Archives de
Catégorie : Couple

10 commandements au futur père | Cocoon Bien Naître

10 commandements au futur père | Cocoon Bien Naître

C’est officiel vous serez bientôt un heureux papa ! Tout comme la future maman, j’imagine que vous avez 1001 questions sur ce qui s’en vient et que vous vous demandez comment gérer les angoisses de Mme. Tout le monde sait bien qu’une femme enceinte, avec ses hormones en ébullition, peut être un tantinet exigeante. Et bien rassurez-vous, lorsque bébé sera là, se sera pire.

Pour vous aider à passer le cap de la première année voici, non sans une touche d’humour, les 10 commandements que vous devriez appliquer.

1- Ton budget tu établiras

Si un enfant ça n’a pas de prix, les meubles, les jouets, les vêtements et les accessoires en ont un ! Sans compter que votre revenu sera considérablement réduit pendant les congés parentaux. Mieux vaut prévoir un petit coussin financier. Avoir un bébé, c’est déjà très exigeant pour un couple alors inutile d’ajouter des tensions budgétaires en plus! Nathalie du Blogue Economies et cie vous donne plein d’astuces pour faire votre budget (sans trop souffrir) et avoir un bon suivi de vos dépenses.

2- Aux cours prénataux tu assisteras

La grossesse et l’accouchement ne sont pas des activités réservées à votre conjointe. Le papa moderne que vous êtes aura à s’impliquer dans les choix qui entourent la naissance de l’enfant. Lors de la première rencontre prénatale, la plupart des pères me disent « c’est elle qui sait, c’est elle qui décide ». Je les sens sur la défensive, anxieux face à ce qui les attend. Peu à peu, par le biais du plan de naissance, j’invite le couple à engager le dialogue sur le choix du lieu d’accouchement, les méthodes pour aider au soulagement des contractions, les interventions médicales de routines, etc. je me rends compte que l’attitude du père change et qu’il réalise à quel point sa place est importante et comment il peut être impliqué auprès de son enfant avant même sa venue au monde. N’hésitez pas à aider votre conjointe pour trouver des cours prénataux qui vous ressemblent.

Trouver des cours prénataux qui nous ressemblent!

3- A l’accouchement tu PARTICIPERAS !

Vous êtes LA personne en qui maman a le plus confiance ! Votre présence à ses côtés pendant la l’accouchement aidera à cimenter votre couple et à renforcer les liens qui vous unis. Néanmoins, si vous passez votre temps sur votre cellulaire à jouer à votre jeux vidéo pendant que maman est prise avec les contractions, y se pourrait bien que vous perdiez des points pis qu’elle vienne vous le remettre sous le nez à un moment donné. Alors un conseil, surfez sur la vague des contractions avec elle plutôt que de l’attendre sagement sur la berge. Si vous avez suivi le 2ème  commandement vous savez pratiquer des massages relaxants, l’aider à relâcher en se concentrant sur sa respiration,  faire des points pressions, appliquer les principes de la préparation affective à la naissance. Sinon bonne chance parce que vous êtes dans la M… !

4- Après la naissance, la visite tu filtreras

Vous avez un bébé tout beau – tout neuf et évidemment la famille et les amis veulent tous voir votre petite merveille. Mais voilà, maman est épuisée d’avoir poussé pendant des heures pour le mettre au monde et vous n’avez pas beaucoup dormi parce que bébé fait la java la nuit. Prenez 1-2 semaines relax pour vous adapter à votre nouveau rôle. Faites savoir à la visite qu’elle sera la bienvenue mais avec parcimonie et en s’annonçant à l’avance. Ici, vous trouvez d’autres conseils sur comment survivre à la naissance de bébé.

10 conseils pour survivre à la naissance de bébé | Cocoon Bien Naître

5- Ta conjointe tu épauleras

Pendant les premiers mois de sa vie, votre enfant va être pluggé à maman 24/7. Cela ne veut pas dire que vous  ne pouvez pas vous impliquer. Tout comme elle, vous êtes capable de changer une couche, de donner un bain, de câliner, de bercer, etc. Pour former une équipe gagnante chacun doit s’investir à 100% dans la relation avec le bébé car vous êtes chacun parent à temps plein, même la nuit 😉 Profitez donc de votre congé de paternité pour créer un lien significatif avec votre bébé.

Quand vous aurez repris le travail et même si vous arrivez fatigué, évitez de dire à votre conjointe « t’as pas fait la vaisselle ? » ou encore « Qu’est-ce qu’on mange à soir ? ». Parce qu’y se pourrait bien que la seule chose dont elle rêve soit de pouvoir prendre une douche pis qu’elle n’est pas encore pris un vrai repas de la journée. Alors pitié, mettez la main à la pâte, offrez-lui de vous occuper de bébé le temps qu’elle relaxe un.

6- Ton jeu vidéo tu lâcheras

Vous êtes un hardcore gamer ? Si jusque-là votre blonde trouvait ça ben drôle de vous voir affalé sur le sofa ou supportait vos interminables monologues sur Assassin’s Creed, ça risque de se corser avec l’arrivée d’un bébé. On ne se cachera pas qu’un bébé c’est de la job ! Les premières semaines votre tout petit passera son temps à dormir et à manger, c’est vrai. Si vous pensez vous en sortir parce que maman allaite vous avez tout faux. Même si vous n’avez pas vraiment ce qu’il faut pour lui donner du lait maternel, votre blonde appréciera FORTEMENT que vous soyez proactif et que vous l’aidiez (LA NUIT AUSSI).

Comment ? Pour commencer sortez-vous du canapé ou de votre lit pour aller chercher le bébé. Vous pouvez le changer avant ou après le boire, lui faire faire son rot, le bercer, donner le bain et etc. Quand bébé pleure, il serait étonnant que le simple fait de brasser son transat du bout du pied tout en jouant sur clash of clan suffise à le calmer.

Un conseil lâchez donc votre manette, votre tablette, votre PC ou tout autre chose contenant un jeu vidéo et intéressez-vous davantage à votre petite famille avant qu’elle vous file entre les doigts !

10 commandements au futur père | Cocoon Bien Naître
Crédit photo : Pixabay

7- Ta patience tu développeras

La patience avec un nouveau bébé est primordiale, vous devrez vous adapter à son rythme et y aller un jour à la fois. Avoir un nouveau bébé est assez éprouvant, surtout dans les premières semaines de vie. Il y a les nuits sans sommeil, les pleurs incessants, les petits bobos et les grands questionnements. Comme votre conjointe vous vous demanderez surement si « vous êtes un bon père », si « vous vous y prenez bien », si « vous auriez pu faire mieux ». Avec le temps vous apprendrez à développer votre instinct et votre confiance et vous vous rendrez compte que vous faites surtout du mieux que vous pouvez !

8- Face à ta propre mère, ta conjointe tu défendras

A voir le nombre de post qui passent chaque jour sur les réseaux sociaux, le MYTHE de la belle-mère ne semble pas en être un ! Comme toutes les mères qui se respectent, la votre voudra probablement donner son point de vue sur la façon dont vous choisissez d’élever VOTRE enfant. Mais y se pourrait bien que ça vienne heurter la sensibilité de votre conjointe de se faire dire « Yé sauvage parce que tu l’allaites » ; « si tu l’avais pas toujours sur toi, je pourrais m’en occuper un peu » ; «Est-ce que tu le nourris? » (Heu ! non, on le nourrit uniquement lorsque tu nous visite pour bien paraître…) ; ou encore d’entendre «je t’aurai bien donné des chips mais ta maman veut pas … » (culpabilisant hein ?) et j’en passe des vraiment affreuses!

Alors Mon Cher, il va falloir mettre vos culottes et dire à votre maman chérie qu’elle y va un peu fort et que pour éviter les chicanes de couple et les tensions dans la famille, elle doit savoir rester à SA place et respecter VOS façons de faire.

9- La dépression post-partum et le baby-blues tu surveilleras

Dépression post-partum et baby-blues… Moi, le papa? Eh oui! Toi homme virile, le gars qui a de la barbe, qui est fort et qui est le pilier de la famille, tu n’es pas à l’abri des impacts possibles sur ta santé mentale à l’arrivée d’un nouveau bébé. 4 % des pères présentaient des symptômes de dépression dans les 2 premiers mois suivant la naissance du bébé. (réf: Naître et grandir)

Ta famille a besoin d’un homme en santé « faque  attaches ta tuque avec d’la broche ». Émélie du blogue Visages de la santé mentale te donne ses quelques conseils :

Truc #1 : Relax le père!

Aller prendre une bière avec tes chums de gars, manger des ribs avec tes mains en écoutant le hockey est pour toi synonyme de décrochage? Tu aimes prendre un bain avec le bubble bath à ta femme en cachette parce que c’est relaxant en bibitte mais t’oses pas le faire trop souvent par peur de passer pour un quétaine? Ben là là, c’est le temps parfait pour mettre de côté tous les préjugés. L’important c’est de laisser le même temps de relaxation à ta femme. Une fois par semaine prends 1 heure juste pour toi et 1 fois aux deux semaines, sors de la maison avec tes amis.

Truc #2 : Dors!

Je sais, facile à dire mais pas à faire quand t’as un bébé naissant mais c’est loin d’être impossible. Premièrement, si t’as un emploi qui te le permet, ton congé de paternité prend le. C’est pas mal plus facile de se reposer si tu n’as pas besoin d’aller travailler. Deuxièmement, priorises les relais. Quand maman dors papa prend la relève et quand maman est debout, papa dors. Et finalement, quand bébé dors, même le jour, profites en pour faire une sieste à deux.

On a remarqué que les taux de testostérone des futurs pères diminuent durant la grossesse. Or, on sait déjà qu’il existe un lien entre la dépression chez les hommes d’âge moyen et un taux de testostérone bas. (réf: Naître et grandir)

10 commandements au futur père | Cocoon Bien Naître
Crédit photo : Pixabay

Truc #3 : Fais l’amour, pas la guerre!

Le sexe, l’intimité et le plaisir en amoureux sont tellement puissants comme antidépresseurs. En plus, les grands-parents et les « matantes » vont se faire un PLAISIR à garder bébé quelques heures. Paroles de « matante », juré, craché!

Il n’est jamais trop tard pour prendre soin de sa santé mentale. Sois à l’écoute de tes besoins et dresse-toi une petite liste de choses qui te font du bien. Discutes-en avec ta conjointe et invite-la à faire de même.

Surtout portes attention aux signes et symptômes de la dépression post-partum et au baby-blues du père. N’hésite surtout à demander de l’aide si tu sens que tu en souffres.

10- Les conseils de tous tu moduleras

Que vous ayez décidé d’utiliser les couches lavables (ou pas), que votre conjointe désire allaiter (ou pas), que vous votre éducation soit souple (ou pas), que vous prévoyez faire la DME ou les purées, etc. vous recevrez quoi qu’il arrive des tas de conseils et commentaires de la part de votre entourage. Rassurez-vous, même si vous ne demandez pas à en avoir, vous en aurez !

Alors un dernier conseil 😉 prenez ceux qui vous intéressent et laissez faire les autres. La meilleure façon de faire des choix éclairés, c’est de se documenter sur tout pis de suivre son instinct et d’écouter son cœur.

 

Maman Rebelle


L’ensemble des articles du blog peut être reproduit et partagé dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire le nom de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

14 mois d'allaitement, je n'aurais jamais pensé me rendre aussi loin | Accompagnante | Cours prénataux

Sexe et Maternité font-ils bon ménage?

Sexe et Maternité font-ils bon ménage?

Sexe et Maternité : on m’a régulièrement demandé d’écrire sur le sujet, mais tsé, comme dans vraie vie « fallait que ça me tente »! Le désir d’écrire c’est comme le désir tout court.

