de « Moments de maman » le nouveau livre d’Anne-Marie Dupras, illustré par Estelle Bachelard (Bach).

« Moments de maman », le concept

Sous forme de Bande-dessinée, l’ouvrage illustre à merveille la vie bien remplie d’Anne-Marie, mère monoparentale de 2 enfants. Alicia et Robin, ses 2 charmants bambins qui n’ont pas le même papa, vous rappelleront surement les vôtres avec leur « pourquoi, pourquoiiii, POURQUOI ??!! ».

Anne-Marie Dupras, l’Auteure

"Moments de maman" d'Anne-Marie Dupras | Cocoon Bien Naître
Crédit photo : Catherine Giroux

En dehors de sa job de maman, Anne-Marie Dupras est humoriste, blogueuse et auteure. On peut dire qu’elle a une vie assez bien remplie !

En effet, dès octobre Anne-Marie se produira avec Les femmelettes.  Ce collectif rassemblant une belle gang de femmes passionnées, propose chaque mois un nouveau spectacle d’humour. Retrouvez-les à l’Espace La Risée situé au cœur de Rosemont-La Petite-Patrie.

Elle est également Blogueuse sur Ma vie amoureuse de marde, une page qui compte presque 23 000 abonnés, où elle nous parle avec tellement d’humour de la vie de célibataire que ça donnerai presque le goût de se lancer dedans. Le livre du même nom (Éditions de l’Homme, 2014), est un cadeau idéal pour les célibataires endurcis, les «en couple mais c’est compliqué » ou encore  les «  j’veux pas finir tout(e) seul(e) donc je fais avec ».

Anne-Marie est également collaboratrice pour le Huffington Post où elle blogue avec humour sur l’actualité et la vie amoureuse.

A l’émission Salut Bonjour du 24 septembre sur TVA, Anne-Marie Dupras confiait à l’animatrice Marie-Ève Lortie « l’humour m’a sauvé la vie », elle mentionnait également que « 90 % des situations illustrées dans la bd sont arrivées dans la vraie vie ».

Bach, l’Illustratrice

"Moments de maman" d'Anne-Marie Dupras | Cocoon Bien Naître
Crédit photo : Caroline-Poulin-Photographe

« Moments de maman » est illustrée par Bach (de son vrai nom Estelle Bachelard). Auteur de bande dessinée originaire de Québec, Bach est bien connue des réseaux sociaux pour ses illustrations à tendance féministe issues de son quotidien. Elle a de nombreux projets à son actif notamment des Pico Tatouages, des illustrations dans la Gazette des femmes, la Presse + ou encore la couverture de Voir Québec en 2013.

Son premier album, « C’est pas facile d’être une fille », a remporté un succès instantané. La bd illustre la vie d’Estelle : une accroc de la mode, du magasinage et particulièrement des chaussures. Estelle partage sa vie avec Charles qui travaille avec elle dans le domaine des jeux vidéo. Malgré cet intérêt commun, Charles a souvent de la difficulté à suivre Estelle dans ses différentes mésaventures. C’est que son goût pour la coquetterie la mène parfois à agir de manière disons… particulière.

Pour voir ses publications, n’hésitez pas à la retrouver sur la page Facebook de Bach illustrations.

Un petit concours ?!

Aujourd’hui lors du lancement, j’ai acheté 2 ouvrages « Moments de maman ». L’un d’eux prendra l’avion et atterrira dans la malle de ma petite sœur, ce qui la fera patienter jusqu’à la naissance de son deuxième.

L’autre est bien j’avais envie de l’offrir à une des mamans qui visite régulièrement ma page Facebook.

Comment Participer?!

Pour tenter de gagner un exemplaire de « Moments de maman, dédicacé par Anne-Marie Dupras » :

1- Rendez-vous sur ma page Facebook,

2-Aimez la publication du concours,

3- Racontez votre moment le plus hot depuis que vous êtes Maman, en commentaire,

Tirage le 3 octobre 2016 à 21h00 par Random.org

Bonne chance à toutes et tous 🙂

Pour voir de quoi à l’air le livre c’est par ici que ça se passe!

"Moments de maman" d'Anne-Marie Dupras | Cocoon Bien Naître
Moments de maman, aux Éditions de l’Homme.

En librairie dès le 21 septembre 2016.


NB: A noter, qu’aucune rémunération financière ou autre compensation n’ont motivé mes choix de vous parler de cet ouvrage. Le livre offert pour le concours est un cadeau de moi à vous 😉 

signature MamanRebelle

Les femmes par Léolia, Artiste peintre Montréalaise

Les femmes par Léolia, Artiste peintre Montréalaise

Marie-Ève Lefrançois-Tanguay, l’artiste derrière Léolia, a étudié les arts plastiques au Cégep du Vieux Montréal. Elle a entrepris ensuite des études supérieures à l’Université de Montréal en Design Industriel.

