Archives de
Catégorie : maison de naissance

Accouchement, rencontre d’une jeune femme avec toute sa force intérieure

Accouchement, rencontre d’une jeune femme avec toute sa force intérieure

AAF_0449
©Amalgame Photographie*

Lorsque je suis tombée enceinte, à l’âge de 23 ans. Ma première rencontre médicale me laissa un goût amer. J’ai rencontré le remplaçant de mon médecin de famille, pendant ses vacances, et celui-ci n’a pas ménagé ses préjugés et ses opinions à mon égard. Ce fut pour moi l’élément déclencheur qui m’amena à consulter les Sages-femmes. Avec elles j’ai eu un suivi extraordinaire, rempli d’écoute et de compassion. Je me rappellerai toujours lorsque j’ai dit à ma sage-femme « Quand tu m’accoucheras… » Celle-ci m’a repris immédiatement en corrigeant « Quand je t’assisterai dans ton accouchement… » J’ai su immédiatement qu’elle serait toujours mon égale.

L’accouchement s’est annoncé de manière subite, avec la rupture de la poche des eaux, en fin de soirée. Le travail commença à une cadence folle aux deux minutes. Je suis arrivée à la maison des naissances en panique. Ma Sage-femme m’a accueillie en caressant mon front du revers de la main, me disant de détendre mon visage, ce qui m’a tout de suite apaisée.

Je me suis installée à la chambre pour faire mon nid, mais la douleur était tout simplement insupportable. En fait, tout m’était insupportable. Je marchais de long en large dans la pièce, et même si on m’avait apporté un ballon, un banc d’accouchement, une chaise berçante et tout l’attirail nécessaire, rien n’apaisait la douleur. L’équipe avait même tamisé les lumières et mit une musique douce dans l’espoir me calmer.

J’ai eu besoin d’aller à la salle de bain et lorsque je me suis assise sur la toilette la paix est venue en moi. J’ai fermé les lumières et verrouillé la porte. J’ai caché mon visage dans mes mains et la plénitude est arrivée. Sauf que… un léger toc-toc s’est fait entendre et une voie douce a dit « Cynthia, tu dois déverrouiller la porte, je dois pouvoir te voir… » Mais non, j’avais trouvé mon nid enfin! Elle a insisté doucement et j’ai consenti à déverrouillé la porte. Mais qu’elle n’y entre pas! La porte est restée fermée tel que convenu mais au bout de quelques minutes elle a frappé à nouveau. Elle a réitéré doucement sa demande de me voir, j’ai accepté. La porte s’est entrouverte de quelques centimètres et j’ai vu dans la pénombre son œil qui me scrutait silencieusement. Elle était assise sur le sol, probablement depuis le début. Puis elle est venue gentiment m’évaluer et est ressortie rapidement, me laissant dans le noir, la porte entrouverte à ma demande, dans ma paix. Je suis restée ainsi près de deux heures, la voyant venir me regarder dans la fente de la porte et repartir régulièrement.

Puis j’ai commencé à bouger et on m’a proposé un bain. Ce fut merveilleux, encore plus  confortable  que la salle de bain. La chambre était silencieuse et l’équipe s’approchait de moi à pas feutré. On m’a présenté une stagiaire, à qui je lançais aux 10 minutes l’ordre de diminuer le volume de la musique, ce qu’elle faisait incessamment. Une seule fois, la sage-femme m’a demandé de sortir du bain pour m’évaluer mais ma réaction fût tellement négative qu’elle fit ses examens à même le bain. Je restais 4 heures à y mariner dans un total respect de mes besoins. On m’apportait parfois de l’eau et des fruits, toujours en silence, personne n’osait déranger la paix et la pénombre que j’exigeais.

Puis un son sortit de ma bouche de manière incontrôlable « ça pousse! » disais-je. J’ai demandé à ma Sage-femme comme si elle menait le bal « Que dois-je faire? », En ricanant elle me répondit « Pousse doucement pour te soulager ». Rapidement elle m’évalua et je pu officiellement débuter à pousser, toujours dans le bain. Lorsque la tête du bébé fût sortie, un problème survient. Le bébé était en dystocie d’épaule. Ma poussée était inutile, je m’épuisais. Elle me demanda de sortir du bain, s’attendant à ce que je m’accroupisse au pied, mais non, je me suis élancé jusqu’au lit à environ 6 pieds de là. Je crois que la scène d’une femme tenant la tête de son bébé à demi-sortie entre ses jambes et planant jusqu’au lit a marqué la mémoire de toute l’équipe. À cet endroit, j’ai essayé plusieurs positions, en vain et je terminai sur le dos. Le temps pressait, il devait sortir maintenant! L’équipe m’entoura, je plaçai un pied sur le genou de la Sage-femme principale qui s’affairait à trouver comment dégager le bébé, la seconde Sage-femme et la stagiaire se tenaient à mes côtés, j’entourai mes bras à leurs tailles. Nous comptâmes jusqu’à trois, et en équipe, je poussais de toutes mes forces pendant que la Sage-femme faisait une manœuvre de dégagement. Les deux autres femmes m’encourageaient. J’ai le souvenir que ce bébé est né accompagné par toute une équipe, à 5h28 du matin, un bon 28 Janvier 2009 de tempête.