Pour moi la maternité et la sexualité ça « peut » faire bon ménage mais ça dépend de plein de facteurs : l’inspiration, le lieu, les odeurs, l’envie, la disponibilité d’esprit et de corps, le choix éclairé, la vision du sujet (et non de l’objet), etc.. Allons-y par thématique alors. Un par un. Essayons de jaser sexe sans a priori ni préjugé.

L’inspiration

Je dois être inspirée pour avoir envie de faire l’amour moi. Ça se peut que, si je suis stressée, je n’aie aucune envie de coller mon chum. Pour moi l’inspiration c’est une multitude de facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte ici. Tsé une maison en bordel ou un bébé qui pleure, c’est pas vraiment inspirant pour la libido! Maman fatiguée, dépassée, écœurée peut-être. Mais avec un peu d’aide l’inspiration pourrait être au RDV… Tsé un gars qui se ramasse et qui fait à manger c’est super sexy. En plus s’il cuisine en boxer c’est encore mille fois mieux. Un chum présent qui t’épaule dans les moments difficiles, qui soutient dans tes choix (allaitement, maternage) face à l’entourage ça donne des papillons dans le ventre.

Si vous apprenez à percevoir (ou décoder, parce que des fois ça prend un dictionnaire adapté) les signes émotionnels de notre partenaire de jeu et ça ira deux fois mieux!

Le lieu

Si on allaite un bébé et qu’on fait du cododo il est probable que mon lit soit surutilisé et que je le vois comme un lieu de nutrition plus qu’un lieu de plaisir. Peut-on, SVP changer de place? Le salon avec un futon étendu? Un feu de foyer avec ça??? Ou la chambre d’amis qu’on n’a pas encore essayée. Peut-être même la table de cuisine si tu n’attends pas de visite hein. Et si tu en attends dans trente minutes, tu peux le faire pareil, hein! Le fait d’avoir un chrono à tenir vous stimulera sans aucun doute.

Alors la créativité et l’inventivité sont des multiplicateurs de moments intimes!

Les odeurs

Si mes draps sentent le lait caillé (croyez-moi je connais ça en masse… j’ai allaité pas loin de 20 ans) peut-être que je ne serais pas excitée de baigner dans  cette odeur pour avoir des rapprochements. Comme moi,  t’as probablement envie de meilleure senteur, pis je te parle pas des « tsours de bras » de ton chum nécessairement. Une huile à massage qui sent bon, un diffuseur d’huile essentielle ou juste un pain qui cuit (si tu fais ça dans la cuisine bien entendu) bin c’est un super incitatif pour tes narines et pour le reste.

Pour les odeurs corporelles, moi je préfère la nature aux déos chimiques. Chacune ses préférences!!! Pour se sentir bien (et sentir bon) as-tu pensé au bain? Si bébé veut bien, tu le prends avec ton amoureux tranquillement et le monde du septième ciel vient d’apparaître!

L’envie

Y a un dicton qui dit que l’appétit vient en mangeant. Pareil pour les intérêts sexuels. Si on refuse 99% du temps de se laisser toucher parce qu’on ne ressent pas le désir « là là », il est probable que l’on repousse les moments de tendresse et de sexe. Je me rappelle plusieurs fois où je ne me sentais nullement excitée, ni même excitante, et où mon chum me caressait doucement, me massait le dos gentiment et ensuite langoureusement… Bin ça finissait par me tenter. Oui, oui… Des fois on y aboutissait au bout de 50 ou même 75 minutes, mais est-ce grave? Parfois j’allaitais entre deux caresses (pas en même temps, là… ne craignez pas pour mes enfants) et on finissait par faire l’amour car il m’excitait suffisamment. En fait il prenait son temps hein… Il acceptait ma lenteur de tortue et s’accommodait du temps de réponse interminable.

Sexe et Maternité font-ils bon ménage? | Cocoon Bien Naître
Crédit photo : Lyz Murray Photographie

La disponibilité

Oui c’est clair que si mon chum me demande de faire l’amour alors que je suis en train de changer une couche de caca-jaune-bébé-allaité ou que bébé a passé sa journée à pleurer, ça se peut que je sois exaspérée par sa requête. Même affaire si je meurs de faim, que je tente de cuisiner un repas mangeable à travers les 4 moustiques qui me tirent la chemise et qui réclament une collation et qu’y se présente en bobette avec une bière à la main. Ça se pourrait que je parte à rire par l’image grossière que je vois ou que je m’exclame « ah! t’as oublié de mettre un pantalon??? ».

Et n’oublie pas : quand on fait des tâches à deux, ça prend pas mal moins de temps, donc on accroît sensiblement le temps imparti au couple (tsé s’il y en a un évaché sur le divan pendant que l’autre sue sa vie à laver les planchers y a de bin bonnes chances que l’agréabilité disparaisse comme par enchantement!).

Le choix éclairé

Le choix éclairé ça veut dire être en mesure de jaser de la sexualité avec mon conjoint. De lui dire que ma fatigue est permanente et s’arrêtera à ma retraite. Que s’il veut faire l’amour langoureusement il devra apprendre à se faire beau, enthousiaste et généreux. De mon côté il est probable que je fasse aussi des compromis en tentant des fois de sentir autre chose que le parfum de lait caillé ou de caca foireux. Je dois aussi accepter ma lenteur sur le sujet. Si j’en discute avec mon amoureux ça facilitera amplement les rapprochements et les entourloupettes pour se retrouver sous la couette dans des moments (chouettes) cocasses (entre un film pour enfants et les bains des plus grands; entre le repas qui crame et les enfants qui hurlent de faim…).

La vision du sujet (ou mon apparence et la sienne)

Je dois voir mon amoureux comme un compère, un complice, un individu avec qui je veux avoir du plaisir et du bonheur. Et vice-versa. Lui aussi doit encore me voir comme son amoureuse et sa douce moitié. Mais au-delà de cela on apprend aussi à jongler avec notre image corporelle qui change au fil du temps. Vous savez ce que mon chum m’a déjà dit? Qu’il avait, au fil du temps, couché avec une maigrichonne, une fille aux mini-seins, une blonde aux seins moyens et une femme aux seins qui voulaient exploser… Idem pour les fesses : elles sont parties de nulles à bin grosses. Il a appris à aimer ce qu’il touchait ou voyait.

Ton chum c’est pareil : il s’adapte aux aléas de la vie pour t’aimer en chair et en os (ou les deux successivement). Et l’homme bin il peut aussi prendre soin de lui en soignant son apparence! PS : profite de ton allaitement pour les décolletés vertigineux, je suis certaine que l’amoureux sera attiré par la bonne chair!

Nous on discutait aussi de ce qui nous allumait : telle paire de bobette, telle odeur, tels draps… Pis tout ça aidait à la mise en scène.

Etc.

J’ai sûrement omis des milliers de critères à une vie sexuelle active pendant la maternité (grossesse et allaitement). C’est clair que chacune a ses propres limites, que chaque couple a son vécu avec ses forces et ses défis. Parfois en mettant à contribution des gens de notre entourage on peut tenter un petit 2-3 heures de tendresse à défaut de partir une fin de semaine. J’aurais pas voulu, pour ma part, laisser mon bébé allaité pour un weekend en amoureux dans un hôtel luxueux. Mes bébés c’était une extension de moi-même donc on essayait vivement d’en tenir compte dans nos préparatifs amoureux.

Une suggestion comme ça : se parler, discuter, converser, communiquer, développer l’empathie, etc. ça vient parfaire le désir pour l’autre. Ton conjoint a du mal avec ton rythme lent? Lis avec lui ce texte rigolo et sérieux en même temps pour l’aider à comprendre que parfois la normalité c’est aussi de « sécher » quelque temps! Mais sécher ne veut pas dire qu’il ne se passera rien : tendresse, sensualité, massages, se coller devant un bon film (et s’endormir devant!!!), sans oublier la masturbation mutuelle qui peut être stimulante pour le couple sans passer par la pénétration (c’pas obligatoire). On peut apprendre à développer de nouvelles techniques sexuelles. Tsé, même les personnes âgées doivent adapter leur sexualité et ça veut pas dire pour autant qu’ils n’en ont pas envie, besoin ou qu’ils préfèrent ne rien faire.

Conclusion?

Ces histoires-là c’est jamais fini. L’amour est important et quand tu as de l’admiration pour ton partenaire tu peux certainement trouver des terrains d’entente (comme faire l’amour sur un « terrain » de camping… hahahahha). Et tu sais quoi? Sans humour c’est plate!

Et pense aussi au temps d’adaptation nécessaire à ce nouveau rythme. Un nouveau bébé et parfois plein de bambins qui courent partout, c’est comme un marathon disons!!! Les petites attentions de part et d’autres seront les bienvenues pour stimuler le désir et le goût d’être en couple. Comment on fait ça? Un baiser dans le cou pendant un changement de couche (hahaha), une caresse d’encouragement pendant l’allaitement, un regard admiratif envers le conjoint qui fait du lavage… C’est-y pas cute? En intensifiant les moments de tendresse au sein de ton couple tu as de bonnes chances de garder la connexion et d’agrémenter le lien qui t’unit à ta douce moitié!

Pascale Pouliot, travailleuse sociale et coach familiale

Questions, commentaires? N’hésitez pas à contacter Pascale sur sa Page Facebook ou via son site web.

Un petit mot de Pascale : Je suis l’heureuse maman de neuf enfants avant tout, végane, écolo et un peu timbrée! Devenue travailleuse sociale sur le tard, je m’intéresse beaucoup aux défis des couples et aux familles qui rencontrent des difficultés liées à l’organisation familiale. Voilà pourquoi je développe une pratique entourant la communication bienveillante, la coparentalité, le journal créatif (forme d’auto-thérapie incluant l’écriture, le dessin et le collage). Je me reconnais dans les approches holistiques, je développe présentement des ateliers d’alimentation végétalienne et éventuellement une branche de soins naturels pour les familles. Je suis disponible pour répondre à vos questions et pour vous accompagner dans un cheminement vers le mieux-être familial. Je vous soutiendrai dans cette démarche pour encourager une saine gestion des conflits et éclaircir les obstacles entourant la communication.

 


L’ensemble des articles du blog peut être reproduit et partagé dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

Accompagnante à la naissance | Cocoon Bien Naître

Accouchement, on a respecté mon rythme, mon corps et mon intimité #accouchementrespecte #smar2016

Accouchement, on a respecté mon rythme, mon corps et mon intimité #accouchementrespecte #smar2016

6 mars 2015,

Félix a alors 36 semaines et 6 jours de fait dans mon ventre.

C’est le jour de ma fête, et c’est aussi le jour où tu as décidé de te pointer le bout du nez !

Je me rends compte que je perds du liquide amniotique. Ton papa et moi nous nous rendons à la maison de naissance de la Rivière.

C’est dans un milieu chaleureux, doux, serein, réconfortant et sécuritaire que nous avons choisit de t’accueillir. C’est dans un cocon remplis d’amour, accompagnés par 2 merveilleuses sages-femmes, que tu verras le jour. Dans le respect de notre rythme, de mes désirs et de nos choix éclairés. Ta naissance sera un moment de très grande douceur et empreint de confiance. Tous ensembles nous ferons émerger la force et l’énergie nécessaire afin de te guider vers la sortie.