Durant ses 2 congés de maternité successifs, Marie-Ève est prise entre la routine des couches et celle du dodo. Elle réalise qu’elle n’a plus le temps de vivre ses passions. Elle décide de renouer avec la peinture, crée quelques toiles et rapidement les compliments de son entourage l’encourage à poursuivre. Elle prend la décision de ne pas reprendre son travail de designer industriel pour une grande quincaillerie et de vivre de son art.

Lorsque j’ai demandé à Marie-Ève : pourquoi Léolia? Elle m’a répondu : une image vaut 1000 mots 😉

Les femmes par Léolia, artiste peintre Montréalaise | Cocoon Bien Naître

Malgré une vie effrénée de jeune mère de famille, elle crée de nombreuses toiles qui se vendent comme des petits pains. Les Léolias sont de plus en plus populaires et se propagent un peu partout au Québec et au Canada. Ses tableaux s’agencent à merveille avec tous les styles d’intérieur.

Les femmes par Léolia, artiste peintre Montréalaise | Cocoon Bien Naître

Pour créer, Marie-Ève utilise plusieurs matériaux tels que le fusain, l’acrylique, l’aérosol et le pastel. Ses créations, épurées et parfois colorées, renvoient des émotions de pureté et de douceur.

Elle avoue que le sujet de la femme est venu par lui-même! C’est un thème qui l’interpelle énormément. Elle aime représenter la femme dans toutes les émotions qu’elle peut traverser au court de sa vie! La majorité de ses clients sont des femmes et elles achètent ses créations pour l’émotion qu’elles vivent en regardant l’œuvre.

Les femmes, leurs émotions brutes et franches allant de la tristesse à l’émancipation l’inspirent beaucoup. Marie-Ève Lefrançois-Tanguay tente également de faire passer un message à travers ses créations, celui de la femme forte et indépendante qui puise son énergie à travers ses désirs et ce qu’elle veut accomplir.

A l’occasion, Jef Lapointe – l’amoureux de Marie-Ève qui est également artiste, vient ajouter une touche de couleur sur ses toiles, une belle collaboration dans la vie comme sur la toile.

Pour voir l’ensemble des œuvres de Marie-Ève Lefrançois-Tanguay, je vous invite à visiter sa page Facebook ou site web


L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source  www.cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

signature MamanRebelle

Katie M. Berggren, artiste canadienne, qui capture les émotions entre parents et enfants

Katie M. Berggren, artiste canadienne, qui capture les émotions entre parents et enfants

L’art est une belle façon de transmettre des idées, des émotions, des réflexions, etc. Depuis toujours les artistes quels que soient leurs domaines d’expertise (musique, danse, peinture, sculpture et j’en passe) aident à faire évoluer les mentalités. En juin, je vous proposez une entrevue avec Korrig’Anne, illustratrice française. Ce mois-ci, je vous parle de Katie M. Berggren, artiste canadienne. 

Katie M. Berggren a eu la gentillesse de nous en apprendre un peu plus sur elle.

Cette fois-ci l’exercice est un peu plus difficile pour moi car mon anglais est vraiment très TRÈS limité malheureusement. Je vous mets donc les réponses originales en plus de ma traduction libre. J’espère que vous serez indulgents si vous trouvez des erreurs 😉

Katie M. Berggren, capture les émotions | Cocoon Bien Naître
©kmberggren

Katie M. Berggren vit à Vancouver et capture les émotions partagées entre une mère et son enfant. Elle arrête le temps et fixe à jamais les détails de l’enfance. Elle sait à merveille faire ressortir la tendresse et l’amour qui émanent de ses sujets.

Ces illustrations sur la maternité, l’allaitement, le co-dodo, le portage et la parentalité inspirent la douceur, l’attachement, la force de la relation. Chaque mère peut se retrouver dans l’une de ses toiles.  Ces œuvres ont été exportées dans plus de 57 pays. 

Mère de 2 grands garçons, elle dit avoir trouvé un équilibre grâce à son art. Les relations et les échanges qu’elle a avec les mères qu’elle rencontre, lui ont permis de s’épanouir et d’être une mère sensible, attentive et à l’écoute.

Quel est votre parcours artistique? Comment avez-vous commencé?

Je pense que la plupart des artistes vous diront qu’ils font de l’art « depuis toujours »! Je suis artiste depuis toujours. Quand j’étais au lycée, j’avais un atelier où je peignais des portraits. Plus tard, avant de fonder une famille, je créais en utilisant des outils numériques que je maniais aussi bien que le crayon de couleur et les marqueurs. Lorsque je suis devenue maman j’ai repris mes pinceaux et ne les ai pas reposés depuis 12 ans!

What’s your artistic course, how did you begin?