Cet événement, dans son ensemble, me donne l’impression d’un passage initiatique. La rencontre d’une jeune femme avec toute sa force intérieure, le passage de la jeune femme à la femme. Celle qui a appris à se connaître, celle qui a rencontré la force de la nature, celle qui a vécu un moment unique. Lorsque la Sage-femme déposa le bébé sur ma poitrine, il me regarda droit dans les yeux, dans mon cœur il me disait « bonjour maman ».

Cynthia

#accouchementrespecte


Je tiens à remercier Cynthia pour avoir partagé avec nous le merveilleux récit de son accouchement.

Et vous? Comment s’est déroulé votre accouchement?

Racontez votre histoire en commentaire! 

L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.


*Noter que le récit de cet accouchement et la photographie de Amalgame Photographie n’ont pas de liens entre eux. 

signature fond bleu

Naissance Lotus : Histoire de l’inséparable compagnon de votre bébé

Naissance Lotus : Histoire de l’inséparable compagnon de votre bébé

Le placenta, précieux compagnon de bébé

Le placenta, pour certains, est un déchet du corps, pour d’autres, le précieux compagnon de leur enfant tout juste né. Cet incroyable organe temporaire est l’objet de pratiques très diversifiées. Certains ne voudront pas le voir par peur d’être dégoûtés, d’autres l’examineront sous toutes ses coutures et plusieurs le planteront sous un arbre symbolique. Le saviez-vous, certains le consomment frais — en smoothie par exemple — ou déshydraté sous forme de capsules pour revivifier le corps de la mère? D’autres s’en serviront pour concocter divers onguents ou en feront une superbe empreinte souvenir à l’aide du sang ou de couleurs vives!

AAF_4763.png
©Amalgame Photographie

Naissance d’un bébé lotus

Certaines familles choisiront une autre façon toute particulière d’honorer le « jumeau » de leur bébé. Plutôt que de le séparer de leur enfant en coupant le cordon (plus ou moins tardivement), le placenta demeurera au côté du nouveau-né jusqu’à ce qu’il tombe de lui-même. Avec les puissantes sensations vécues par le nourrisson à son arrivée dans le monde aérien, ces familles voudront rendre la transition plus douce en ne le séparant pas immédiatement du placenta qui lui a tenu compagnie tout au long de la grossesse. Vous vous demandez sûrement comment se déroule une telle naissance que l’on appelle « Lotus Birth », alors voici sans prétention ce que j’en ai appris au fil de mon expérience d’accompagnante à la naissance.

Comment se préparer à la naissance d’un bébé Lotus

Pour accueillir la naissance d’un bébé Lotus, il faut prévoir une préparation matérielle minimale et bien s’informer sur différents points. Il faut avoir conscience, tout d’abord, de l’organisation que cela demandera de vivre avec un bébé relié à ce petit « paquet » que représentera son placenta en continu pendant quelques jours (jusqu’à une dizaine de jours environ).

Pourrons-nous quitter le lieu de naissance avec bébé et son placenta dans le siège d’auto (cette question ne se pose pas pour les naissances à domicile qui rendent le tout très facile!)? Avec les débuts de l’alimentation de bébé, est-ce que cela nous semble réaliste? Sommes-nous à l’aise si la visite se présente? Qu’allons-nous faire pour éviter la prolifération de bactéries et de mauvaises odeurs? Qui s’occupera de préparer le placenta après la naissance? Voulons-nous faire un rituel entourant ce moment?

Voilà autant de questions qui se posent!