 

10h00 environ

Arrivée à la maison de naissance. Papa et moi sommes accueilli par une merveilleuse aide-natale. Elle prend le temps de nous demander comment nous nous sentons. Nous sommes très fébriles de savoir que tu seras bientôt parmi nous. Arriver à la maison de naissance c’est comme arriver à la maison. Ce sentiment de bien-être, de sécurité, de chaleur et d’intimité. Loin de cet environnement médical, froid et stressant. L’aide-natale nous guide vers notre chambre. Wow, c’est comme être à l’hôtel. On me demande si j’ai envie de manger. Oh oui, car je sens que je vais avoir besoin de force et d’énergie. On m’apporte des fruits frais, des noix et du yogourt. Merci! Je me sens déjà chez moi ! Ensuite ma première sage-femme vient me rendre visite. Elle m’examine … surprise c’est seulement le premier feuillet de la poche des eaux qui est rupturé. On écoute ton petit cœur et tu es en pleine forme mon coco ! Puis, on m’installe mon soluté car je suis positive au strepto B. Pas de panique, je pourrais quand même bouger et l’enlever après la première dose. On s’installe tranquillement dans la chambre.

 

11h30 environ

Ma deuxième sage-femme arrive, je lui demande à ce qu’on rupture ma deuxième poche. A partir de ce moment les contractions deviennent plus intenses. Assise sur le ballon, je prends les contractions une à la fois entre 2 bouchées de fruits. Et oui, j’ai encore faim !! Je demande à ce qu’on mettre la radio car j’aime beaucoup écouter de la musique. Cela m’aide à me détendre. Papa est près de moi et me prend dans ses bras à chaque contraction. Il m’aide à rester concentrer sur ma respiration et m’encourage. Sa présence est tellement importante. Mes contractions sont environ aux 4 minutes mais s’intensifient très rapidement. C’est mon troisième accouchement mais mon premier fait de façon naturel en maison de naissance.

 

12h30

Le travail avance toujours aussi rapidement. Je me sens bien. Je sens que l’on respecte ton arrivée et notre intimité. L’accouchement est vécu en couple. Il n’y a que nous dans la chambre. Je me sens tout en contrôle et en confiance. Les sages-femmes se relaient pour venir voir si tout se passe bien. On respecte la bulle dans laquelle nous sommes plongés. Elle me laisse le temps de bien prendre mes contractions avant de me poser des questions, d’écouter ton cœur. Elles m’encouragent et me disent que je fais bien cela.

 

1h30

Je serre papa très très fort dans mes bras. Je suis debout, accroché à son cou et je me balance de gauche à droite en faisant des sons. Les contractions sont aux 2 minutes et font tellement mal. Papa m’aide en respirant lentement dans mon oreille et m’incite à suivre sa respiration. Je sens que nous travaillons en équipe lui et moi. Je sens une force incroyable au fond de moi qui m’aide à continuer et à ne pas abandonner. Je sens tellement d’amour entre nous. La façon dont il me regarde me fait sentir encore plus forte.

 

1h45

Les contractions sont toujours aux 2 minutes et très très intense. Je sens qu’il n’y a plus de position qui me soulage. À quatre pattes dans le lit, assis sur la toilette, debout etc. Je clame mon envie d’aller dans le bain. On me fait couler un bain chaud. Le bain n’a pas encore finit de se remplir que je suis déjà dedans hihi ! Je me souviens avoir entendu ma sage-femme me dire que le bain c’est comme mon épidurale !! Wow ! La chaleur de l’eau me fait tellement de bien. Même si j’ai extrêmement mal, cela me permet de bien me reposer entre chaque contraction. Les 2 sages-femmes sont présentes. Je sais que cela signifie que le grand moment approche. D’un coup je sens que j’ai peur, je sais que je ne peux plus revenir en arrière. Les sages-femmes me posent la même question que durant mon suivi de grossesse : « Kim, aimerais-tu accoucher dans l’eau ? » Eeeuh !!! Même réponse qui me revient…. « Je ne sais pas encore » Quand j’y repense, cela me fait bien rire, j’hésitais encore rendu à la fin hihihi ! À la vitesse où le travail avance, je me demande bien comment je vais faire pour sortir du bain !!! hihihi !

 

2h30

Wow !! que c’est intense, que ça fait mal. Je n’y arriverai pas. Je veux que ça finisse. Je pense que je vais mourir…. Voilà une partie des pensées qui m’habitent. Ha et j’oubliais… JE VEUX L’ÉPIDURALE !!! Je ne l’ai pas crié haut et fort mais c’est ce qui tournait en boucle dans ma tête!! C’est le moment où une de mes sages-femmes me dit : « Kim, si tu veux sortir de l’eau, c’est maintenant ou jamais !! » Et bien je vais rester ici ! Je me sens tellement mieux dans l’eau.

Je serre papa tellement fort que j’ai peur de lui faire mal. Je serre de toutes mes forces le bord du bain. C’est là que ma sage-femme me tend la main. On m’encourage en me disant que ça va bien, que bébé arrive, que ce sera bientôt terminé. Je sens alors un côté animal tout au fond de moi. Je vais puiser dans une force dont je ne soupçonnais pas l’existence. Je cris, je hurle de toute mes forces. Ma sage-femme fait des sons avec moi. Elle m’aide à rester focussée.

  

2h45

Ça fait tellement mal que je crois que je vais mourir. Je sens que je perds le contrôle. Je cris, je pleure et je sens qu’il faut que ça finisse. Une contraction arrive et je pousse de toutes mes forces. On me dit d’écouter mon corps, que mon corps sait quoi faire. On me dit que je suis bonne, que j’aurai bientôt bébé dans mes bras. Ha oui ! C’est vrai! mon coco Félix, on doit le faire ensemble. C’est alors qu’arrive CETTE contraction. Je cris encore de toute mes forces, elle fait terriblement mal. Mes cris ne sont pas tût, ils sont accueillis et entendu. Je sens une très grande compassion quant à la douleur que je ressens. Jamais on ne m’a dit de crier moins fort. Je ne sens pas que je « dérange ». Je me laisse guider par mes sensations et mon désir d’extérioriser. Cela me fait du bien. Je pousse encore de toutes mes forces. On me dit que ta tête est là. Ma sage-femme s’empresse de me dire que je dois pousser doucement pour faire attention à mon périnée. Je ne suis pas capable de contrôler ma dernière poussée.

Et là bébé sort. Le moment tant attendu! C’est papa qui t’attrape dans l’eau et qui te dépose sur moi. Voilà!!! J’ai réussi!! Je l’ai fait!!! Un sentiment de fierté incroyable s’empare de moi!!! On a réussi mon bébé! On a réussi papa!!!! Et non, je ne suis pas morte!!  Nous pleurons de joie!!! Les sages-femmes nous laissent te contempler! Que tu es beau mon bébé!! Je m’inquiète soudain parce que tu ne pleures pas. On me rassure vite… C’est parce que tu as eu droit à une naissance calme et dans l’eau. Tu es passé de l’eau à l’eau. C’est pourquoi tu ne pleure pas. Tu es si calme mon bébé. Tu continue à dormir dans mes bras. Tu es né à 2h47.

kim paquin2
Photographie privée, ne pas reproduire svp
kim paquin3
Photographie privée, ne pas reproduire svp

Nous restons dans l’eau environ 25 minutes. Ensuite papa a pu te prendre et faire du peau à peau avec toi. Plus tard, on me demande si j’ai envie de manger. Ohh oui! Je sens que je dois reprendre des forces… C’est avec surprise que ça cogne à ma porte… Voilà que plusieurs sages-femmes et aides-natales viennent pour me chanter bonne fête !!! Ma première réaction est … « Ha oui !! C’est vrai… c’est ma fête » J’avais complètement oublié hihihi !!

C’est tellement apprécié comme surprise !!

L’examen de mon petit Félix est fait devant nous. On nous explique chaque étape et le pourquoi du comment cela! Woow! Que c’est intéressant!

 

kim paquin4
Papa coupe le cordon ombilical, Photographie privée, ne pas reproduire svp

On me guide aussi lors de mon premier allaitement. 3 heures après la naissance de notre fils, on nous laisse en famille afin de bien nous reposer. C’est tellement bien de pouvoir se retrouver dans l’intimité à profiter de ces premiers moments si précieux.

Quand on y repense, les mots qui nous viennent en tête lorsqu’on  parle de notre accouchement : c’est respect, confiance, soutien et amour. Je sens qu’on a respecté mon rythme, mon corps et mon intimité. L’approche sage-femme respecte tellement le côté humain qu’on recherche tant dans un moment si important de notre vie. La naissance de notre enfant et un moment dont on se souviendra toute notre vie! Il est tellement important que ce soit une expérience positive et respectueuse. Je n’ai jamais eu de pression quant à mes choix durant mon accouchement et durant mon suivi. On m’a informé et nous avons ensuite pu prendre les décisions en lien avec nos valeurs. Je peux dire que « nous » avons accouchés dans l’amour, la confiance et le respect. Je ne remercierai jamais assez mes 2 sages-femmes pour tout ce qu’elles ont fait pour nous ! Pour le soutien, l’écoute et le merveilleux suivi. Vous êtes tellement des femmes extraordinaire et dévouée. Vous ferez toujours partie de l’histoire de Félix! Il vous remercie aussi de l’avoir respecté et d’avoir pris soin de lui! Continuez votre merveilleux travail.

On vous aime !

Kim Paquin

kim paquin6
Félix, Photographie privée, ne pas reproduire svp

Je tiens à remercier Kim Paquin pour avoir partagé le récit de son accouchement avec nous.

Et vous? Comment s’est déroulé votre accouchement?

Racontez nous votre histoire en commentaire! 

L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu

Sexualité pendant la grossesse, comprendre et vivre les changements

Sexualité pendant la grossesse, comprendre et vivre les changements

La grossesse est une période cruciale pour le couple. De nombreux changements se produisent dans toutes les sphères de la vie du couple et de la femme, que ce soit sur les plans psychologique, physique, relationnel ou sexuel[1]. Ces différents bouleversements peuvent modifier la relation que la femme entretient avec les autres mais aussi la relation à son corps et à sa sexualité.[2]

Il arrive que le conjoint éprouve également certaines difficultés à poursuivre les relations sexuelles dans le cadre de la grossesse. Il existe également de nombreuses fausses croyances qui entravent la sexualité dans le couple. Néanmoins, dans le cas d’une grossesse « normale », le fœtus est très bien protégé dans le ventre de sa maman! Parfois, le couple devra parfois user d’imagination et développer de nouvelles pratiques en matière de sexualité au cours des 9 mois de grossesse.

Pour celles qui voudraient la version PDF de notre guide SEXUALITÉ PENDANT LA GROSSESSE c’est ici!

 

Transformations corporelles pendant la grossesse

Durant les 9 mois que dure la grossesse, la femme vit de nombreux changements corporels. Le ventre s’arrondit, les hanches s’épaississent. La poitrine se gonfle et devient plus ferme sous l’action conjuguée des hormones progestérone, œstrogène et prolactine. Celles qui trouvaient leur buste trop menu apprécieront ce changement. Néanmoins cet épanouissement du buste peut s’avérer un peu douloureux. Cette croissance s’accompagne d’un durcissement et d’un élargissement des mamelons et des aréoles (zones circulaires autour des mamelons). Toutes ces modifications visent à préparer le sein à l’allaitement. Ces modifications corporelles peuvent être perçues de façon positive ou négative par la femme enceinte.[3]

Symbole de féminité ou à l’opposé à l’idéal de minceur

Certaines femmes vont voir leur prise de poids comme une symbolique de leur féminité. En effet, comment être plus féminine qu’en aillant un enfant qui grandit et se développe en soi? Généralement, ces femmes se complaisent dans leur nouveau rôle, celui de future maman. Leurs nouvelles rondeurs voluptueuses les amènent à se sentir plus désirables.