I think most artists will say they’ve been doing art ‘forever’! I have been doing art forever. When I was a high-school student I had a business creating pencil portraits. Later on, before having a family, I was creating art using digital means, as well as colored pencil and markers. When I became a mom I picked paintbrushes up and haven’t set them down for 12 years!

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler sur le thème de la maternité, de la parentalité ou de la femme ?

Avant que je ne tombe enceinte, mon art représenté des fleurs, des champignons, des oiseaux, des bateaux, des poissons, des animaux et des sirènes. En fait, la nature en général. Je pense que j’aime créer autour du thème de la VIE.

Katie M. Berggren, capture les émotions | Cocoon Bien Naître
Crédit photo Katie M. Berggren

Quand je suis tombé enceinte, je suis passée aux oiseaux AVEC un nid et des œufs! J’ai peint des femmes enceintes et des mères avec leurs enfants. Je me suis rendue compte très rapidement que je voulais capturer les moments entre la mère et son enfant, au-delà de ce qu’un appareil photo pourrait le faire.

Why do you have begin to work on the theme of maternity, parenthood or woman?

Before I became pregnant, I was creating art featuring flowers, mushrooms, birds, boats, fish, animals and mermaids, and nature in general. I think I loved the general theme of LIFE.

When I became pregnant, my art changed to birds AND nests with eggs! Also pregnant women, and mothers with children. I realized very quickly that I wanted to capture the moments of mother and child, beyond what a camera could do.

Est-ce que vous exposez dans une galerie ? Comment faites-vous connaitre votre art ?

Je ne travaille avec aucune galerie en ce moment. J’ai lancé mes illustrations via les médias en ligne. J’expose dans des salons « art et vin » chaque année.

Les peintures de Katie M. Berggren sont disponibles sur différents supports via son site web ou sa page Facebook : toiles, cartes postales, pendentifs, etc.

Psst! J’ai d’ailleurs commandé un pendentif avec l’oeuvre « Home » que j’aime particulièrement. Je vous en donnerai des nouvelles 😉

You expose in galleries? How you spread your art?

I don’t work with any galleries at this exact moment. I put my artwork out through online media and I do a couple summer art & wine fair shows each year.

Un message pour les gens qui apprécient votre art?

Indépendamment de ce qui nous touche ou nous passionne, je pense que la chose la plus importante c’est L’AMOUR. Tomber en amour encore et toujours, avec tout ce que nous choisissons de faire. Que ce soit l’école à la maison, nos bébés, la cuisine, le tricot, l’enseignement, l’écriture, le chargement de camions, la vente de vêtements …

Dans le cas de l’art il faut tomber en amour avec le sujet, la technique et la réalisation de l’œuvre en découleront automatiquement.

A word for your public

Regardless of what we find as our calling or our passion, I think the most important thing IS LOVE. Falling in love, over and over with what we choose to do. Whether it be homeschooling, raising babies, cooking, knitting, teaching, writing, packing trucks, selling clothing… In the case of creating art: fall in love with the subject, the process and the way it all makes you feel.


Un grand merci à Katie M. Berggren pour m’avoir ouvert son cœur pour nous faire découvrir sa passion.  

signature fond bleu

Entrevue avec Korrig’Anne, artiste et illustratrice française

Entrevue avec Korrig’Anne, artiste et illustratrice française

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous présente chaque mois une/un artiste qui créait autour des thèmes de la maternité, de l’allaitement, de la parentalité et de féminité. En Juin, je vous parlais de Mélanie Auclair, une artiste Québécoise qui met son art à la portée de chacun en le transposant sur des supports originaux et variés.

Ce mois-ci j’ai le plaisir de vous faire découvrir ou redécouvrir Korrig’Anne, illustratrice française.

Korrig’Anne a 29 ans. Elle vit à Chartres, en France, avec son mari et ses 2 enfants. Entre 2012 et 2014, son congé parental l’a fait retomber dans le chaudron magique du dessin qu’elle avait mis de côté depuis plusieurs années. Si vous êtes adeptes des réseaux sociaux vous avez probablement vu passer ses créations dans votre fil de nouvelle. 

10687203_696134497144266_2159660174958288116_n
Illustration de Korrig’Anne pour mamawear

Quel est ton parcours artistique, comment as-tu commencé ?

J’ai toujours dessiné. Je suis née dans une famille dans laquelle l’art a beaucoup d’importance. J’ai passé mon enfance à voir ma maman peindre, dessiner au pastel sec, etc. Ma sœur et moi dessinions beaucoup aussi.

Je n’ai pas fait d’études d’art, je n’y ai même pas songé une seule fois. Je pense que je ne me trouvais pas suffisamment talentueuse pour penser une seconde à en faire mon métier. Cependant j’ai continué à dessiner et à progresser par moi-même. Je suis une illustratrice autodidacte.