Pour les naissances Lotus auxquelles j’ai assisté, le choix avait été fait de laisser le soin au papa et/ou à la Doula de préparer le placenta quand bébé aurait quelques heures de vie et que maman en serait à grignoter un morceau après une belle période de peau à peau. Tout de suite après la naissance, le placenta est simplement déposé dans un bol ou sur un piqué près de maman et bébé (ça peut même se faire dans l’eau alors que le bol dans lequel se trouve le placenta flotte près de la dyade maman-bébé). Il est possible, avant de commencer les étapes propres à la naissance Lotus de faire une belle empreinte du placenta sur un papier (idéalement à aquarelle) en déposant la feuille sur la face présentant un «dessin» ressemblant à un arbre. Vous garderez ainsi un magnifique souvenir de la naissance de bébé!

Rituel et marche à suivre

Par la suite, quelques étapes sont nécessaires et peuvent se faire à votre rythme, rien ne presse. Après avoir rincé le placenta dans un bol près de bébé et avoir absorbé l’excédent d’eau avec des piqués, on peut laisser ce dernier s’égoutter, par exemple en le posant dans une passoire déposée dans un bol. Au préalable (ça peut être fait en fin de grossesse), un mélange de plantes a été broyé au moulin à café. J’ai personnellement utilisé le romarin, le thym et la lavande ensemble, mais il est possible de varier ou d’y ajouter du gros sel. Ces plantes ont des fragrances agréables et des propriétés antiseptiques qui permettent d’éviter les mauvaises odeurs de la décomposition (désolée pour les cœurs sensibles!) et favorisent plutôt la déshydratation du placenta. Mentionnons que le mélange de plantes doit être préparé en assez grande quantité, car au fil des jours, les personnes qui prennent soin du bébé devront en rajouter au besoin.

C’est après le lavage et l’égouttage du placenta que le mélange de plantes sera appliqué en quantité généreuse sur les deux faces du placenta ainsi que dans les petits replis. On peut choisir de retirer les membranes du placenta ou de les laisser, mais dans ce cas en s’assurant que les herbes sont étalées entre celles-ci et le placenta. Enfin, certaines personnes suggèrent de mettre des herbes séchées sur le cordon aussi et d’autres préfèrent l’éviter afin que cela n’irrite pas la peau du nouveau-né. Une fois cela accompli, on dépose le placenta dans le contenant choisi et on peut y ajouter un souhait, une pensée, une offrande de fleurs fraîches.

Détail pratique, le cuit-vapeur en bambou est une bonne option de contenant, à la fois joli et laissant circuler l’air. Une fois ces étapes accomplies, il ne reste qu’à se reposer en famille et ajouter des herbes au besoin! Je souligne que pour tous les soins, il est intéressant de regarder les réactions du bébé. Si ce dernier semble protester, on peut adoucir notre geste ou le modifier.

Sac spécialement conçu pour accueillir le placenta par LotusBorn 

Si désiré, au moment de recevoir de la visite, par exemple, il est possible de camoufler le placenta dans une petite pochette ou dans une jolie couverture. Ce sont des détails que chaque famille règle à sa façon. Certains parents auront même confectionné un sac spécialement pour l’occasion avec des broderies ou des dessins. C’est un joli rituel pour se préparer à l’arrivée de bébé!

Les heures, puis les jours passeront. Le placenta et le cordon deviendront de plus en plus secs grâce aux plantes et à l’air. Le cordon ombilical sera de plus en plus rigide et ressemblera à une petite branche. À tout moment, il est possible de le couper si la famille pense que c’est plus judicieux, par exemple si bébé semble avoir un inconfort ou que la maman trouve l’allaitement difficile à gérer ainsi. Si on laisse aller le processus jusqu’au bout, généralement autour du troisième jour de vie, le cordon ombilical se cassera. Possiblement que bébé lui donnera un petit coup de pied pour s’en séparer. Il est fréquent d’entendre des récits de naissance Lotus où bébé n’aura même jamais pleuré avant de s’être séparé de son placenta, possiblement grâce à la douceur de son arrivée et au cocon familial dans lequel il vit ses premiers moments terrestres.

Pour faire un choix éclairé

Pour conclure, il importe de souligner que ce texte se veut un partage vous permettant de connaître une autre des options possibles pour la naissance de votre enfant et qu’il est important de garder votre professionnel de la santé au courant de votre choix afin que le suivi adéquat soit fait. Comme pour les autres décisions entourant l’arrivée de bébé, je vous encourage à vous renseigner pour faire un choix éclairé.

Pour en savoir davantage sur la naissance lotus, vous pouvez :

Si vous choisissez de vivre une naissance Lotus, il est essentiel de toujours être à l’écoute de bébé, car si celui-ci semble inconfortable ou que des signes d’infection se présentent, même s’ils sont mineurs, il peut être préférable de couper le cordon même si le processus n’est pas complété.