D’un autre côté, certaines vont se sentir moins attirantes et moins séduisantes. Ces perceptions négatives du corps sont souvent liées à l’idéal de minceur que prône la société.[4] De plus, les commentaires venant de l’entourage sur la prise de poids de la femme enceinte peuvent avoir des impacts négatifs sur sa perception corporelle. Le sentiment de gêne causé par la prise de poids peut nuire à la libido. Il semblerait que les femmes qui se sentent les moins séduisantes seraient celles qui ne se sentaient pas ou peu séduisantes avant d’être enceinte.[5] Les femmes qui sont satisfaites de leur corps durant la grossesse auraient plus de relations sexuelles que celles qui ne le sont pas.

Rôle important du conjoint

Ici, le rôle du conjoint est important. Les études démontrent qu’une attitude positive du conjoint par rapport aux transformations corporelles de la femme enceinte a un impact important pour celle-ci dans l’acceptation de son corps.[6]

Il est donc important de faire attention à ce qu’on dit aux femmes enceintes concernant leur prise de poids, car ça peut avoir des effets psychologiques néfastes. En ce qui concerne les conjoints, leur support affectif est très important!

La vie sexuelle

De nombreuses femmes expriment que des changements s’opèrent au niveau de leur sexualité pendant la grossesse. Ils sont influencés par divers facteurs physiques, psychologiques, hormonaux, sociaux et culturels.[7]

La sexualité se modifie en fonction des trimestres de grossesse

Durant le premier trimestre, on voit souvent une diminution marquée des relations sexuelles.[8]  Ce phénomène s’expliquerait surtout par les effets secondaires liés à la grossesse. Les variations hormonales des taux de progestérone, d’œstrogène et de prolactine chamboulent le corps de la femme et lui font vivre de nombreux maux. La fatigue voire l’épuisement, les changements d’humeur, les nausées, les vomissements peuvent diminuer l’intérêt sexuel.[9] Les seins hypersensibles, parfois même douloureux peuvent rendre l’approche du partenaire moins agréable. Dans ce cas, incitez votre partenaire à explorer d’autres parties de votre corps. Ces désagréments disparaissent généralement au cours du 2ème ou 3ème trimestre de grossesse. Certaines femmes présentent une sécheresse vaginale créant de l’inconfort au cours des relations sexuelles. Plusieurs types de lubrifiants sont disponibles en pharmacie pour pallier ce problème. Consultez votre pharmacien pour savoir quel produit vous convient le mieux.

En ce qui concerne le deuxième trimestre, on voit souvent une recrudescence de la libido chez la femme enceinte et donc une augmentation des rapports sexuels dans le couple. Certaines femmes vivent une augmentation de l’érotisme et de l’orgasme durant cette période. L’afflux sanguin dans la région pelvienne lié à la grossesse peut créer un engorgement dans les parties génitales et accroître la sensibilité dans cette zone. Certaines femmes trouvent cela très agréable, d’autres au contraire éprouvent de l’inconfort. Cette vasocongestion réduit l’orifice vaginal, pour certaines les sensations seront, de ce fait, plus voluptueuses. L’orgasme provoque de petites contractions (indolore) de l’utérus, ces contractions sont banales et sans conséquence dans le cadre d’une grossesse qui se déroule bien.

Toutefois, il est possible que la libido soit à nouveau freinée au troisième trimestre,[10] l’abdomen ayant pris beaucoup d’ampleur et rendant les ébats moins évident. En fin de grossesse, les peuvent ressentir de l’essoufflement, de la fatigue, une envie fréquente d’uriner, des crampes dans les jambes, et une pression dans la région pelvienne causée par le bébé qui descend dans le bassin. Tous ces désagréments peuvent rendre les relations sexuelles plus difficiles.

La diminution peut se prolonger après la naissance

La diminution marquée de la fonction sexuelle au cours de la grossesse peut se prolonger entre 3 à 6 mois après la naissance de l’enfant.[11] Il est tout à fait normal, après l’accouchement d’avoir une libido plus basse, de la difficulté à lubrifier et une diminution de la satisfaction sexuelle. Le corps subit un traumatisme en accouchant il ne faut pas l’oublier. Il n’est pas rare également que les femmes enceintes aient des préoccupations face à leur corps après l’accouchement. Certaines veulent rapidement récupérer leur forme d’avant la grossesse. Aussi, il est important de laisser un temps de repos au corps et reprendre les activités sexuelles quand la femme et le couple seront prêts.

Pour plusieurs femmes, les changements corporels entravent la sexualité dans le couple. Certaines vivent même une diminution du plaisir sexuel en lien avec ces changements par exemple parce que l’utérus qui prend beaucoup d’expansion. Il ne faut, cependant, pas généraliser. Pour plusieurs autres femmes, une plus grande sensibilité du corps et le fait que les touchers deviennent plus stimulants rendent la sexualité plus agréable au cours de la grossesse.[12] Les rapports vaginaux, anaux, oraux et la masturbation sont encore présents chez plusieurs couples, toutefois, leur fréquence peut être variable.[13]

Le désir sexuel de l’homme peut être modifié

Le désir sexuel de l’homme peut lui aussi être modifié au cours d’une grossesse. Beaucoup hommes refusent néanmoins d’évoquer ce sujet. Certains hommes continuent de trouver leur partenaire désirable durant toute la grossesse, peu importe les changements corporels que cela entraîne. Certains hommes trouvent particulièrement attirant les courbes généreuses et voluptueuses des femmes enceintes. L’attirance envers la partenaire peut même augmenter durant la grossesse.

Il arrive parfois que le désir de l’homme soit altéré pour diverses raisons : peur de blesser le bébé, changement d’apparence de la conjointe, difficulté de dissocier la sexualité de l’enfant qui se développe dans le ventre de la femme, etc.

La présence du conjoint lors de l’accouchement peut être traumatisante et celui-ci peut avoir des difficultés à érotiser le corps de sa femme après l’avoir vu dans les conditions d’un accouchement. Certains hommes sont encore réticents à être présents auprès de leur conjointe. Bien des femmes, elles, veulent qu’ils assistent à la naissance du bébé. Il est nécessaire dans ce cas que le souhait de chacun soit entendu.

Les fausses croyances entourant la sexualité pendant la grossesse

Il existe de nombreuses fausses croyances qui peuvent amener un couple à diminuer la fréquence ou la diversité de leurs rapports sexuels. Un grand nombre de couples croient que les activités sexuelles avec pénétration vaginale sont dangereuses pour le fœtus. Cette peur de la pénétration serait présente pendant toute la grossesse, mais particulièrement lors du dernier trimestre où la présence de l’enfant est indéniable en raison de la grosseur du ventre de la femme.[14]

Pendant un rapport sexuel, le sexe de l’homme ne touche pas le bébé. L’utérus et les membranes amniotiques l’entourent et le protègent. De plus, le bouchon muqueux situé à l’entrée du col de l’utérus empêche les bactéries et le sperme de pénétrer dans l’utérus.

Situations où les relations sexuelles seront déconseillées par le médecin

Dans certaines circonstances les relations vaginales ou autres formes de pénétrations peuvent être déconseillés par le médecin :

  • Perte de liquide amniotique : Les relations vaginales représentent un danger si les membranes qui enveloppent le bébé se sont rompues, car cela augmente les risques d’infection.
  • Un travail prématuré lors d’une grossesse précédente. L’ocytocine libérée au moment de l’orgasme provoque des contractions utérines et celles-ci peuvent dans ce cas provoquer un nouveau travail prématuré.
  • Placenta prævia, c’est-à-dire lorsque le placenta est inséré bas dans l’utérus : les relations vaginales peuvent entraîner des saignements importants (hémorragie) et déclencher un accouchement prématuré. Néanmoins Cela pourrait survenir même si vous n’avez pas de relations vaginales.
  • Col ouvert avant la fin du 8ème mois : les rapports sexuels risquent de provoquer un accouchement prématurément.
  • La grossesse multiple : si vous portez plus d’un bébé, votre médecin peut vous suggérer de cesser les rapports sexuels afin d’éviter le risque d’accouchement prématuré.
  • Toutes autres conditions faisant en sorte que votre grossesse est dite « à risque » : hypertension ou pré-éclampsie, pertes de sang.

Trouver des positions confortables pendant la grossesse

Pendant la grossesse, les couples doivent souvent user d’imagination afin de trouver des positions sexuelles qui sont confortables et plaisantes. La position de l’homme par-dessus la femme devient moins évidente plus la grossesse avance. Par contre, une des positions qui sembleraient augmenter en fréquence est celle de la cuillère. Pour plusieurs couples, la durée du coït diminuerait durant la grossesse ainsi que le temps consacré aux préliminaires (notamment en raison de la baisse de désir chez la femme). On perçoit donc chez une grande partie des couples une réduction de la fréquence des activités sexuelles.[15] Il est encore une fois important de ne pas généraliser, car certaines femmes ont une augmentation de l’appétit sexuel.[16]

Voici différentes positions sexuelles possibles durant la grossesse ainsi que les indications et contre-indications qui y sont associées:

Sexualité pendant la grossesse | Cocoon Bien Naître
©Drôle de Mum’s
Sexualité pendant la grossesse | Cocoon Bien Naître
©Drôle de Mum’s
Sexualité pendant la grossesse | Cocoon Bien Naître
©Drôle de Mum’s
Sexualité pendant la grossesse | Cocoon Bien Naître
©Drôle de Mum’s
Sexualité pendant la grossesse | Cocoon Bien Naître
©Drôle de Mum’s
Sexualité pendant la grossesse | Cocoon Bien Naître
©Drôle de Mum’s
Sexualité pendant la grossesse | Cocoon Bien Naître
©Drôle de Mum’s

©Drôle de Mum’s

Ce qu’il est important de comprendre c’est qu’il faut suivre ses envies, ses désirs, ses préférences et les communiquer à son partenaire pour qu’il en prenne compte. Il faut, toutefois, ne pas oublier de mettre ses limites. C’est en communiquant que vos besoins seront entendus et qu’on avance d’un pas vers une meilleure santé sexuelle. Il faut apprendre à écouter son corps et son esprit.

La vie relationnelle

Si les activités sexuelles pourraient avoir tendance à diminuer dans le couple durant la grossesse, les comportements de tendresse sembleraient augmenter en fréquence ou du moins rester stables. Ainsi, la satisfaction conjugale serait identique voire bonifiée pendant la grossesse.[28]

Selon une étude, de nombreuses femmes enceintes exprimeraient un plus grand sentiment d’amour pour leur conjoint et se sentiraient plus engagées dans leur relation. Elles auraient une vision plus positive de leur conjoint. Il semblerait également qu’elles soient plus satisfaites du rôle qu’elles occupent au sein de leur couple et auraient donc un sentiment plus valorisant de leur union.[29] Une étude mentionne aussi que certaines femmes ont des relations sexuelles, durant la grossesse, pour des raisons d’affection, d’attachement et de sécurité plutôt que pour assouvir leur désir ou leur excitation sexuelle. La grossesse semblerait donc, chez plusieurs couples, affecter la sexualité sans pour autant affecter la qualité de la relation intime.[30]

L’intimité sexuelle versus l’intimité émotionnelle

Il est important de faire la distinction entre deux grandes formes d’intimité : sexuelle vs émotionnelle. La sexualité et l’intimité sont reliées dans les relations amoureuses. Ce qui différencie une relation de couple d’une relation amicale, familiale ou autres ce sont les activités sexuelles et le désir sexuel.  Les notions d’excitation sexuelle et d’orgasme sont souvent mentionnées lorsqu’on parle d’intimité sexuelle.[31]  L’amour est un sentiment fort qui est, pour beaucoup de gens, associé à leur sexualité. Une autre des motivations aux pratiques sexuelles serait le renforcement ou le maintien de la relation romantique de couple.[32] L’intimité émotionnelle ainsi que la tendresse sont à la base de l’intimité sexuelle. L’intimité sexuelle apporte une meilleure connaissance de soi et de l’autre, ainsi qu’une confiance réciproque.[33] L’absence d’intimité sexuelle peut créer de nombreux problèmes comme de l’amertume, du ressentiment ainsi que du mépris au sein du couple et peut être à l’origine de séparation et de divorce. [34]

De son côté, l’intimité émotionnelle est le sentiment d’union avec le partenaire. C’est le sentiment de se sentir aimé et respecté. Ce type d’intimité fourni de l’assurance et de la joie de vivre à deux.[35]  L’intimité émotionnelle invite d’avantage à l’expression des émotions, à la révélation de soi, de sa vulnérabilité, à donner et obtenir du soutien, à lâcher son besoin de tout contrôler, à la coopération et à la réciprocité».[36]

Évidemment, les relations sexuelles peuvent aussi être freinées en cas de conflit dans le couple. Une relation considérée comme non satisfaisante est un facteur important qui affecterait la sexualité pendant la grossesse. [37]

La grossesse est une période appropriée pour explorer sa sensualité dans l’intimité sexuelle. Il est préférable de ne pas se concentrer uniquement sur la pénétration vaginale et d’essayer de nouvelles choses comme les massages, les caresses, les baisers, les regards et les paroles. Dans notre société, nous avons tendance à avoir une vision «étriquée» de la sexualité en l’associant  à la pénétration, à la performance et à l’orgasme. Néanmoins, la sexualité c’est tellement plus que cela! Continuez à cultiver l’intimité émotionnelle dans le couple, car elle est bénéfique pour vous-même et pour votre partenaire.