Pourquoi Korrig’Anne ?

Les korrigans sont des petites créatures légendaires de Bretagne, comparable au lutin, j’ai fait un jeu de mot avec mon prénom.

Qu’est-ce qui t’a amené à travailler sur le thème de la maternité, de la parentalité ou de la femme ?

Tout naturellement, quand je suis devenue maman, c’est sur ce thème que j’ai dessiné. Ma maternité m’a bouleversée et tout ce qui s’y rapporte (allaitement, maternage, portage, éducation bienveillante…) m’a passionné (et continue encore de me passionner). Forcément, ce sont donc des mamans qui ont commencé à me suivre et à me passer commande. Et de fil en aiguille je suis donc devenue une illustratrice un peu spécialisée autour de tous ces thèmes.

 

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Ma vie personnelle. Tout ce que j’ai ressenti durant mes grossesses, mes accouchements, mes débuts de maternité et ce que je vis encore. Le début de la vie d’un petit être et le lien qui unit une maman à son enfant me prend aux tripes. C’est pourquoi quand on me commande des dessins, je sais sur quoi je dessine, je connais, je ressens tout cela.

Korrig’Anne présente ses créations sur différents supports permettant ainsi à son art d’être accessible à tous. Pour voir ses créations visitez sa Boutique en ligne.

 

En dehors de ton art, es-tu impliquée dans le domaine de la périnatalité ?

J’ai fait partie (pendant quelques de temps) de l’association « Les Blouses Roses » dont les bénévoles viennent dans les hôpitaux pour passer des temps de jeux avec les enfants hospitalisés. Je n’ai pas pu y rester car mon métier d’illustratrice ne m’en laisse pas le temps mais je pense qu’un jour j’y retournerai.

En 2011 j’ai créé la page/groupe« Allaiter les pieds sur Terre » sur Facebook. Un espace d’entraide et de soutien pour les mamans qui allaitent. J’y tiens beaucoup à ce petit espace car à l’époque où je l’ai créé, de plus en plus de mamans faisaient la compétition entre  celles qui prônaient l’allaitement long et les autres. Sur Allaiter les pieds sur Terre j’ai voulu que toutes les mamans puissent y trouver une place sans jugement. Chacune venait avec son histoire et ses choix.

allaiter-les-pieds-sur-terre

Quels sont tes projets en cours ou à venir pour 2016 ?

Sortir le premier livre de ma série « mes petites histoires bienveillantes » pour aborder les sujets inhérents à la petite enfance avec une approche bienveillante. Le premier tome « Marilou a peur du noir » sera mon livre test. S’il plait et qu’il reçoit un bon accueil, je poursuivra.

 

En 2016, j’ai collaboré au projet Le son du cordon lancé par Emilie Llamas, auteure-compositrice-interprète et fondatrice de Milivoiz. Ce livre-CD contient des chansons inspirées par la maternité ainsi que des illustrations originales de plusieurs artistes en lien avec la naissance. 

 

Un petit mot de Korrig’Anne : Merci ! Vraiment merci à ceux qui aiment et encouragent mon travail, car grâce à leur enthousiasme et leurs commandes que j’arrive à vivre de mon art et cela m’épanouis tellement. C’est grâce à eux que Korrig’Anne existe.

Merci à Maman Rebelle de m’avoir contactée pour cette interview et de me faire voyager virtuellement de l’autre côté de l’océan Atlantique 🙂


Pour voir toutes les nouveautés de Korrig’Anne, suivez-la sur sa page Facebook. Pour une commande spéciale ou pour toutes questions contactez-la via courriel / emailJe vous invite également à suivre son Blog.

Je tiens à remercier Korrig’Anne pour s’être prêtée au jeu de l’entrevue et pour sa gentillesse lors de nos échanges via Facebook.

signature fond bleu

La chambre de votre bébé par Mélanie Auclair, artiste Québécoise

La chambre de votre bébé par Mélanie Auclair, artiste Québécoise

Chaque mois, je vous présente un/une artiste en lien avec la maternité. la parentalité, l’allaitement, etc. En avril, je vous parlais de Gioia Albano qui peint sur le thème de l’allaitement, de la maternité et du portage.

Cette fois, je vous propose de découvrir Mélanie Auclair, une artiste Québécoise qui a sût rendre son art accessible à tous en le transposant sur des supports multiples et variés. 

La future chambre de bébé créait par une artiste

Votre enfant passera beaucoup de temps dans sa chambre pour jouer, dessiner, inventer, lire, etc. Il sera important qu’il s’y sente bien et que le décor que vous aurez créé pour lui encourage sa créativité et son imagination.

Idéalement dans des couleurs pastelles associées à des touches plus vives, vous avez une multitude de choix qui s’offrent à vous pour faire de la chambre de votre enfant un royaume féerique.