La naissance Lotus peut être une magnifique option pour les familles qui veulent s’offrir une lune de miel avec leur bébé naissant, alors que le placenta imposera de lui-même un rythme tout en douceur autour de l’arrivée de votre enfant. Bonne découverte l’un de l’autre dans votre petit cocon familial!

Anne-Marie Rouillier, anthropologue, maman et Doula

Anne Marie Rouiller.jpg

Un petit mot d’Anne-Marie Rouillier, anthropologue, maman et doula : située au centre-ville de Québec, je propose des accompagnements à la naissance à domicile, en maison de naissance ou en milieu hospitalier ainsi que l’accompagnement d’enfants. Rencontres prénatales, soutien en allaitement et aux relevailles également possibles. Mes services sont adaptés à la diversité des familles, de leurs besoins et du projet de naissance imaginé pour ce petit être nouveau.

Pour me rejoindre : 418-999-6020.


L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu

Accouchement, on a respecté mon rythme, mon corps et mon intimité #accouchementrespecte #smar2016

Accouchement, on a respecté mon rythme, mon corps et mon intimité #accouchementrespecte #smar2016

6 mars 2015,

Félix a alors 36 semaines et 6 jours de fait dans mon ventre.

C’est le jour de ma fête, et c’est aussi le jour où tu as décidé de te pointer le bout du nez !

Je me rends compte que je perds du liquide amniotique. Ton papa et moi nous nous rendons à la maison de naissance de la Rivière.

C’est dans un milieu chaleureux, doux, serein, réconfortant et sécuritaire que nous avons choisit de t’accueillir. C’est dans un cocon remplis d’amour, accompagnés par 2 merveilleuses sages-femmes, que tu verras le jour. Dans le respect de notre rythme, de mes désirs et de nos choix éclairés. Ta naissance sera un moment de très grande douceur et empreint de confiance. Tous ensembles nous ferons émerger la force et l’énergie nécessaire afin de te guider vers la sortie.

 

10h00 environ

Arrivée à la maison de naissance. Papa et moi sommes accueilli par une merveilleuse aide-natale. Elle prend le temps de nous demander comment nous nous sentons. Nous sommes très fébriles de savoir que tu seras bientôt parmi nous. Arriver à la maison de naissance c’est comme arriver à la maison. Ce sentiment de bien-être, de sécurité, de chaleur et d’intimité. Loin de cet environnement médical, froid et stressant. L’aide-natale nous guide vers notre chambre. Wow, c’est comme être à l’hôtel. On me demande si j’ai envie de manger. Oh oui, car je sens que je vais avoir besoin de force et d’énergie. On m’apporte des fruits frais, des noix et du yogourt. Merci! Je me sens déjà chez moi ! Ensuite ma première sage-femme vient me rendre visite. Elle m’examine … surprise c’est seulement le premier feuillet de la poche des eaux qui est rupturé. On écoute ton petit cœur et tu es en pleine forme mon coco ! Puis, on m’installe mon soluté car je suis positive au strepto B. Pas de panique, je pourrais quand même bouger et l’enlever après la première dose. On s’installe tranquillement dans la chambre.

 

11h30 environ

Ma deuxième sage-femme arrive, je lui demande à ce qu’on rupture ma deuxième poche. A partir de ce moment les contractions deviennent plus intenses. Assise sur le ballon, je prends les contractions une à la fois entre 2 bouchées de fruits. Et oui, j’ai encore faim !! Je demande à ce qu’on mettre la radio car j’aime beaucoup écouter de la musique. Cela m’aide à me détendre. Papa est près de moi et me prend dans ses bras à chaque contraction. Il m’aide à rester concentrer sur ma respiration et m’encourage. Sa présence est tellement importante. Mes contractions sont environ aux 4 minutes mais s’intensifient très rapidement. C’est mon troisième accouchement mais mon premier fait de façon naturel en maison de naissance.

 

12h30

Le travail avance toujours aussi rapidement. Je me sens bien. Je sens que l’on respecte ton arrivée et notre intimité. L’accouchement est vécu en couple. Il n’y a que nous dans la chambre. Je me sens tout en contrôle et en confiance. Les sages-femmes se relaient pour venir voir si tout se passe bien. On respecte la bulle dans laquelle nous sommes plongés. Elle me laisse le temps de bien prendre mes contractions avant de me poser des questions, d’écouter ton cœur. Elles m’encouragent et me disent que je fais bien cela.