Sexualité pendant la grossesse | Cocoon Bien Naître
©Lyz Murray Photographie

La communication des besoins sexuels

Il est tout d’abord essentiel de faire la distinction entre besoin sexuel et désir sexuel. Le besoin sexuel est étroitement lié aux besoins psychologiques d’une personne.[38] Il peut être considéré comme aussi important que les besoins de base de l’être humain tel que la faim, la soif et le sommeil. Le besoin sexuel est dissociable de la reproduction.[39] De son côté, le désir sexuel, qu’on appelle aussi la libido, est l’énergie qui nous encourage à avoir des comportements sexuels.[40] En fait, c’est l’intérêt des individus pour différentes pratiques sexuelles. L’intensité des désirs sexuels est variable d’une personne à l’autre et classée selon 5 facteurs «aversion, répugnance, indifférence, intérêt et passion».[41] Le désir sexuel va fluctuer, tout au long de la vie d’un individu, pour toutes sortes de raisons. [42]

Communiquer ses besoins sexuels a de nombreux avantages notamment pour atteindre une certaine satisfaction sexuelle. Communiquer est une façon aussi de mieux connaître et comprendre les besoins du partenaire. Moins il y aurait de problèmes sexuels dans le couple, meilleure serait la communication et le bien-être. De plus, le fait de mentionner au partenaire vos besoins sexuels augmente l’intimité au sein du couple.[43]

Notre conseil : Soyez créatifs dans le couple!

Essayez de nouvelles choses. Expérimentez. La clé de la réussite, c’est le dialogue. N’hésitez pas à informer votre partenaire de vos pratiques préférées et de ce que vous aimez moins. N’oubliez pas qu’il existe divers moyens de donner et d’éprouver du plaisir sans avoir nécessairement recours à la pénétration. Le but véritable de vos échanges est l’enrichissement de votre relation plutôt que l’orgasme.

Prenez notes: Il ne faut toutefois pas généraliser. Chaque femme, homme et couple vit la grossesse et les changements qui en découlent de différentes façons. Pour chaque aspect exploré dans cet article, il faut comprendre qu’il n’y a pas de moule dans lequel vous devez être. Vous êtes unique et vous devriez prendre le temps de vivre votre grossesse sans vous mettre de pression, sans vous laisser décourager par les commentaires et surtout sans se comparer aux autres.

Julie Bissonnette et Jocelyne Gaudy

Un petit mot sur les auteures :

©Lyz Murray Photographie

Julie Bissonnette est une jeune femme pleine d’ambitions et qui effectue actuellement la dernière année de son baccalauréat en sexologie à l’Université du Québec à Montréal. Elle se passionne pour divers sujets notamment la santé. Réalisant son stage de bac au centre de périnatalité La Source en soi, elle est en quête de la santé sexuelle pour tous!

Pour contacter Julie: julie.stagiaire.sexo@lasourceensoi.com


Jocelyne Gaudy, accompagnante à la naissance | Cocoon Bien Naître 

Jocelyne Gaudy est infirmière en périnatalité depuis plus de 10 ans. Elle accompagne les couples lors de la grossesse et l’accouchement pour les informer et leur permettre de faire des choix éclairés. Elle est également instructrice en massage pour bébé IAIM et donne des ateliers sur l’île de Montréal.

www.cocoonbiennaitre.com


Les articles du blogue peuvent être partagés dans un but non lucratif sur les réseaux-sociaux. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.com.

Pour toute reproduction veuillez svp me consulter par au préalable : info@cocoonbiennaitre.com

 

 

 


Sources :

[1] Gałazka, Iwona , Agnieszka Drosdzol-Cop, Beata Naworska, Mariola Czajkowska et Violetta Skrzypulec-Plinta .(2015). Changes in the Sexual Function During Pregnancy. The Journal of Sexual Medicine. 12(2) . 445–454.

[2] Massar, Karlijn, Abraham P. Buunk et Stefan L. K. Gruijters . (2013).Pregnant Women’s View on Their Relationship: A Comparison With Nonpregnant Women. An International Journal on Personal Relationships. 7(2). 272-281.

[3] Sagiv-Reiss M., Dafna ,  Gurit E. Birnbaum  et  Marilyn P. Safir. (2012). Changes in Sexual Experiences and Relationship Quality During Pregnancy. Archives of Sexual Behavior. 41(5). 1241–1251.

[4] Birnie-Porter, Carolyn et Jonh. E. Lydon. (2013). «A prototype approach to understanding sexual intimacy through its relationship to intimacy». Journal of the International Association for Relationship Research. 20 (2) , p. 236–258.

[5] Birnbaum, G. E., & Reis, H. (2006). «Women’s working sexual models: An evolutionary-attachment perspective». Journal of Sex Research, 43 (4), p. 328–342.

[6] Armstrong, L. L. (2006). «Barriers to intimate sexuality: Concerns and meaning-based therapy approaches». The Humanistic Psychologist, 34 (3), p. 281–298.

[7] Polomeno, V. (2007). «Marriage in the transition to parenthood: How can perinatal education help? Or can it?».  International Journal of Childbirth Education, 22(2), p. 21-29.

[8] Chapman, Gary. (2005). Couple & complices : approches relationnelles et bibliques pour consolider son mariage. Champs-sur-Marne: Éditions: Farel.

[9] Garfield, Robert.(2010). «Male Emotional Intimacy: How Therapeutic Men’s Groups Can Enhance Couples Therapy». Family Process. 49(1). p-109 -122.

[10] Gałazka, Iwona , Agnieszka Drosdzol-Cop, Beata Naworska, Mariola Czajkowska et Violetta Skrzypulec-Plinta .(2015). Changes in the Sexual Function During Pregnancy. The Journal of Sexual Medicine. 12(2) . 445–454.

[11] Roukema. W. Richard. (2003). What Every Patient, Family, Friend, and Caregiver Needs to Know About Psychiatry. Washington: American Psychiatric Publishing Inc.

[12] Orsini, Jean-Claude et Jean Pellet. (2005). Introduction biologique à la psychologie. France: Éditions Bréal.

[13] Levine, Stephen. (2003) .The Nature of Sexual Desire: A Clinician’s. Archives of Sexual Behavior .32(3). 279 -285.

[14] Levine, Stephen. (2003) .The Nature of Sexual Desire: A Clinician’s. Archives of Sexual Behavior .32(3). 279 -285.

[15] Trudel, Gilles. (2010). Les dysfonctions sexuelles: Évaluation et traitement par des méthodes psychologique, interpersonnelle et biologique. 2 e éditions. Presse de l’Université du Québec.

[16] Byers, E. Sandra. (2011) .Beyond the Birds and the Bees and Was It Good for You?: Thirty Years of Research on Sexual Communication. Canadian Psychology. 52(1). 20-28. Récupéré de http://www. web.b.ebscohost.com

[17] à [27] http://drolesdemums.com/ma_grossesse/sexe-et-grossesse/kamasutra-de-la-femme-enceinte/2

[28] Lemieux, Denise. (2008).  De couple à parent : des récits de transition selon l’approche des parcours de vie. Enfances, Familles, Générations. Faculté de droit, Université de Montréal no.9.

[29] Trutnovsky, Gerda, Josef Haas, Uwe Lang et Edgar Petru.(2006). Women’s perception of sexuality during pregnancy and after birth. Australian and New Zealand Journal of Obstetrics and Gynaecology . 46 . 282–287.

[30] Bourgoin, E. . S. Callahan, N. Séjourné et A. Denis. (2012). Image du corps et grossesse : vécu subjectif de 12 femmes selon une approche mixte et exploratoire. Psychologie française. 57(3) . 205–213.

[31] Loth, Katie A.,  Katherine W. Bauer, Melanie Wall, Jerica Berge, Dianne Neumark-Sztainer. (2010). Body satisfaction during pregnancy. Body Image. 8(3). 297-300.

[32] Skouteris , Helen, Roxane Carr, Eleanor H. Wertheim, Susan J. Paxton et Dianne Duncombe.(2005). A prospective study of factors that lead to body dissatisfaction during pregnancy. Body Image. 2(4) . 347–361.

[33] Chang, S.R., Chao, Y., Kennedy, N., (2006). I am a woman and I’m pregnant: body image of women in Taiwan during the third trimester of pregnancy. Birth, 33(2),  147–153.

[34] Pauleta, Rocha Joana , Nuno Monteiro Pereira et Luís Mendes Graça. (2010). Sexuality During Pregnancy. Journal of Sexual Medicine. 7(1). p. 136-142.

[35] Foucault, Claire. (2011). Sexualité du post-partum. Évaluation des informations données aux couples lors de la grossesse et après l’accouchement et leur répercussion sur la reprise des rapports sexuels. HAL.

[36] Johnson, Crista E. (2011).Sexual health during pregnancy and the postpartum. The journal of sexual medicine. 8(5). 1267-1284.

[37] Foucault, Claire. (2011). Sexualité du post-partum. Évaluation des informations données aux couples lors de la grossesse et après l’accouchement et leur répercussion sur la reprise des rapports sexuels. HAL.

[38] Gałazka, Iwona , Agnieszka Drosdzol-Cop, Beata Naworska, Mariola Czajkowska et Violetta Skrzypulec-Plinta .(2015). Changes in the Sexual Function During Pregnancy. The Journal of Sexual Medicine. 12(2) . 445–454.

[39] Trutnovsky, Gerda, Josef Haas, Uwe Lang et Edgar Petru.(2006). Women’s perception of sexuality during pregnancy and after birth. Australian and New Zealand Journal of Obstetrics and Gynaecology . 46 . 282–287.

[40] Pauleta, Rocha Joana , Nuno Monteiro Pereira et Luís Mendes Graça. (2010). Sexuality During Pregnancy. Journal of Sexual Medicine. 7(1). p. 136-142.

[41] Gökyildiz, Sule et Nezihe Kizilkaya Beji. (2005). The Effects of Pregnancy on Sexual Life. Journal of Sexual & Marital Therapy31(3) .201–215.

[42] Gökyildiz, Sule et Nezihe Kizilkaya Beji. (2005). The Effects of Pregnancy on Sexual Life. Journal of Sexual & Marital Therapy31(3) .201–215.