Il vous faudra également choisir du mobilier de rangement pratique et harmonieux.

Mélanie Auclair, artiste passionnée qui dessine sur le thème de l’enfance, a monté sa petite entreprise en 2012. A travers Turlututu, elle compose des décors de chambres personnalisés et pour tous les goûts : coffre à souvenirs, range-barrettes, cadre-photos, lettrage en bois pour prénoms, décoration murale, tirelire, boites à dents, toutous, coussins, abat-jour, etc. Depuis mai 2016, une nouvelle ligne de literie Turlututu peinte à la main est disponible dans certaines boutiques.

Qui est l’artiste qui se cache derrière les créations de Turlututu ?

1915420_1709081782637714_7440798427531613530_n

Maman de 5 enfants âgés de 15 ans-13 ans, 7 ans et de jumeaux de 6 ans,  Mélanie Auclair est éducatrice à l’enfance de métier.  Apres l’arrivée surprise de ses jumeaux, il lui était impossible de retourner travailler à l’extérieur à cause des coûts de frais de garde engendré pour 5 enfants.  Elle a ouvert sa propre garderie familiale lui permettant ainsi d’avoir l’opportunité de voir ses tout-petits grandir. 

Mélanie Auclair a toujours dessiné, même très jeune.  Si vous voyez une fille dans une salle d’attente avec une carnet à croquis et un crayon.. eh bien c’est elle hihihi !   Turlututu a commencé en 2012 sur un petit coin de table de cuisine en peinturant une boule de noël pour offrir à un professeur de ses enfants. Une photo prise et mise sur Facebook et voilà l’aventure qui commence!

12036979_1661636740715552_1333476068283668352_n
Croquis de Mélanie Auclair

Elle a rapidement eu des commandes par ses proches, des amis, les amis des amis… les commandent entraient par dizaine.

Turlututu a plein de projet en développement pour l’année 2016, soyez  à l’affût de toutes les nouveautés à venir en aimant la page Facebook!

3 décors de chambre originaux pour vos tout petits

1- Pour les garçons qui aiment les histoires d’extra-terrestres et de monstres rigolo 🙂

 

L’ensemble de literie comprend 6 morceaux : douillette, drap contour, jupette de lit, contour protecteur, coussin ainsi qu’une belle doudou en minky qui sera réconforté bébé par sa douceur. L’ensemble vient également en vert et en rose. Chaque morceaux est peint à la main et lavable à la machine avec séchage à plat.

2- Pour les petites filles des objets aux couleurs vibrantes!

La chambre d’une petite fille est un véritable château de princesse où se côtoient les fées, les elfes, et les princes charmants dans des forêts enchantées. Votre fille aura un plaisir immense à s’inventer des histoire, à lire ou dessiner. Créez lui un lieu emprunt de magie! 

Possibilité de demander selon vos goûts et vos besoins : coffres de différentes tailles, boite à souvenirs, lettrage, coussins, meubles, décor mural, etc.

3- Un décor neutre pour les parents qui ne veulent pas connaitre à l’avance le sexe de bébé 😉

Si vous souhaitez en savoir davantage sur Turlututu n’hésitez pas à visiter la page Facebook

CONNAISSEZ-VOUS DES ARTISTES DONT LES ŒUVRES SONT EN LIEN AVEC LA FÉMINITÉ, LA MATERNITÉ OU LA PARENTALITÉ ? FAITES LES NOUS DÉCOUVRIR!

signature MamanRebelle

La maternité vu par Gioia Albano, Artiste peintre originaire de Milan

La maternité vu par Gioia Albano, Artiste peintre originaire de Milan

En mars je vous présentais Adèle Blais et « ses femmes », ce mois-ci je vous invite à découvrir Gioia (Joy) Albano, une artiste peintre, née à Milan (Italie), qui propose des œuvres en lien avec l’allaitement, le maternage, le portage et la parentalité.

Gioia a toujours était passionnée par l’art. Néanmoins, en sortant des Beaux-Arts, elle est encore jeune et manque de confiance en elle. Elle laisse de côté la peinture pendant plusieurs années et s’essaye alors à différentes choses comme la photographie, le travail du bois ainsi qu’un peu de gravure. Elle enchaîne plusieurs emplois puis travaille pendant plus de 10 ans dans l’informatique.

Elle se remet à peindre en 2007, quelques mois après la naissance de sa première fille.

« La mère puissante créatrice se réveille enfin! »

il_570xN.652611856_6vjy

Elle voyage dans de nombreux pays, passe 4 ans au Danemark et après pas mal de déménagements  finit par arriver dans le sud de la France accompagnée de son mari et de leurs trois enfants. Elle y vit toujours actuellement.

Avec une petite famille à gérer, Gioia n’a pas le temps de tout faire et elle avoue travailler sur ses tableaux surtout la nuit lorsque les enfants sont endormis!