 

1h30

Je serre papa très très fort dans mes bras. Je suis debout, accroché à son cou et je me balance de gauche à droite en faisant des sons. Les contractions sont aux 2 minutes et font tellement mal. Papa m’aide en respirant lentement dans mon oreille et m’incite à suivre sa respiration. Je sens que nous travaillons en équipe lui et moi. Je sens une force incroyable au fond de moi qui m’aide à continuer et à ne pas abandonner. Je sens tellement d’amour entre nous. La façon dont il me regarde me fait sentir encore plus forte.

 

1h45

Les contractions sont toujours aux 2 minutes et très très intense. Je sens qu’il n’y a plus de position qui me soulage. À quatre pattes dans le lit, assis sur la toilette, debout etc. Je clame mon envie d’aller dans le bain. On me fait couler un bain chaud. Le bain n’a pas encore finit de se remplir que je suis déjà dedans hihi ! Je me souviens avoir entendu ma sage-femme me dire que le bain c’est comme mon épidurale !! Wow ! La chaleur de l’eau me fait tellement de bien. Même si j’ai extrêmement mal, cela me permet de bien me reposer entre chaque contraction. Les 2 sages-femmes sont présentes. Je sais que cela signifie que le grand moment approche. D’un coup je sens que j’ai peur, je sais que je ne peux plus revenir en arrière. Les sages-femmes me posent la même question que durant mon suivi de grossesse : « Kim, aimerais-tu accoucher dans l’eau ? » Eeeuh !!! Même réponse qui me revient…. « Je ne sais pas encore » Quand j’y repense, cela me fait bien rire, j’hésitais encore rendu à la fin hihihi ! À la vitesse où le travail avance, je me demande bien comment je vais faire pour sortir du bain !!! hihihi !

 

2h30

Wow !! que c’est intense, que ça fait mal. Je n’y arriverai pas. Je veux que ça finisse. Je pense que je vais mourir…. Voilà une partie des pensées qui m’habitent. Ha et j’oubliais… JE VEUX L’ÉPIDURALE !!! Je ne l’ai pas crié haut et fort mais c’est ce qui tournait en boucle dans ma tête!! C’est le moment où une de mes sages-femmes me dit : « Kim, si tu veux sortir de l’eau, c’est maintenant ou jamais !! » Et bien je vais rester ici ! Je me sens tellement mieux dans l’eau.

Je serre papa tellement fort que j’ai peur de lui faire mal. Je serre de toutes mes forces le bord du bain. C’est là que ma sage-femme me tend la main. On m’encourage en me disant que ça va bien, que bébé arrive, que ce sera bientôt terminé. Je sens alors un côté animal tout au fond de moi. Je vais puiser dans une force dont je ne soupçonnais pas l’existence. Je cris, je hurle de toute mes forces. Ma sage-femme fait des sons avec moi. Elle m’aide à rester focussée.

  

2h45

Ça fait tellement mal que je crois que je vais mourir. Je sens que je perds le contrôle. Je cris, je pleure et je sens qu’il faut que ça finisse. Une contraction arrive et je pousse de toutes mes forces. On me dit d’écouter mon corps, que mon corps sait quoi faire. On me dit que je suis bonne, que j’aurai bientôt bébé dans mes bras. Ha oui ! C’est vrai! mon coco Félix, on doit le faire ensemble. C’est alors qu’arrive CETTE contraction. Je cris encore de toute mes forces, elle fait terriblement mal. Mes cris ne sont pas tût, ils sont accueillis et entendu. Je sens une très grande compassion quant à la douleur que je ressens. Jamais on ne m’a dit de crier moins fort. Je ne sens pas que je « dérange ». Je me laisse guider par mes sensations et mon désir d’extérioriser. Cela me fait du bien. Je pousse encore de toutes mes forces. On me dit que ta tête est là. Ma sage-femme s’empresse de me dire que je dois pousser doucement pour faire attention à mon périnée. Je ne suis pas capable de contrôler ma dernière poussée.