[43] Martel-Grégoire, Annie. (2009). Amour, couple et sexualité pendant la grossesse. Dossier Sexualité et Périnatalité. Bulletin d’informations en périnatalité Périscoop.

 

 

Infidélité ou malaise de couple ?

Infidélité ou malaise de couple ?

Plein de couples vivraient de l’infidélité! On peut être soi-même l’infidèle, soit être la victime de cette infidélité. Comment passer au travers d’une telle épreuve? Faut-il en parler? Mythes? Réalités? On va jaser un peu aujourd’hui !

Prévention?

On peut tout d’abord penser que la prévention est une solution avant-gardiste de l’infidélité!!! Oui, on signe un contrat de fidélité (accord tacite ou explicite) quand on fait acte d’union avec un amoureux. Si ce contrat semble clair au départ, il y a des chances que nous ayons moins envie de partir à l’aventure de l’autre côté de la clôture.

Petits Trucs pour la prévention

  • Se dire qu’on s’aime quotidiennement,
  • Exprimer physiquement qu’on s’aime!
  • Ne pas chercher à avoir raison dans les discussions (on préserve l’essentiel : notre amour),
  • On attend la perfection? Fail! On oublie ça totalement, c’est impossible!
  • Fins de semaine d’amoureux, ça vous sonne des cloches? Faites-le régulièrement!
  • Entretenir la flamme par des gestes réguliers et des activités de couple.

 

C’est de sa faute?

Si on croit que l’infidèle est le seul coupable, détrompez-vous! Souvent on remarque un déséquilibre entre le pouvoir des deux conjoints. L’un veut fusionner, l’autre veut plus de liberté et d’autonomie… Les deux se sentent donc peu entendus dans leurs besoins s’ils ne trouvent pas le moyen de communiquer ouvertement leurs demandes. L’homme se sauve régulièrement dans son travail et la femme vit une certaine dépendance affective… Bon ce n’est pas toujours aussi clair, il y a des tonnes de nuances bien entendu! Disons que le déséquilibre engendre des frustrations et cela peut amener une infidélité dont les deux sont responsables. L’infidélité est caractérisée autant par une relation affective, sexuelle en-dehors du couple ou par une obsession du travail qui éloigne le couple.  Être infidèle ne veut pas juste dire avoir une relation sexuelle en-dehors du mariage… Mais le travail, une passion, un loisir ou un sport peut aussi être un élément d’infidélité.

Mythes ou réalité?

Ce qu’on ne sait pas ne peut pas faire de mal!

Faux! Le poids du non-dit est lourd, ça devient un secret incroyablement pesant et qui fait ressortir une culpabilité secrète. Plusieurs finissent par révéler leur infidélité, ce qui cause souvent plus de dégâts que s’ils avaient parlé de leur situation dès le départ. L’autre voit sa relation basée sur un mensonge et risque davantage de quitter son conjoint.

L’infidélité est thérapeutique

Quelques personnes peuvent croire que ça compense la monotonie sexuelle engendrée par des années de vie de couple.  On croit que les ravages sont majeurs, on ajoute une problématique par-dessus des difficultés déjà présentes…

Principale cause de divorce?

Ce serait davantage la conséquence du déséquilibre causé par une insatisfaction conjugale importante. La communication est en déséquilibre fréquemment…

L’infidélité est sexuelle

Absolument pas! Un homme (ou une femme, hein) qui passe de plus en plus de temps au travail ou un des conjoints qui consacre tout son temps au bénévolat est tout aussi infidèle si cela n’a pas été discuté dans le couple! On cherche à combler un vide quelconque par l’infidélité, parfois on ne souhaite pas passer à l’acte sexuel et on trouve des stratégies que l’on croit plus acceptables! Soyons réalistes!

L’infidélité est une question de personnalité

Il existe probablement des dynamiques affectives similaires chez les infidèles, mais pas nécessairement un type de personnalité.

Sans danger?

Quand on en vient à se dire que « cette relation ne signifie rien pour moi » ou « qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien » il peut être temps de se questionner! Quand on cherche une justification à son comportement, on trouve une réponse qui fait notre affaire. On rationalise pour excuser notre comportement abusif envers un partenaire qui ne demande pas à être cocu! Ça n’a rien à voir avec la jalousie ou la possessivité!

On ne devient pas infidèle du jour au lendemain. Souvent il y a des situations qui se présentent et qui portent l’adulte à passer à l’acte, comme une soirée bien arrosée en présence de collègues de travail ou un voyage à l’extérieur pendant quelques jours pour affaires…

Quand on construit une relation amoureuse, on souhaite la bâtir sur du roc et non sur des sables mouvants. Ça ne veut pas dire que nous trouvons jolie telle femme ou séduisant tel homme de notre voisinage. Mais de là à passer à l’acte, il y a tout un monde!

« A quoi sert la vibration sexuelle des corps si elle ne s’accompagne pas d’une vibration du cœur et de l’esprit? »

Confession?

On le dit ou pas? Il va arriver quoi par la suite?

Chaque partenaire fait des choix et en conséquence, vivre avec les résultats. Les avis sont partagés et peuvent dépendre de la situation actuelle. Ça fait combien de temps que ça s’est produit? On le fait pour quel motif ? Avouer son tort? Est-ce qu’on veut poursuivre notre relation avec notre amant ou pas? Le conjoint de longue date est-il la personne avec qui je veux passer mes vieux jours? Toutes les questions sont nécessaires avant de répondre. Mais dites-vous que les ragots peuvent rapporter votre histoire aux oreilles de votre conjoint et ce sera pire que si celui-ci l’apprend de votre bouche!

Ce qu’il importe de retenir est que l’infidélité est signe de malaise entre les partenaires. Qu’il n’y a pas qu’un seul responsable mais que les deux ont une part d’imputabilité à mettre à leur actif. L’amour peut sauver les meubles, le mensonge peut faire couler le bateau… éclaircir notre vie de couple entraîne des discussions parfois houleuses mais nécessaires pour une reprise de notre amour!

Un petit livre simple et intéressant à découvrir! : Les illusions de l’infidélité

Pascale Pouliot, travailleuse sociale, coach familiale

Je suis maman de 9 enfants! Bac en travail social en poche depuis 2010, coach familiale et formée dans plusieurs domaines connexes dont la parentalité positive. Beaucoup d’humour, je suis une femme qui aime partager des idées, ouverte et assurément à l’écoute.  Mes valeurs écolos et axées sur la bienveillance m’aident à me démarquer dans mon domaine.

Questions, commentaires? N’hésitez pas à contacter Pascale sur sa page Facebook ou via son site web.


L’ensemble des articles du blog peut être partagé dans un but non lucratif. Néanmoins, merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous le faites.

La contraception après l’accouchement

La contraception après l’accouchement

*** Découvrez le GUIDE-CONTRACEPTIF préparé par Julie Bissonnette, stagiaire en sexologie au centre la Source en Soi (Montréal). Ce mini-guide peut vous aider dans votre choix pour un contraceptif. Je vous conseille de le lire afin d’avoir de meilleures connaissances concernant tous les moyens contraceptifs qui sont à votre disposition. ***

contraception
Lorsqu’on parle contraception, il est fondamental de comprendre le cycle de la femme. Consultez le GUIDE-CONTRACEPTIF pour en savoir plus!

1- Cycle de la femme

  • Phase menstruelle
  • Phase de maturation
  • Phase pré-menstruelle

 

En terme de contraception, l’important c’est de connaître les choix qui s’offrent à vous et d’opter pour la ou les stratégies contraceptives qui vous conviennent le mieux en tenant compte de vos besoins ainsi que du temps et de l’énergie que vous avez à consacrer au sujet. Consultez ce GUIDE-CONTRACEPTIF pour découvrir les différents choix disponibles. Voici ce que vous y retrouverez:

2- Les contraceptifs «barrières» ou mécaniques

  • Condom masculin
  • Condom féminin
  • Spermicides
  • Diaphragme
  • Cape cervicale
  • Éponge contraceptive
  • Bouclier de Léa
  • Dispositif intra-utérin en cuivre

3- Les contraceptifs hormonaux 

  • Pilule orale combinée
  • Pilule progestative
  • Timbre contraceptif
  • Stérilet avec hormones
  • Depo-Provera

4- Les contraceptifs définitifs

  • Stérilisation masculine
  • Stérilisation féminine

5- Les contraceptifs naturels

  • Méthode du calendrier (Ogino-Knauss)
  • Méthode de la température basale
  • Méthode d’observation de la glaire cervicale
  • MAMA (Méthode de l’allaitement et de l’aménorrhée
  • Méthode sympto-thermique

Document réalisé par

Julie Bissonnette, stagiaire en sexologie à La Source en soi

Profitez d’un atelier gratuit et fort intéressant sur les moyens contraceptifs, offert par Julie Bissonnette le 30 mars 2016 à 13:00 à La source en soi! Que vous soyez enceintes ou en postpartum, cet atelier est pertinent. En fait, dès la fin de l’accouchement, le médecin, si vous accouchez à l’hôpital, vous demandera quel contraceptif vous voulez et il réfère souvent à la pilule. La question est: ai-je pris le temps de connaître toutes les possibilités de contraceptifs qui s’offrent à moi?

Ainsi, cet atelier vous permettra d’explorer les différentes avenues en terme de contraception et vous permettra de faire le meilleur choix pour vous!

Inscription obligatoire auprès de Julie Bissonnette via son courriel ou au 514.750.3735

Au plaisir de vous y voir

julie Bissonnette.png

À propos de l’auteure : Julie est une jeune femme pleine d’ambitions et qui effectue actuellement la dernière année de son baccalauréat en sexologie à l’Université du Québec à Montréal. Elle se passionne pour divers sujets notamment la santé. Réalisant son stage de bac au centre de périnatalité La Source en soi, elle est en quête de la santé sexuelle pour tous!

11028045_839994769381837_3442729007857840598_n
©Lyz Murray Photographie

L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu

Petite montée de lait en poudre sur le couple

Petite montée de lait en poudre sur le couple

‪#‎Les couples et la communication

Je connais des tonnes de couples, de nombreux amoureux ont traversé ma route, croisé le fer avec moi et partagé des moments plus ou moins intimes de leur vie privée (des amiEs plus ou moins proches au fil du temps). A force de côtoyer tout ce beau monde, j’ai tellement réalisé que les problèmes de couples se ressemblent tous.

Sur les réseaux sociaux, j’observe que les jeunes couples ont le «eject» facile et les plus vieux couples chialent constamment sur le conjoint et les mauvaises habitudes acquises!!! Donc on n’a rien réglé, on chiale, on braille, on raconte nos histoires pis on trouve zéro solution. Les réseaux sociaux, ça aide souvent à recevoir l’empathie, mais bien souvent je lis des commentaires désobligeants, des jugements et des solutions affreuses et non respectueuses des vrais besoins des partenaires. Oui ça brise l’isolement les Facebook et compagnie, mais reçoit-on toujours les suggestions appropriées et professionnelles? Les amiEs sont-ils formés pour nous accompagner dans notre détresse? Les amiEs sont-ils des personnes réelles de notre entourage ou des connaissances virtuelles?

J’ai donc eu l’idée de vous parler un peu des couples parce que j’en fais une fixation dans ma vie. Des hauts et des bas, des sauts à la perche et de la plongée sous-marine, un marathon ou un triathlon, une promenade en canot ou une explosion dominicale… Bref, j’ai essayé bien des sports dans ma vie, y compris les partages sur les réseaux sociaux (hahaha comme si c’était un sport, quoique…), et j’ai malheureusement peu trouvé de réponses honnêtes à mes grincements de dents.