Gioia a toujours aimé peindre des femmes tantôt inspirée par une personne ayant croisée son chemin, parfois sortant de son imagination. Pour elle, la femme et son corps sont l’expression de la vie, de la beauté et forme le cercle que chacun entre nous dois accomplir dans la vie sur cette terre.

Par continuité et via son expérience personnelle, elle aime particulièrement représenter les différents aspects de la maternité comme la grossesse mais aussi la vie après l’accouchement ou encore l’allaitement, le co-dodo et le portage.

La maternité est devenue le thème fort de son art. Sa vie en général tourne beaucoup autour de ce thème d’ailleurs.

Gioia Albano pense que hélas l’art est souvent trop éloigné du grand public pour des motifs financiers et autres. C’est pour cette raison qu’elle tient à proposer son travail artistique en dehors des canaux officiels et essaye aussi de travailler avec différents supports et formats (bijoux en bois ou en résine, toiles, support bois, etc.)

Un petit mot de Gioia Albano : « Dans mon art j’ai mis en premier plan ce que j’ai vécu en tant que personne et comme maman avec tous les doutes et les questionnements mais en gardant toujours à l’esprit la beauté et l’unicité de ces moments partagé avec mes enfants. Mon art représente aussi à l’occasion  certains moments sombres par lesquels je suis passée.

Je pense que être un parent proximal peux aider à former des personnes plus sûres d’elles et capable de faire leur bout de chemin dans ce monde en étant meilleure. Plus j’avance en âge et plus je me dis que le trou existentielle de beaucoup des personnes est une cause majeure des malheurs de ce monde.

Je remercie Maman Rebelle pour cet article, j’aime toujours quand mon travail prend son envol vers d’autres pays où je n’ai pas encore posé physiquement mes pieds  😉 »

Pour en savoir plus le travail artistique de Gioia Albano, rejoignez-là sur sa page Facebook ou visitez son site Web et sa Boutique Etsy.

Je remercie Gioia pour m’avoir autorisé à vous présenter son travail et avoir pris le temps de me raconter son histoire! On s’enrichie tellement en allant à la rencontre de l’humain et en découvrant les passions qui l’animent! 

Connaissez-vous des artistes dont les œuvres sont en lien avec la féminité, la maternité ou la parentalité ? Faites les nous découvrir!

signature fond bleu

 

« Les Femmes » vu par Adèle Blais Artiste-Peintre Québécoise

« Les Femmes » vu par Adèle Blais Artiste-Peintre Québécoise

En février, je vous faisais découvrir ou re-découvrir les œuvres en lien avec l’allaitement de Tania Garcia, artiste française. Ce mois-ci, je vous présente « Les Femmes » vu par Adèle Blais, artiste-peintre collagiste du Québec!

Adèle Blais est née à Montréal d’une mère monoparentale non-conventionnelle. Adèle Blais a passé son enfance et son adolescence à Sherbrooke. Petite, elle baigne dans un environnement excentrique où la créativité sous toutes ses formes est célébrée et encouragée. Dès son plus jeune âge, elle apprend qu’il est permis de faire les choses différemment et selon son inventivité.

Adèle a toujours été entourée de femmes fortes. «En amitié, j’aime aussi côtoyer des femmes de tête, très intelligentes, qui vont me confronter dans mes idées.»

Naturellement, les femmes reviennent tout le temps dans ces tableaux. Elle aime les costumer, leur mettre des fleurs, les placer en situation de séduction.

Ses œuvres sont réalisées à partir de couches superposées de peinture acrylique allié à des collages texturés (étoffes, dentelles, etc.), à des petits bouts de textes et à des lignes de contour noires, donnant à ses tableaux une signature particulière. Les matériaux utilisés créent des petits détails, des épaisseurs, des formes nouvelles, des textures et des reliefs qu’elle met en valeur avec un vernis. La juxtaposition d’éléments et de matériaux disparates reflète bien la personnalité de l’artiste. Son style unique a était décrit par un critique newyorkais comme du « néo-pop-happy ».

11178282_10153047761907284_9209374385814312026_n.jpg
Étoffes, dentelles, rubans utilisés pour la réalisation  des tableaux

La bonne humeur, les rapports entre les individus et les décors urbains sont les thèmes qui l’inspirent. Elle est de ces artistes qui créent dans la joie et la bonne humeur. Constamment à la recherche du bonheur, elle fait tout en son pouvoir pour rester positive et souriante. Sa recette bonheur est de profiter des petits moments de grâce que lui offre la vie. Elle transpose son énergie dans ses tableaux par le biais des couleurs vives qu’elle utilise et les personnages fantaisistes qu’elle conçoit. Ses personnages vêtus de costumes flamboyants et théâtraux sont riches en émotions. Comme le dit si bien l’artiste, ses personnages sont l’évocation d’émotions, de souvenirs, d’inspirations venant d’on ne sait où.  « Je tente de mettre à nu l’âme de mes personnages en montrant leurs entrailles, leurs émotions pour interpréter ce qui, selon moi, se passe derrière les vêtements et la peau. De fait, je veux montrer ce qu’ils ont dans le ventre! ».