Et là bébé sort. Le moment tant attendu! C’est papa qui t’attrape dans l’eau et qui te dépose sur moi. Voilà!!! J’ai réussi!! Je l’ai fait!!! Un sentiment de fierté incroyable s’empare de moi!!! On a réussi mon bébé! On a réussi papa!!!! Et non, je ne suis pas morte!!  Nous pleurons de joie!!! Les sages-femmes nous laissent te contempler! Que tu es beau mon bébé!! Je m’inquiète soudain parce que tu ne pleures pas. On me rassure vite… C’est parce que tu as eu droit à une naissance calme et dans l’eau. Tu es passé de l’eau à l’eau. C’est pourquoi tu ne pleure pas. Tu es si calme mon bébé. Tu continue à dormir dans mes bras. Tu es né à 2h47.

kim paquin2
Photographie privée, ne pas reproduire svp
kim paquin3
Photographie privée, ne pas reproduire svp

Nous restons dans l’eau environ 25 minutes. Ensuite papa a pu te prendre et faire du peau à peau avec toi. Plus tard, on me demande si j’ai envie de manger. Ohh oui! Je sens que je dois reprendre des forces… C’est avec surprise que ça cogne à ma porte… Voilà que plusieurs sages-femmes et aides-natales viennent pour me chanter bonne fête !!! Ma première réaction est … « Ha oui !! C’est vrai… c’est ma fête » J’avais complètement oublié hihihi !!

C’est tellement apprécié comme surprise !!

L’examen de mon petit Félix est fait devant nous. On nous explique chaque étape et le pourquoi du comment cela! Woow! Que c’est intéressant!

 

kim paquin4
Papa coupe le cordon ombilical, Photographie privée, ne pas reproduire svp

On me guide aussi lors de mon premier allaitement. 3 heures après la naissance de notre fils, on nous laisse en famille afin de bien nous reposer. C’est tellement bien de pouvoir se retrouver dans l’intimité à profiter de ces premiers moments si précieux.

Quand on y repense, les mots qui nous viennent en tête lorsqu’on  parle de notre accouchement : c’est respect, confiance, soutien et amour. Je sens qu’on a respecté mon rythme, mon corps et mon intimité. L’approche sage-femme respecte tellement le côté humain qu’on recherche tant dans un moment si important de notre vie. La naissance de notre enfant et un moment dont on se souviendra toute notre vie! Il est tellement important que ce soit une expérience positive et respectueuse. Je n’ai jamais eu de pression quant à mes choix durant mon accouchement et durant mon suivi. On m’a informé et nous avons ensuite pu prendre les décisions en lien avec nos valeurs. Je peux dire que « nous » avons accouchés dans l’amour, la confiance et le respect. Je ne remercierai jamais assez mes 2 sages-femmes pour tout ce qu’elles ont fait pour nous ! Pour le soutien, l’écoute et le merveilleux suivi. Vous êtes tellement des femmes extraordinaire et dévouée. Vous ferez toujours partie de l’histoire de Félix! Il vous remercie aussi de l’avoir respecté et d’avoir pris soin de lui! Continuez votre merveilleux travail.

On vous aime !

Kim Paquin

kim paquin6
Félix, Photographie privée, ne pas reproduire svp

Je tiens à remercier Kim Paquin pour avoir partagé le récit de son accouchement avec nous.

Et vous? Comment s’est déroulé votre accouchement?

Racontez nous votre histoire en commentaire! 

L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu

Accouchements : Perdue dans le désert, suivi de Promenade en bateau #accouchementrespecte #smar2016

Accouchements : Perdue dans le désert, suivi de Promenade en bateau #accouchementrespecte #smar2016

Premier accouchement: perdue dans le désert

Pour raconter le récit de mon accouchement, prétendre qu’il est possible de mettre des mots sur l’intensité, la puissance et la fragilité nécessaire, je me dois de faire une introduction. C’est notre premier bébé à mon conjoint et à moi. La grossesse amène son lot d’incertitudes, de peurs et de bonheur. J’ai eu la chance d’aimer porter mon fils, même si les derniers temps ont parfois été plus difficiles.

J’ai besoin de commencer mon récit quelques jours avant mon accouchement.

Vendredi premier novembre 2013, après plusieurs mauvaises nuits d’affilée, je décide de commencer mon traitement choc homéopathique, tisane de framboisier et huile d’onagre, conseillé par ma sage-femme. Mon traitement à la main, j’entame le week-end avec assurance. Samedi soir, petit souper entre amis, un vrai moment de détente et de plaisir. Question d’en rajouter, je me sers un verre de vin. La soirée tire à sa fin, on rentre à la maison et on se couche.

Moins de 15 minutes plus tard, une contraction, puis une autre. Je passe au salon, J’essaie de me reposer et j’y arrive malgré les contractions qui reviennent fidèlement au 10-15 minutes. Je laisse mon chum dormir, il doit être en forme pour accueillir son fils. Plus la nuit avance, plus les contractions se rapprochent. À 2 heures du matin j’appelle ma sage-femme et je suis soulagée de savoir que je ne la réveille pas. Je lui dis que je pense que le travail s’installe, que les contractions durent 1 minute et reviennent aux 8-10 minutes. Au petit matin, j’appelle mon accompagnante, qui est aussi étudiante sage-femme, car elle doit faire de la route pour nous retrouver.