Vous saviez que les sujets les plus déstabilisants pour les couples sont les suivants : la belle-famille, le ménage, l’argent, la sexualité, l’éducation des enfants, les loisirs et la communication. L’ordre doit dépendre des couples, mais disons que si la communication était satisfaisante, le reste serait déjà moins compliqué, non?

Oui, ça je peux vous le garantir en toute connaissance de cause.

Communiquer ça implique de laisser tomber ses mécanismes de défense et d’embarquer dans une écoute active, proactive et empathique. C’est s’impliquer dans une démarche bienveillante de résolution de problème ou juste être présent pour celui qui partage notre vie.

Écouter, questionner, reformuler, garder le silence et respecter celui de l’autre… tout autant de bonnes façons de vous assurer que vous pourrez demeurer respectueux dans la discussion. Il y a aussi une règle à deux niveaux que j’aime bien : le respect et la responsabilisation. La responsabilisation fait que l’on se respecte soi-même et que notre interlocuteur peut apprendre de cette responsabilisation soit en devenant lui-même garant de ses choix, soit en devenant plus attentif envers l’autre. En médiation familiale tout comme en consultation la responsabilisation est un élément clé dans l’avancement ou le progrès vers des solutions concrètes.

Donc 1-2-3 GO, on essaie de démêler les cartes pour devenir un couple plus avenant l’un envers l’autre. Il y a un élément à prendre en considération cependant : les deux partenaires de vie doivent d’un commun accord s’engager à devenir de meilleurs communicateurs et de meilleurs coéquipiers sur le chemin de la conjugalité. Seul on va plus vite mais à deux on va plus loin.

‪#‎Écouter 

Écouter pour mieux se battre ou pour argumenter contre l’autre, ce n’est pas une bonne écoute. On n’écoute pas pour ensuite mieux répliquer! Tsé si je mentionne être fatiguée, l’autre m’écoute gentiment puis me lance tout bonnement : « on sait ben, tu te plains tout le temps… » Pas certaine que la communication sera engagée dans la bonne voie!

Écouter c’est essayer de porter les chaussures de l’autre un peu. Genre qu’elles seront peut-être trop petites, inconfortables, laides, usées, trop grandes, inappropriées ou hors-saison… bref les chaussures des autres ne nous font pas toujours. Mais même si elles ne nous font pas, on pourra alors saisir ce que l’autre vit puisque nous aurons marché ne serait-ce que brièvement dans ses souliers par le biais de notre écoute active. On sera arrivé à se mettre à sa place.

Dans une véritable écoute, on fait abstraction de ses jugements, de son propre vécu, de ses opinions. On aide notre amie, notre conjoint, notre voisin à exprimer ce qu’il vit; on veut comprendre ce qu’il y a derrière ses paroles. Pour arriver à une bonne écoute on peut/doit donc questionner!

‪#‎Questionner

Il y a plusieurs formes de questions. Ouvertes, fermées, neutres, orientées… toutes sortes de différences qui ne sont pas nécessairement mieux l’une que l’autre, ça dépend surtout du contexte! Si l’heure du repas approche et que tu demandes « as-tu faim ? » c’est une question fermée mais elle a le mérite d’être claire et précise. Si encore une fois c’est l’heure du repas et que tu demandes à un enfant de 5 ans « que veux-tu manger ce midi ?» il y a un risque de discussion (qui peut être intéressant mais pas toujours souhaitable, dépendant encore une fois du contexte). Si mon fils me demande un hot-dog alors que dans ma tête il a le choix entre une salade de légumineuses et un restant de macaroni aux tomates, ma question ouverte (que veux-tu manger ce midi ?) n’était pas appropriée. Il serait alors préférable de poser une question « orientée » qui ressemblerait plutôt à ceci : « tu as le choix entre ceci et cela, que choisis-tu? »

Les questions « pourquoi » et « comment » sont intéressantes parce qu’elles suscitent des réponses plus riches et détaillées. Il faut encore une fois faire attention au contexte car demander à son conjoint « pourquoi tu arrives si tard ?» suivi de « avec qui étais-tu ? » fait un peu trop enquête de mauvais goût! Ici il serait intéressant de parler de soi : « j’étais inquiète de ne pas te voir arriver tel que prévu à 21 heures… J’aurais apprécié que tu m’en parles ».

#‎Reformuler

Technique nécessaire en intervention pour nous assurer de bien saisir les propos de notre interlocuteur, la reformulation présente des avantages majeurs. Tout d’abord ça prouve que nous écoutons bien ce que l’autre a à nous dire, ça l’incite à en dire plus, à ajouter des détails et surtout, ça permet d’éviter l’ambigüité puisque ça valide ou invalide notre compréhension des paroles de l’autre.

Souvent on valide notre compréhension en demandant : « si j’ai bien compris, c’est ceci ou cela que tu voulais me dire ». Si nous avons mal interprété les propos de notre conjoint, celui-ci se fera un plaisir de rectifier le tir en expliquant autrement son idée.

On peut également reformuler en faisant un bref résumé de ce qui nous a été partagé. Je connais quelqu’un qui élabore longuement ses idées et on finit par se perdre dans ses histoires. En faisant un résumé, j’arrive à décortiquer ce qui est important pour la compréhension et la suite des choses.
Une autre façon de faire avancer la discussion est de reformuler la pensée de l’autre en avançant une hypothèse qui est une interprétation de ce que notre interlocuteur raconte. Ainsi soit notre conjoint va mieux se comprendre lui-même en acquiesçant à notre observation, soit encore une fois il aura l’occasion de préciser sa pensée si on se trompe.

‪#‎Silence!!!

Les silences sont tellement rendus difficiles dans notre monde hyperactif qui fait de nous des machines pour aller toujours plus vite. On se nourrit de babillages et de potins, on veut aller trop vite, on interprète tout croche, on coupe la parole et ensuite on se désole de voir notre conjoint quitter la conversation fâché ou en larmes… A-t-on vraiment pris le temps de laisser notre amoureux parler, finir sa pensée? Était-ce réellement nécessaire de couper la parole? Donc « ferme ta … » en bon québécois!

À l’inverse, si le conjoint devient silencieux, peut-être est-ce pour lui un moment d’introspection nécessaire à la poursuite de la discussion? La personne peut juste vouloir digérer une émotion difficile à avaler. En même temps, le silence nous permet de tourner notre langue 7 fois avant de dire un paquet d’âneries.
Je peux laisser le silence s’installer ou respecter celui de l’autre. C’est juste ça!

#‎Respect et responsabilisation

Se respecter soi-même et se responsabiliser, ça veut dire quoi? Je me respecte dans le sens que je peux aussi mettre un terme à une discussion si je ne m’y sens plus à l’aise. Demander un time-out est parfois essentiel pour mieux revenir plus tard avec les idées claires et non la tête embrouillée de peine et de larmes. Se respecter c’est aussi savoir reconnaître ses valeurs, celles qui nous sont fondamentales! Donc ne pas transgresser ses propres valeurs pour acquiescer à celles de l’autre si on a l’impression de passer outre le respect de soi.
La responsabilisation c’est aussi assumer ce que l’on dit, fait ou prend comme décision. Ne pas rejeter le blâme ou la faute sur le dos de notre amoureux ou pire, sur le dos de la société en général. Ce serait trop simple de dire « mais dans quel monde on vit, tu vois bien le gouvernement ne nous aide pas à prendre les bonnes décisions »! Se responsabiliser signifie également se mettre en action, prendre des ententes et bouger pour régler des problèmes, trouver des solutions et les appliquer. Juste en discuter, ce n’est pas suffisant. Attache ta tuque, ça va aller de l’avant!

‪#‎Parler de soi

J’aimerais terminer en expliquant que parler de soi au JE avec des émotions et des besoins, ça fait aussi partie des démarches dans une conversation. La communication non-violente ou bienveillante nous amène à parler de soi… « Quand tu arrives à 18 h 00 alors que tu avais mentionné que tu terminerais plutôt vers 16 h 30, je trouve ça difficile. Je t’attendais pour faire le souper. Mon besoin était la coopération (faire le souper ensemble) et j’ai été déçue de ne pas avoir d’appel pour me signifier ton retard ». En parlant de soi, la conversation peut prendre une autre direction puisque nous n’accusons pas l’autre de quoi que ce soit (genre, « t’es encore en retard, c’est toujours comme ça… ») et nous abordons rapidement le volet solution en mentionnant notre besoin, ici on a parlé de coopération et de respect (me faire appeler pour le retard).

L’enjeu demeure majeur en parlant de soi car on invite l’autre à faire partie de la solution. Cet autre justement doit être ouvert à embarquer dans le mode solution : soit il accepte de réaliser qu’il aurait pu appeler et la prochaine fois il le fera, soit il refuse d’admettre son erreur et la prochaine fois il reproduira encore ce comportement.

‪#‎Pis après?

Là c’est le plaisir qui débute. S’engager dans une vraie communication honnête et respectueuse en couple c’est aussi accepter de ne pas avoir raison en tout temps, d’avoir des torts, de devoir moduler certains comportements ou de ravaler ses paroles acerbes…

Pis les réseaux sociaux? Hé bien… je vous dirais que oui ça brise l’isolement de parler de ses difficultés sur les réseaux. Faut juste savoir que la science infuse, elle n’existe pas et encore moins dans des groupes où chacun y met son grain de sel et sa lumière teintée de ses perceptions. Souvent on répond de manière anecdotique en parlant de notre propre vécu à quelqu’un qui demande de l’aide. Pourtant cette mère, cette femme, ce monsieur, peuvent avoir juste besoin d’empathie car les solutions, il ou elle les trouvera bien toute seule. Nous sommes les experts de notre propre vie, ce qui fonctionne avec toi ne marchera pas avec moi pour mille et une raisons. On ne se racontera pas de conte de fées, là. Les 7 nains n’existent pas et Cendrillon non plus. Notre pouvoir on l’a au creux de nous, il suffit de creuser justement pour le ramener à la surface tout en se faisant confiance un peu!

Pascale Pouliot, travailleuse sociale, coach familiale

Petite montée de lait sur le couple | Cocoon Bien Naître

Je suis maman de 9 enfants! Bac en travail social en poche depuis 2010, coach familiale et formée dans plusieurs domaines connexes dont la parentalité positive. Beaucoup d’humour, je suis une femme qui aime partager des idées, ouverte et assurément à l’écoute.  Mes valeurs écolos et axées sur la bienveillance m’aident à me démarquer dans mon domaine.

Rejoignez  Pascale Pouliot sur Facebook ou apprenez-en plus sur ces services en visitant son site web.


L’ensemble des articles du blog peut être partagé dans un but non lucratif. Néanmoins, merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous le faites.

Comment passer la St Valentin quand on a des enfants? | Cocoon Bien Naître

Comment passer la St Valentin quand on a des enfants? | Cocoon Bien Naître

Que l’on soit un jeune couple ou pas, la St Valentin est l’occasion de partager un moment privilégié avec l’être aimé. Cette année la st Valentin tombe un mardi mais rien ne vous empêche de vous gâter la fin de semaine suivante!

Si vous avez la chance de pouvoir faire garder les enfants …

Si vous avez la chance d’avoir des grands-parents, des parents proches ou encore une gardienne, alors PROFITES-EN pour vous faire une sortie en amoureux !!

Rappelez-vous ces doux moments où vous ne viviez que l’un pour l’autre, sans responsabilité ni contrainte… La St Valentin est une belle occasion de vous retrouver comme aux premiers jours. Si vous pouvez, profitez-en pour passer la journée ensemble, faites une balade en foret, pratiquez une activité d’hiver que vous aimez ( patinage, ski, raquettes, traîneaux à chien, skidoo). Laissez-vous dorloter dans un spa, mangez dans un bon restaurant, payez-vous le GROS luxe d’une fin de semaine dans un chalet avec jacuzzi !!