Adèle s’amuse depuis peu à glisser dans ses huiles des clins d’œil aux chefs-d’œuvre des maîtres, comme les ballerines de Degas, la Jeune fille à la perle de Vermeer et le Déjeuner sur l’herbe de Manet. Elle a aussi intégré des dentelles anciennes à ses courtepointes.

Dans ses tableaux, Adèle Blais exprime son quotidien, ses relations humaines. Elle s’imprègne des événements de sa vie, tantôt comique, tantôt tragique et les dépeins à sa façon au travers de son art.

L’artiste autodidacte a étudié la publicité à l’Université de Montréal, elle a travaillé quelque temps dans ce domaine, mais elle s’est vite rendu compte que ce n’était pas un milieu pour elle. En 2006, Adèle sort ses tableaux du garde-robe et les présente au public lors du Festival International Montréal en Arts (FIMA). À la fin de la première journée, il ne lui reste que quelques toiles, et avant la fin des quatre jours d’exposition, toute sa production est vendue. Révélation pour l’artiste autodidacte!

Depuis ce temps, Adèle se consacre à son art. Elle a vendu ses tableaux à des collectionneurs et des acheteurs québécois et canadiens, mais aussi ailleurs, entre autres au Brésil, aux États-Unis et en Europe. Elle a exposé ses œuvres non seulement à Montréal et à Sherbrooke, mais aussi à New York, à Toronto et à Miami. Au cours de sa carrière, l’artiste a réalisé de nombreuses commandes pour des collectionneurs privés, ainsi que des fresques pour des commerces de la ville de Montréal. De plus, ses tableaux ont été vus dans des télé-séries (Tout sur Moi ; Annie et ses Hommes), un film Hollywoodien (The Factory) et une publicité diffusée internationalement (Les ordinateurs Dell). En 2012, l’ensemble de son œuvre a fait l’objet d’une critique très positive sur un blogue du portail européen de Chroniquart.

422

En 2013, cette pétillante mère de 2 enfants quitte Montréal, où elle a lancé sa carrière dans un petit atelier d’Hochelaga et où son réseau de contacts était solide, pour retourner s’installer à Sherbrooke, quitte à tout recommencer. «Il le fallait. À Montréal avec des enfants, je perdais la boule.»

En juillet 2015, le journal La Tribune lui consacrait un bel article pour célébrer son exposition au centre d’Art d’Orford.

Un petit mot d’Adèle : Bien que j’ai tenté à mainte et mainte reprises de faire des hommes, les femmes reviennent naturellement. Je les comprends mieux, on dirait que je peux plus aisément, à travers leurs traits, leurs formes, leurs particularités physiques raconter une émotion, un état d’être. Je pourrais comparer ça au fait d’être droitière. Bien que je sois capable de faire des choses avec ma main gauche, ma droite me permet beaucoup plus de précision, de finesse, de confiance, de réflexe et est le passage direct pour libérer mon d’intuition.

Je suis heureuse de collaborer à ce projet tout en féminin avec Maman Rebelle qui m’a gentiment contacté via ma page Facebook.

Je tiens à remercier Adèle Blais pour m’avoir autorisé à vous présenter ses œuvres, je vous encourage à aller la voir lorsqu’elle expose, elle dégage tellement de joie et de passion! Je lui souhaite beaucoup de succès dans ses projets!

Connaissez-vous des artistes dont les œuvres sont en lien avec la féminité, la maternité ou la parentalité ? Faites nous les découvrir!

signature fond bleu

L’allaitement maternel illustré par Tania Garcia (Taniarts création)

L’allaitement maternel illustré par Tania Garcia (Taniarts création)

Le mois dernier, dans mon article sur Amanda Greavette, je vous présentais ses magnifiques œuvres en lien avec l’accouchement! Ce mois-ci je vous présente Tania Garcia, artiste française qui illustre de façon tout à fait merveilleuse l’allaitement maternel.

Originaire de Haute-Marne (France, Chaumont), Tania Garcia vit à St Martin de Valgalgues (Grand-Alés)  dans le Gard.

Tania est tombée dans l’art à sa naissance, son grand-père était artiste peintre et ses deux premiers fils l’ont imité. L’un de ses oncles était peintre surréaliste, l’autre est sculpteur surréaliste. Tania dessine depuis qu’elle est toute petite. A 17 ans (1996) elle a commencé à faire des expositions avec ses oncles dans l’Association Interrogation qu’ils ont fondé à Chaumont en Haute-Marne (France). À l’époque elle réalisait des peintures surréalistes ou d’inspiration Manga.

Après une pause artistique de quelques années, et un déménagement dans le sud de la France , elle a repris les crayons et pinceaux pour réaliser essentiellement des portraits.

A la naissance de son fils en 2005, l’allaitement s’est présenté à elle comme une évidence, étant elle-même une enfant allaitée (maternée à 100%, au sein durant un an et demi ! pour l’époque c’est énorme !!) Pour elle, l’allaitement était naturel et tout s’est bien passé. Cependant, elle a pris conscience que pour la majorité des mamans (jeunes femmes)  cela pouvait être plus complexe à mettre en place, et que le manque de connaissance des professionnels de santé dans ce domaine ne permettait pas d’être aidé en cas de souci.

Elle s’est investi dans l’entraide à l’allaitement via un forum « le club des tétouilleurs en folie ». Lorsque son fils a eu 1 an (en 2006), elle a participé en tant que coordinatrice avec Céline Salaun à la première « Grande Tétée » sur Nîmes, pour faire découvrir aux gens la semaine mondiale de l’allaitement maternel.

A cette occasion elle a rencontré un groupe de maman qui débutait leur Association en liaison avec la maternité du Centre Hospitalier d’Alès « Les Marraines de L’Or Blanc ». Elle est devenu membre de cette Association et c’est ainsi qu’a débuté son investissement dans la promotion de l’allaitement sur le secteur Gard.

En 2010, en partenariat avec le «Réseau Périnatalité du Gard» elle participe à la réalisation du Livret allaitement Gardois en tant d’illustratrice et réalise ainsi ses toutes premières illustrations d’allaitement.

Tania n’a aucune formation artistique, elle est autodidacte. Elle a appris le dessin et la peinture à l’huile avec ses oncles lorsqu’elle était toute petite. Elle a découvert la réalisation d’illustration sur Photoshop et tablette graphique et a sût affiner sa technique. Selon elle, le digital painting se rapproche beaucoup de la réalisation à l’huile.

Tania est également aide-soignante (l’équivalent d’infirmière auxiliaire au Québec) en maternité, de nuit et peux ainsi appliquer ses connaissances en qualité d’accompagnatrice en allaitement dès la naissance, puis continuer le suivi si la maman le désire en tant que bénévole.

Elle a commencé à accepter des demandes de mamans dont elle avait fait les suivis allaitement pour immortaliser ce grand moment, et transfigurer leur victoire dans une époque où l’allaitement long relevait du combat permanent contre les idées reçues et les contre-vérités.

Si vous voulez faire faire votre portrait d’allaitement par Tania Garcia, vous pouvez la contacter via sa page Facebook, par courriel à tania30520@hotmail.fr ou encore par téléphone 06.15.68.04.94 (si vous êtes en France) et 011.33.6.15.68.04.94 (depuis le Québec). Elle réalise également de très belles cartes ! Elle publie l’ensemble de ses œuvres sur son Blog.

12714400_1126324764065348_1255368723_n
Breastfeeding on the beach! Une  sage-femme de Californie a demandé à Tania Garcia d’illustrer la « position biological nurturing » sur une plage de sable fin pour son site internet.

 

Pour les professionnels de la santé (sages-femme, infirmières, accompagnantes à la naissance) ou les marraines d’allaitement, Tania Garcia a fait une belle affiche pour expliquer la fonction hypophysaire sur la production lactée. Si vous êtes intéressé en avoir une, n’hésitez pas à la contacter!

Photo-schema-fonction-prolactine-copie.jpg

Tania expose une fois par ans environ au Salon de Fortun’art à St julien les rosiers (France).

En 2015, Tania Garcia a eu une demande de l’Association Grande Tétée (France) pour une illustration qui paraîtra cette année pour toutes les abonnées (pour plus d’information, visitez le site de La Grande Tétée).

Tania fera aussi la couverture du fameux Hot milk magazine qui paraîtra en avril de cette année.

Un petit mot de Tania Garcia : « Le dessin à toujours fait partie de ma vie, depuis aussi loin que je m’en souvienne. Aujourd’hui je mets mes compétences au service des parents. Ces moments partagés pendant la petite enfance sont intenses et remplis d’émotions, j’aime l’idée d’associer la représentation de cet instant d’amour, cette symbiose qu’est l’allaitement avec des éléments qui ont une signification particulière pour la maman (fleurs, lieu spécial, arbre de vie etc.).

Je remercie Maman Rebelle pour cet article qui me permet d’expliquer mon travail et ce qu’il représente pour moi »

Je tiens à remercier tout particulièrement Tania Garcia pour sa gentillesse et pour m’avoir autorisé à présenter son travail et lui souhaite beaucoup de succès dans ses projets!

signature fond bleu