L’excitation grimpe en moi car j’entrevois la naissance de notre fils qui se prépare. Malgré une nuit sans vrai sommeil, je suis plutôt en forme, transportée par l’idée que je vais enfin faire la connaissance de ce petit être qui grandit en moi, depuis ce qui me semble être une éternité.  Je réveille mon conjoint.

Vers 7h, les contractions sont aux 3 minutes, mon accompagnante est sur le point d’arriver et je décide d’appeler ma sage-femme. Elle est trop occupée pour me parler et me dit qu’une de ses collègues me rappellera sous peu. Lorsqu’elle me téléphone la chimie n’est pas vraiment au rendez-vous mais nous convenons de nous rejoindre à la maison de naissance à 8h30. À notre arrivée, ma sage-femme a finalement réussit à se libérer et je suis aux anges de la retrouver.

Puis, mon  monde bascule, l’excitation se transforme en désarroi. L’examen révèle un minuscule centimètre d’ouverture. Latence, le mot qui me reste encore entre les dents aujourd’hui. La meilleure solution reste de retourner chez moi et de patienter. Je ne veux pas patienter, je veux rencontrer mon fils, je suis en colère contre mon corps qui me raconte des histoires, qui n’est pas assez efficace.

La journée passe chez moi, les contractions continuent aux 3-15 minutes, je me fatigue, j’ai juste envie de pleurer… je n’ai pas d’appétit.

Le soir venu, je n’ai qu’une seule envie, me reposer. Mon chum fait le tour de la ville pour me trouver des Gravol® un dimanche soir. Je les avale le cœur plein d’espoir mais en vain.

L’abandon. J’ai abandonné à ce moment-là. La fatigue a eu raison de moi, de cette envie de donner la vie naturellement dans un lieu accueillant. Je garde ça pour moi car je n’ai pas la force de l’admettre.

Téléphone à ma sage-femme, je n’en peux plus. Mon accompagnante (étudiante sage-femme) me fait un examen pour éviter de la faire déplacer, 3-4 centimètres. On se donne alors rendez-vous à la maison de naissance. On essaie ballon et autre trucs dont je ne me souviens pas vraiment. Sauf, le moment de solitude avec mon chum ou j’ai pleuré ma vie, comme si c’était la fin de monde. C’était la fin de mon rêve, je veux une épidurale. J’ai échoué, je n’y arriverai pas, je suis exténuée, vidée. Je dis à ma sage-femme que je n’en peux plus, je veux l’épidurale. Elle organise le transfert et me rassure, le médecin en médecine familiale de garde est vraiment génial. Elle et son étudiante m’accompagnent à l’hôpital. J’y arrive mais j’ai peine à marcher tellement les contractions ont pris de la force. On m’amène en fauteuil roulant. Dès mon arrivée on fait mes prélèvements pré-épidurale et on me fait un examen, six centimètres, enfin! On m’installe la fameuse et tant souhaitée, délivrante, épidurale. J’arrive à me détendre, cette détente est plus réparatrice que plusieurs heures de sommeil.

Le médecin vient me voir pour un second examen, presque complète, elle me propose de rupturer les membranes, j’accepte. Puis, elle pose sa main doucement sur moi et me dis: ‘tu as bien fait, ne le regrette pas’. Ces mots je ne les oublierai jamais, elle a su me dire exactement ce que j’avais besoin d’entendre. Elle m’a délivré d’une bonne part de la culpabilité qui me pesait.

À l’examen suivant, je suis complète on me propose d’attendre un peu avant de pousser afin de laisser le bébé descendre.  Puis, l’action commence. Comme je ne sens pas les contractions on me guide beaucoup. Au bout de trois heures et quelques minutes mon garçon vient au monde en parfaite santé. À notre demande, le cordon n’est coupé que quelques minutes plus tard. Puis le placenta est expulsé et on m’offre de le voir, ce qui me ravie. La fatigue a disparue, laissant mon cœur remplit d’amour pour ce petit être. Je n’ai pas de mots devant la grandeur et la force de cette belle nature qui a pris soin de mon enfant tout ce temps à l’intérieur de mon corps. Maintenant c’est notre tour, comme parents, de prendre le relais.