Sinon … prévoyez une journée famille !

On n’a pas toujours la possibilité de faire garder les enfants, encore moins quand on a un bébé naissant ou allaité. La St Valentin est l’occasion de dire à votre moitié mais aussi à vos enfants que vous les aimez! Oui, mais comment? Voici comment agrémenter cette journée spéciale.

Faites une activité bricolage en famille

Si vous êtes manuelle et créative, vous pouvez lancer une activité bricolage pour toute la famille, ainsi chacun pourra fabriquer une carte ou un petit présent à offrir. J’ai trouvé une foule de belles idées sur le site muramur.ca, je vous laisse aller les découvrir !!

Préparez un lunch spécial st Valentin

Pour l’occasion, préparez un lunch aux couleurs de l’Amour avec :

  • Des petits sandwichs découpés à l’emporte-pièce en forme de cœur,
  • Quelques légumes (poivrons rouges, carottes et concombres, tomates) découpés en forme de cœur,
  • Des mini-brochettes colorées avec des aliments que les enfants et votre partenaire apprécient,
  • En dessert, des fraises trempées dans le chocolat,
  • Gâtez-les avec des Jujubes maison à la compote de pomme, ils vont ADORER !! J’aime la recette de Camille, elle est formidable !
  • Agrémentez le tout avec des PETITS PLUS, comme mettre plein de petits collants en forme de cœur sur les contenants, des serviettes de papier avec des cœurs, des pailles de couleur rouge, des Stickers rigolo à coller sur les mains …
  • Un MUST : inscrivez un petit mot d’amour sur une feuille de bloc-notes en forme de cœur ou sur un origami, par ici pour un tutoriel !

 

Prévoyez une soirée en amoureux !

Dans la mesure du possible, faites manger les enfants plus tôt ce soir-là.

Mettez-vous sur votre 31 !

Comment passer la St Valentin quand on a des enfants? | Cocoon Bien Naître
©Katia Péchard Photographe

Même s’il est vrai que rester en mou apporte un certain confort, surtout si vous avez des enfants en bas âge et que vous passez votre journée à ramasser derrière eux, la St Valentin est une belle occasion de vous mettre en valeur ! Votre partenaire sera sous le charme et il est certain que vous verrez des étoiles dans ces yeux !!

Un dîner romantique et coquin ou tu t’habilles très sexy pendant le repas et tu constitues le dessert … !!

Arlette, maman d’une petite fille de 3 ans

et qui accouche bientôt d’une autre princesse

Préparez-vous un décor de rêve !

En prévision, faites jouer un peu de musique douce, préparez une belle table aux couleurs de l’Amour (rouge, rose, doré, blanc). Si vous n’avez pas le goût de vous ruiner, allez donc faire un tour au magasin à 1$, ils ont des tas de trucs sympa. Prévoyez une bonne bouteille de vin ou de mousseux.

Privilégiez un repas léger

Si vous n’êtes pas tentée de faire la cuisine, commandez un repas traiteur. Mais attention pas du Fast-food ou une pizza !! Même si on raffole de ça, ce jour-là on se force et on commande un repas raffiné et surtout léger. Pour votre repas de St Valentin, prévoyez plutôt un poisson accompagné de petits légumes et de gingembre (cette succulente racine ayant des propriétés aphrodisiaques) et quelques douceurs pour le dessert plutôt qu’un gros steak de bœuf. Pourquoi, parce que vous avez envie de prolonger le plaisir et pas de s’endormir avant la fin du repas, l’estomac pris avec des crampes.

Pour celles qui ont le temps, je vous conseille l’incontournable Ricardo ou encore Coup de pouce pour trouver des recettes qui mettent l’eau à la bouche !

Je commande un bon dîner, on fait manger les petits avant, on les couche pis on fait une jolie table et on débouche le vin  on essaye aussi de se faire beaux si on a un peu de temps !

Clotilde, maman de 2 p’tits gars, Elie et Abel

Ici c’est fondu lorsque les filles font dodo avec une bouteille de mousseux, la suite selon l’humeur (lol ).

Joanie, maman de Julia et Emma

Nous on commande une boite repas et on mange ça avec cocotte, puis une fois bébé couché, on mange le dessert et on passe du temps juste entre amoureux !

Emmanuelle, maman de Rosana

Évitez les sujets sensibles

Ce jour-là on ne parle pas de choses qui fâchent (boulot, ménage ou la belle-mère). Discutez de tout et de rien, du dernier bouquin que vous avez lu, du film que vous voulez voir avec lui, de projets vacances en famille …

Prenez un bain coquin

Si aucun sujet de discussion ne se présente (ça arrive des fois dans les vieux couples) alors faites couler un bain chaud ! Pour le bain, diluez des HE (Huiles Essentielles) dans une base pour bain neutre ou du lait et versez la préparation directement dans le bain.

Comment passer la St Valentin quand on a des enfants? | Cocoon Bien Naître

Voici plusieurs recettes :

  • 5 gouttes d’ylang-ylang dans une cuillère à soupe de base, mettre dans l’eau chaude et se plonger à deux dans la baignoire.
  • Dans un flacon de 5 ml, mélangez 30 gouttes de pamplemousse-citrus paradisi, 15 gouttes de de santal-santalum album, 10 gouttes d’ylang ylang-cananga odorata et 5 gouttes d’absolu de jasmin-jasmimum grandiflorum. Versez 10 gouttes de cette préparation dans une base puis glissez-vous avec votre conjoint dans le bain.
  • Mélangez 15 ml de base avec 10 gouttes d’HE de géranium rosat et 10 gouttes d’HE de vanille.

Voyez comment stimuler votre sensualité avec l’aromathérapie sur aromatherapie.comprendrechoisir.com

Comment passer la St Valentin quand on a des enfants? | Cocoon Bien Naître

Est-il utile d’offrir un cadeau ?

Il est toujours agréable de recevoir ou d’offrir un cadeaux le jour de la St Valentin, comme dans tout autre occasion d’ailleurs. Dès le mois de janvier les vitrines des magasins se remplissent de tout un tas de belles choses à offrir à sa tendre moitié ! Beaucoup diront que c’est devenu une fête commerciale et ce n’est peut-être pas complètement faux, hein?! Selon moi, l’important est davantage de passer du temps de qualité ensemble, chose qu’on ne peut pas toujours faire dans une routine qui va à 100 000 à l’heure!

Si vous voulez offrir quelque chose et être un petit peu originale, j’aime l’idée d’une série de photos façon boudoir ou burlesque, des petites fantaisies genre huiles de massage parfumées à utiliser à 2 ou encore des sous-vêtements qui se mangent, etc. …  Tsé histoire de pimenter la nuit !

Personnellement, le cadeau le plus cute que j’ai reçu et dont je me souviens encore, a été un simple mot écrit dans la neige sous la fenêtre de notre appartement … Parce que l’Amour sait aussi se contenter de simplicité !!

Si les enfants ne dorment pas !

Si comme beaucoup de parents, vos enfants ont de la misère à se coucher tôt, alors improvisez plutôt une sortie en famille.

Pour les parents qui habitent Montréal et ses environs, Marie-Pier, une maman de Rosemontvous conseille d’aller patiner dans le vieux port avec la poussette et y prendre un petit drink. Sinon elle vous conseille aussi d‘aller faire un tour au Village Mammouth Village Mammouth.  On y trouve une MEGA patinoire, une glissade familiale d’une longueur de 18 mètres, un petit bar (ouvert les vendredis et samedis de 16 h à 22 h). La fin de semaine, le village prend un côté festif avec un DJ’s pour mettre de l’ambiance. Sur place, vous trouverez un petit Resto et un Resto de gaufre !

Enfin, s’il fait trop froid pour sortir ou que vous êtes fatigués, visionnez un bon film en mangeant des petites bouchées colorées.

Maman Rebelle

Mot de bienvenue !

Mot de bienvenue !

En ce beau mois de janvier 2016, Je suis heureuse de vous annoncer la naissance du blog de Cocoon Bien Naître !

Ce Blog part de l’idée « qu’il faut tout un Village pour élever un enfant ».

12282990_10153841996786015_1575849325_n
© Julie St Georges Photographe

En collaboration différents professionnels de la santé (naturelle et traditionnelle) qui souhaitent transmettre leurs connaissances et des parents qui veulent partager leurs expériences, je vous partagerai régulièrement des articles/témoignages en lien avec la maternité et la parentalité.

Pour vous permettre de faire des Choix Éclairés, documentez-vous sur tout,

puis suivez votre instinct et laissez parler votre cœur!!

Pour commencer ce Blog, je voudrais vous parler de Vous

Vous, les femmes, pleine de sensibilité et de force qui portez la vie. Vous, qui endurez les maux de la grossesse (nausées, vomissements, fatigue, etc.). Vous, qui avez mille et un questionnements pendant ces 9 mois où vous prenez soin de l’enfant qui grandit à l’intérieur de vous. Vous les femmes, si calmes, qui prenez la vague à chaque contraction pour faire naître la vie.

Vous, les hommes, plein de confiance qui soutenez vos conjointes dans les difficultés, qui leur permettez de donner le meilleur d’elles-mêmes, qui les encouragez à se dépasser un peu plus chaque jour. Vous, les hommes, qui avez une place si importante auprès d’elles le jour de la naissance. Vous, qui vous impliquez dans l’éducation des enfants et qui les guidez afin d’avoir des racines et des ailes.

Vous, les femmes et les hommes inspirants d’ici et d’ailleurs, plein de volonté qui travaillez si fort pour faire évoluer les choses en matière de maternité et de parentalité. Vous, que je n’ai pas encore eu la chance de tous rencontrer et qui transmettez votre savoir dans des formations et des conférences à travers le monde.

Vous, les professionnels de la santé naturelle ou traditionnelle, riches de votre savoir qui œuvrez chaque jour à offrir le meilleur des soins, qui soutenez les couples en difficulté, qui les soulagez de leur douleur.

Vous, les accompagnantes à la naissance, riches de votre enthousiasme, de votre douceur, de votre calme, qui aidez les couples et les familles à avancer en faisant des choix éclairés.

Vous, les marraines d’allaitementles bénévoles qui donnez sans compter votre temps et votre énergie pour soutenir les mamans qui nourrissent leur bébé. pour animer les journées des enfants malades, pour soutenir les familles. Vous, qui les écoutez et les renseignez pour qu’ils retrouvent l’équilibre.

Vous les enfants nés et à venir, les femmes et les hommes de demain, autour de qui nous tissons une toile protectrice pour vous permettre d’acquérir la sensibilité, la force, la confiance, la volonté, le savoir, l’enthousiasme et l’équilibre nécessaire pour avancer dans la vie …

Ce blog vise à transmettre, sans jugement, les expériences et les parcours de vie de parents, à poser un regard nouveau sur les pratiques, à donner des informations claires et précises pour que chacun et chacune puisse prendre des décisions éclairées.

Je remercie particulièrement Julie St Georges et Katia Péchard pour avoir eu la grande gentillesse d’agrémenter mon blog avec leur magnifiques photos ! Je remercie également les différents professionnels qui ont partager leur connaissance dans les articles que j’aurai le plaisir de vous faire découvrir bientôt !

Je vous invite à vous faire connaitre, que vous soyez parents, professionnels, bénévoles ou autres, si vous désirez vous impliquer dans le processus et partager vos parcours de vie, vos réflexions, vos bons coups et transmettre votre savoir. Contactez-moi via ma page facebook

Au plaisir de discuter avec vous ou de vous rencontrer !

signature fond bleu