Deuxième accouchement : une promenade en bateau

3133fa8a-3347-4890-821a-e50f8556331d.jpg
Photographie privée, svp ne pas reproduire

 Cette fois si tout est différent, d’abord parce que je sais l’amour et la force qu’il faut avoir pour mettre au monde un enfant. Je sais aussi ce par quoi j’ai dû passer la première fois et je sais surtout quel chemin je ne veux pas prendre. C’est pourquoi je me suis tournée vers l’auto-hypnose afin de me préparer pour cette naissance.

Tout a commencé en douceur une après-midi suivant un cours d’aquaforme. J’ai quelques contractions par-ci par-là, rien de vraiment convaincant, comme j’ai l’habitude d’en avoir depuis quelques semaines. Vers la fin de l’après-midi aux environs de 16 heures un tableau commence à se dessiner, les contractions ne sont pas plus fortes que d’habitude mais plus rythmées. Environ aux 7-8 minutes et durent 45 secondes. Je me dit que ma période de latence a commencé. Comme j’en ai eu une très longue au premier, je n’en fait pas cas. Je prends un bain pour me convaincre de ce que je sais déjà et je vaque à mes occupations, j’ai quand même un fils de 2 ans.  Au début de la soirée, on fait des plans en prévision de faire garder le premier. Mon conjoint va le reconduire chez ses grands-parents, dans le pire des cas se sera une fausse alerte. J’appelle ma sage-femme, afin de l’aviser de la situation et de lui mentionner que je crois que c’est le début de quelque chose. Elle me suggère de me reposer parce que la latence peut être longue. La soirée passe. Le rythme, lui, change peu. Vers 22 heures, sur les conseils de ma sage-femme, je me couche avec ma séance d’hypnose dans les oreilles.

Je l’écoute en boucle jusqu’à ce que je ne puisse plus rester coucher pour supporter les contractions. Je me lève en passe quelques-unes puis me dis que ce serait une bonne idée de les compter pour réaliser qu’elles sont espacées de deux ou trois minutes et durent une minute. Je suis au calme plat, aucune précipitation dans mon esprit, je suis tout de même mon conjoint, qui lui veut vraiment partir rapidement. Il contacte ma sage-femme et on se donne rendez-vous là-bas. À mon arrivée, les contractions continuent, moi je suis toute en contrôle, très calme. Je suis enchantée de comment se passent les choses. Je suis dans ma bulle, c’est comme si tout le reste était comme un rêve, brumeux, vaporeux même à la limite du réel. Le temps disparaît, n’existe plus. La sage femme coule le bain en me disant : je ne sais pas si ça t’intéresse d’accoucher dans l’eau mais je coule le bain question qu’il soit prêt si ça dit. On tente d’écouter le cœur mais ce n’est pas fait facile debout alors je m’allonge. Son cœur va très bien. Je me déshabille et j’entre dans l’eau afin que l’on puisse faire mon premier examen. À ma grande surprise, je suis déjà à environ 6-7 cm, il est 1h15. Cinq minutes plus tard,  je suis dans un état intérieur incontrôlable je me souviens avoir mentionné à mon chum que je ne supporte pas les contractions dans l’eau et que je voulais sortir du bain. Il m’offre de m’aider à sortir mais je lui réponds que je ne veux pas, que je n’en suis pas capable. Moment de panique intérieur ; c’est mon fils qui se fraye un chemin vers la sortie. Puis,  je sens que ça pousse, la panique disparaît soudainement, la vraie poussée fait son entrée en scène. Je voudrais bien dire que c’est à ce moment-là que j’ai poussé, mais ce n’est pas le cas. Honnêtement je n’ai rien fait, presque rien. Mon corps a très bien fait les choses tout seul.  Il le fait très efficacement visiblement car au bout de 15 minutes mon Émile, beau garçon de huit livres et demi est venu au monde rapidement, doucement dans l’eau. Il était magnifique, aussi zen que sa venue au monde. La perfection quoi, comprendre ici, l’enfant et l’accouchement 😉

Le placenta naît quelques minutes plus tard dans un fou rire qui l’expulse de mon corps. Puis, une fois ces derniers services rendus, on coupe le cordon. Papa rencontre son deuxième fils alors que je suis debout dans le bain quelques minutes seulement après sa naissance. Je me sens invincible comme une guerrière, parce que donner la vie est sans aucun doute ce qui m’a donné le plus de puissance de toute ma vie. Grâce à une extraordinaire équipe de sages-femmes, j’ai pu le faire comme je le souhaitais.

Alexandra Morency


Merci à Alexandra Morency pour avoir partagé les récit de ses accouchements avec nous.

Et vous? Comment s’est déroulé votre accouchement?

Racontez nous votre histoire en commentaire! 

L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu