Archives de
Catégorie : Portage

Porte-bébés : comment les différencier? – LES PORTE-BÉBÉS ASIATIQUES

Porte-bébés : comment les différencier? – LES PORTE-BÉBÉS ASIATIQUES

Poursuivons notre aventure dans le merveilleux monde du portage! Aujourd’hui Cindy Larrivée, Consultante en portage (CBS) vous parle des porte-bébés asiatiques.

*** Photo à la une  ©Lyz Murray Photographie ***

Le Mei Tai

Constitué d’un panneau central (généralement rectangulaire ou en forme de sablier), de 2 pans de tissu de longueur moyenne (pour former la ceinture) et de deux pans plus longs (pour former les bretelles), le Mei Tai est donc un agencement de 5 morceaux de tissus de différentes tailles, cousus les uns aux autres. Ce type de portage permet de porter au ventre et au dos, ainsi qu’aux hanches et supporte généralement au moins 35 lb de poids, parfois plus. C’est un portage facile et rapide à utiliser, qui convient bien aux porteurs multiples (papa et maman!) dont la taille diffère et sa versatilité lui permet d’être utilisé dès la naissance et jusqu’à l’âge préscolaire en général.

LES PORTE-BÉBÉS ASIATIQUES | Cocoon Bien Naître
Mei Tai (Lilliputi)

L’Onbuhimo

Fait d’un panneau rectangulaire et de deux bandes de tissu qui constituent ses bretelles, l’Onbuhimo, à la différence du Mei Tai, ne possède pas de bandes qui en constituent la ceinture, mais plutôt deux anneaux de métal de chaque côté de la « taille », dans lesquels ont doit faire passer les bretelles, pour former l’assise. C’est un portage plus traditionnel, et généralement, ce type de porte-bébé est confectionné à la main ou en très petites quantités, par des artisans locaux, principalement en Asie et en Europe.

LES PORTE-BÉBÉS ASIATIQUES | Cocoon Bien Naître
Onbuhimo (Girasol)

On retrouve cependant sur le marché Nord-Américain sa version « occidentale », l’Ombuclip (ou Buckle-bu) qui ressemble beaucoup plus à un « préformé sans ceinture », qu’à un vrai Onbuhimo.

LES PORTE-BÉBÉS ASIATIQUES | Cocoon Bien Naître
Onbuclip (Babyzouks, avec Pavo Textiles)

Ce type de porte-bébé est beaucoup plus adapté aux bambins (18 mois et plus), notamment à cause de la largeur de l’assise qui est créée par le passage des bretelles et donc, qu’il est difficile d’adapté à l’écartement des plus petits.

Le podeagi

Le podeagi ressemble davantage au Mei Tai, à la différence où son dossier est beaucoup plus long, et à l’absence totale de ceinture de taille. Qu’il soit utilisé en portage ventral ou dorsal, son utilisation nécessite que l’on croise les bretelles sous les fesses de bébé (par-dessus le tissu excédentaire du dossier), pour créer l’assise et ainsi, maintenir bébé en place sur le corps du porteur. C’est donc un portage un peu plus technique que le Mei Tai.

Les podeagi sont généralement conçus par des artisans et ne se retrouvent généralement pas dans les boutiques et magasins où d’autres types de porte-bébés sont vendus.

LES PORTE-BÉBÉS ASIATIQUES | Cocoon Bien Naître
Podeagi (confection maison)

Pour de l’aide concernant le choix d’un porte-bébé qui vous convient, c’est par ici! D’ici-là, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires!

Cindy Larrivée, Consultante en portage (CBS)

LES PORTE-BÉBÉS ASIATIQUES | Cocoon Bien Naître

Un petit mot de Cindy : Avant tout, Maman de 3 enfants, dont des jumelles nées en 2014 et un grand garçon de 7 ans, tous trois ayant été portés, autant par papa que par maman! Le portage fait partie intégrante de mon quotidien et ce, tant au niveau professionnel que personnel.

Formée par la Canadian Babywearing School, je suis non seulement monitrice de portage, mais également l’une des co-fondatrices de Portagedouble.com, un site de référence francophone sur le portage ergonomique.  Je travaille également dans différentes sphères de l’industrie nord-américaine du portage.

C’est avec un immense plaisir et avec le soutien de ma partenaire de travail Mélanie, que je me joins à l’équipe de Cocoon Bien Naître, pour vous faire connaitre (ou découvrir) le merveilleux monde du portage ergonomique!


L’ensemble des articles du blog peut être reproduit et partagé dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

Accompagnante à la naissance | Cocoon Bien Naître

Les porte-bébés : comment les différencier? – Les porte-bébés à armature rigide

Les porte-bébés : comment les différencier? – Les porte-bébés à armature rigide

Porte-bébés à armature de moins en moins populaire

De moins en moins populaire, depuis l’avènement des porte-bébés préformés, les porte-bébés à armature rigide ont tout de même eu leur heure de gloire, il y a de cela quelques années. Évidemment, ils sont encore populaires dans les magasins de sports de plein air, parce qu’ils permettent non seulement de porter un enfant, mais également d’apporter divers articles avec vous, lors de randonnées ou d’expéditions.

Manque de confort

Ces porte-bébés sont en règle générale sécuritaires et testés, mais clairement, ils n’ont que très rarement été testés pour leur confort. Comme ils ne permettent que le portage au dos, et que bébé se retrouve dans une structure métallique, éloigné de son parent, la répartition de poids est très différente de celle que l’on retrouve avec les porte-bébés préformés. Déjà, le poids de la structure elle-même (et du tissu, etc.) ajoute au poids du bébé à porter, ce qu’il faut considérer, lorsqu’on se procure ce type de produit de portage.
De plus, il faut considérer l’âge de l’enfant porté, car le portage au dos avant que l’enfant ne soit en mesure de passer lui-même de la position couchée à la position assise n’est pas recommandée (pour plus d’informations sur ce sujet, c’est par ici. C’est donc un porte-bébé qui risque de ne pas être utilisable pendant toutes les étapes du développement de bébé.

Comptons aussi sur sa facilité de rangement qui est, pour ainsi dire, presque nulle! L’espace qu’occupe le porte-bébé le rend difficile à trimballer, même lorsqu’il peut être replié (en comparaison avec un préformé classique!).

Peu ergonomiques

Bien que de plus en plus de fabricants s’attardent à l’aspect ergonomique du porte-bébé, la plupart des modèles actuellement sur le marché n’offrent pas d’assise large, ce qui fait que bébé n’est pas soutenu sur toute la largeur de sa base (d’une cuisse à l’autre, comme dans un hamac). Ce n’est pas un problème en soi, dans la mesure où ce n’est pas dangereux que l’enfant soit soutenu de cette manière, mais il est vrai que ça peut devenir inconfortable à long temps, surtout pour les enfants qui n’ont pas encore la force de maintenir le poids de leurs jambes, pour les repositionner.

En définitive

Ça vaut la peine d’évaluer vos besoins en matière de portage, afin de vous assurer que ce type de porte-bébé correspond réellement à vos besoins et à ceux de votre famille, particulièrement en considérant le prix de ces porte-bébés, qui est généralement bien au-delà des 200$.

Avez-vous déjà porté avec un porte-bébé à armature rigide?

Comment vous êtes-vous senti?

Pour de l’aide concernant le choix d’un porte-bébé qui vous convient, c’est par ici! D’ici-là, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires!

Cindy Larrivée, Consultante en portage (CBS)

Les porte-bébés à armature rigide | Cocoon Bien Naître

Un petit mot de Cindy : Avant tout, Maman de 3 enfants, dont des jumelles nées en 2014 et un grand garçon de 7 ans, tous trois ayant été portés, autant par papa que par maman! Le portage fait partie intégrante de mon quotidien et ce, tant au niveau professionnel que personnel.

Formée par la Canadian Babywearing School, je suis non seulement monitrice de portage, mais également l’une des co-fondatrices de Portagedouble.com, un site de référence francophone sur le portage ergonomique. Je travaille également dans différentes sphères de l’industrie nord-américaine du portage.

C’est avec un immense plaisir et avec le soutien de ma partenaire de travail Mélanie, que je me joins à l’équipe de Cocoon Bien Naître, pour vous faire connaitre (ou découvrir) le merveilleux monde du portage ergonomique!


L’ensemble des articles du blog peut être reproduit et partagé dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

Accompagnante à la naissance | Cocoon Bien Naître

Porte-bébés : comment les différencier? – LES PRÉFORMÉS

Porte-bébés : comment les différencier? – LES PRÉFORMÉS

Marie-Elaine
Marie-Elaine et sa fille

Le préformé

Ce modèle de porte-bébé est le plus connu et le plus facilement accessible sur le marché de nos jours. Un panneau de tissu (le dossier) auquel est cousue une ceinture de taille, ainsi que deux bretelles (souvent rembourrées) en forment la structure. Les bretelles et la ceinture s’attachent à l’aide de boucles de plastique (clips) et son utilisation ressemble beaucoup à celle d’un sac à dos.

Ce type de porte-bébé permet généralement de porter ventre contre ventre, au dos et aux hanches, bien que certains modèles proposent ou restreignent certaines positions. Quelques rares modèles permettent également de porter face vers le monde, comme l’Ergobaby 360, le BECO Gemini et le Multi 2.0.

Préformé Onya
Préformé Onya

Dû à ses « clips », l’utilisation d’un préformé est très rapide et simplifiée. Cependant, sa structure fait en sorte qu’il ne peut être utilisé que dans certaines positions spécifiques (au dos, à la hanche et au ventre) et que son installation n’est sécuritaire que si l’on respecte les recommandations du fabricant. Ces porte-bébés, pour être vendus sur le marché Nord-Américain, doivent d’ailleurs être testés en laboratoire, selon les normes de l’ASTM, pour être considérés comme sécuritaires.

Également, il faut savoir que malgré leur grande simplicité, la plupart des préformés ne peuvent être utilisés que pendant certaines périodes : la majorité des préformés standards seront trop grands (non sécuritaires) pour les bébés de moins de 6 mois, et deviendront trop petits (moins confortables) au-delà de 2½ ans ou 3 ans. Il vous faudra donc vous assurer que le modèle choisi répond bien aux besoins de votre famille! Vous pouvez d’ailleurs lire un article sur ce sujet.

cindy avec son fils Miguel et bébé théo dans le bedonPhoto de sarah scott
Cindy avec son fils Miguel et bébé Théo dans le bedon

Évidemment, il existe des dizaines de marques et de modèles, et il peut être difficile de s’y retrouver. Gardez cependant en tête, si c’est un préformé que vous souhaitez acheter, que l’aspect confort en est un des plus importants, et que peu importe ce qu’en pense votre voisine, ça ne regardera que vous, au final. Il vaut donc définitivement la peine d’essayer plusieurs modèles, pour voir ce qui vous convient le mieux, à bébé et vous!

Préformé BabyBjorn One
Préformé BabyBjorn One

Pour de l’aide concernant le choix d’un porte-bébé qui vous convient, c’est par ici!

D’ici-là, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires!

Cindy Larrivée, Consultante en portage (CBS)

Cindy Larrivée+logo.png

Un petit mot de Cindy : Avant tout, Maman de 3 enfants, dont des jumelles nées en 2014 et un grand garçon de 7 ans, tous trois ayant été portés, autant par papa que par maman! Le portage fait partie intégrante de mon quotidien et ce, tant au niveau professionnel que personnel.

Formée par la Canadian Babywearing School, je suis non seulement monitrice de portage, mais également l’une des co-fondatrices de Portagedouble.com, un site de référence francophone sur le portage ergonomique. Je travaille également dans différentes sphères de l’industrie nord-américaine du portage.

C’est avec un immense plaisir et avec le soutien de ma partenaire de travail Mélanie, que je me joins à l’équipe de Cocoon Bien Naître, pour vous faire connaitre (ou découvrir) le merveilleux monde du portage ergonomique!


L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source cocoonbiennaitre.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu

Katie M. Berggren, artiste canadienne, qui capture les émotions entre parents et enfants

Katie M. Berggren, artiste canadienne, qui capture les émotions entre parents et enfants

L’art est une belle façon de transmettre des idées, des émotions, des réflexions, etc. Depuis toujours les artistes quels que soient leurs domaines d’expertise (musique, danse, peinture, sculpture et j’en passe) aident à faire évoluer les mentalités. En juin, je vous proposez une entrevue avec Korrig’Anne, illustratrice française. Ce mois-ci, je vous parle de Katie M. Berggren, artiste canadienne. 

Katie M. Berggren a eu la gentillesse de nous en apprendre un peu plus sur elle.

Cette fois-ci l’exercice est un peu plus difficile pour moi car mon anglais est vraiment très TRÈS limité malheureusement. Je vous mets donc les réponses originales en plus de ma traduction libre. J’espère que vous serez indulgents si vous trouvez des erreurs 😉

Katie M. Berggren, capture les émotions | Cocoon Bien Naître
©kmberggren

Katie M. Berggren vit à Vancouver et capture les émotions partagées entre une mère et son enfant. Elle arrête le temps et fixe à jamais les détails de l’enfance. Elle sait à merveille faire ressortir la tendresse et l’amour qui émanent de ses sujets.

Ces illustrations sur la maternité, l’allaitement, le co-dodo, le portage et la parentalité inspirent la douceur, l’attachement, la force de la relation. Chaque mère peut se retrouver dans l’une de ses toiles.  Ces œuvres ont été exportées dans plus de 57 pays. 

Mère de 2 grands garçons, elle dit avoir trouvé un équilibre grâce à son art. Les relations et les échanges qu’elle a avec les mères qu’elle rencontre, lui ont permis de s’épanouir et d’être une mère sensible, attentive et à l’écoute.

Quel est votre parcours artistique? Comment avez-vous commencé?

Je pense que la plupart des artistes vous diront qu’ils font de l’art « depuis toujours »! Je suis artiste depuis toujours. Quand j’étais au lycée, j’avais un atelier où je peignais des portraits. Plus tard, avant de fonder une famille, je créais en utilisant des outils numériques que je maniais aussi bien que le crayon de couleur et les marqueurs. Lorsque je suis devenue maman j’ai repris mes pinceaux et ne les ai pas reposés depuis 12 ans!

What’s your artistic course, how did you begin?

I think most artists will say they’ve been doing art ‘forever’! I have been doing art forever. When I was a high-school student I had a business creating pencil portraits. Later on, before having a family, I was creating art using digital means, as well as colored pencil and markers. When I became a mom I picked paintbrushes up and haven’t set them down for 12 years!

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler sur le thème de la maternité, de la parentalité ou de la femme ?

Avant que je ne tombe enceinte, mon art représenté des fleurs, des champignons, des oiseaux, des bateaux, des poissons, des animaux et des sirènes. En fait, la nature en général. Je pense que j’aime créer autour du thème de la VIE.

Katie M. Berggren, capture les émotions | Cocoon Bien Naître
Crédit photo Katie M. Berggren

Quand je suis tombé enceinte, je suis passée aux oiseaux AVEC un nid et des œufs! J’ai peint des femmes enceintes et des mères avec leurs enfants. Je me suis rendue compte très rapidement que je voulais capturer les moments entre la mère et son enfant, au-delà de ce qu’un appareil photo pourrait le faire.

Why do you have begin to work on the theme of maternity, parenthood or woman?

Before I became pregnant, I was creating art featuring flowers, mushrooms, birds, boats, fish, animals and mermaids, and nature in general. I think I loved the general theme of LIFE.

When I became pregnant, my art changed to birds AND nests with eggs! Also pregnant women, and mothers with children. I realized very quickly that I wanted to capture the moments of mother and child, beyond what a camera could do.

Est-ce que vous exposez dans une galerie ? Comment faites-vous connaitre votre art ?

Je ne travaille avec aucune galerie en ce moment. J’ai lancé mes illustrations via les médias en ligne. J’expose dans des salons « art et vin » chaque année.

Les peintures de Katie M. Berggren sont disponibles sur différents supports via son site web ou sa page Facebook : toiles, cartes postales, pendentifs, etc.

Psst! J’ai d’ailleurs commandé un pendentif avec l’oeuvre « Home » que j’aime particulièrement. Je vous en donnerai des nouvelles 😉

You expose in galleries? How you spread your art?

I don’t work with any galleries at this exact moment. I put my artwork out through online media and I do a couple summer art & wine fair shows each year.

Un message pour les gens qui apprécient votre art?

Indépendamment de ce qui nous touche ou nous passionne, je pense que la chose la plus importante c’est L’AMOUR. Tomber en amour encore et toujours, avec tout ce que nous choisissons de faire. Que ce soit l’école à la maison, nos bébés, la cuisine, le tricot, l’enseignement, l’écriture, le chargement de camions, la vente de vêtements …

Dans le cas de l’art il faut tomber en amour avec le sujet, la technique et la réalisation de l’œuvre en découleront automatiquement.

A word for your public

Regardless of what we find as our calling or our passion, I think the most important thing IS LOVE. Falling in love, over and over with what we choose to do. Whether it be homeschooling, raising babies, cooking, knitting, teaching, writing, packing trucks, selling clothing… In the case of creating art: fall in love with the subject, the process and the way it all makes you feel.


Un grand merci à Katie M. Berggren pour m’avoir ouvert son cœur pour nous faire découvrir sa passion.  

signature fond bleu

Passionnée par le portage ! Et pourquoi pas ?

Passionnée par le portage ! Et pourquoi pas ?

Sur les réseaux sociaux, il y a de plus en plus de groupes dédiés au portage ainsi qu’à la vente/revente/échange de porte-bébés. Avec toutes les photos de porte-bébés qui se partagent régulièrement, il y a aussi plusieurs questions qui reviennent au sujet des prix payés, de la valeur de revente et du nombre de pièces dans une collection, et ce n’est pas rare que le débat s’échauffe rapidement en voyant une maman publier une photo de sa collection de 5-10-15 et+ porte-bébés.

Tentons de démystifier un peu la polémique.

Pourquoi les porte-bébés sont-ils si cher?

La confection de porte-bébés, aussi bien les écharpes que les préformés, est un processus quand même assez complexe qui engendre beaucoup de coûts cachés au grand public. Dans un premier temps, on parle habituellement de matériaux de qualité qui sont, pour la majorité, tous testés et conformes à diverses normes, un processus qui en soi coûte cher et représente une grosse dépense. Pensez à votre compagnie d’écharpe préférée qui a un nouveau design à toutes les 2 semaines? C’est presque certain que chaque nouveau tissu a été tissé, inspecté, testé, mesuré, coupé, cousu, emballé, posté, etc. Chaque étape ayant un coût rattaché. Un tissu de qualité acheté en vrac coûtera déjà un minimum de 20$/m! Les coûts par étapes s’accumulent rapidement pour aboutir à un prix final.

Oui, mais ça n’explique pas les écharpes de 300$ – 400$… 1000$ ?!?

Dans un premier temps, quand on parle de matériaux de qualité, on parle la plupart du temps d’une confection artisanale, comme dans le cas des « tissées main » ou « handwoven ». Une écharpe tissée à la main représente une grosse dépense tant pour les matériaux que dans l’investissement de temps (très important) de la part de la tisserande. Déjà pour une écharpe de 5m, tissée d’une laine d’alpaga filée à la main, on pourrait être rendu à 160$/m et plus. Et l’artisane, elle figure où là dedans? Quand elle compte les heures qu’elle y a mis, en déduisant le coût des matériaux et de son métier à tisser, elle est payée à peu près le salaire minimum, rarement plus.

En dehors des tissées main, ce n’est pas rare de voir des écharpes conçues à partir de matériaux exotiques. Coton, laine, lin, chanvre, on est habituées. Mais si je vous dis « laine de qiviut »? Ou « fibre de vicuña »? Ou même des fils d’or? Des écharpes de luxes avec des fibres rarissimes! Le prix de ces écharpes se paie en conséquence!

En plus des matériaux et du processus même de la confection, parlons d’un concept d’économie de base : l’offre et la demande. Tout comme des souliers ou les sacs à main de luxe, une écharpe avec un design convoité, provenant d’une marque très en demande, vendue en quantité ultra limitée, ça vaut plus cher en soi. Comme dans tous les secteurs du marché libre, un article très en demande aura une valeur marchande plus élevée.

Pourquoi tant de personnes se justifient  de payer un prix si élevé?

Plusieurs porteuses (et au moins quelques porteurs!) comparent leurs écharpes à des œuvres d’art digne d’une collection. Et c’est en effet le bon mot – plusieurs disent avoir une « collection » de porte-bébés, ou un « stash ». C’est généralement là que le débat commence sur les réseaux et que les esprits s’échauffent.

Pourquoi mettre autant d’argent dans une écharpe ou un porte-bébé?

Mais ne l’oublions jamais, le portage est accessible à TOUS les budgets. Certains choisissent d’investir le strict minimum, tout en gardant à l’esprit le confort et la sécurité, d’autres vont développer de véritables collections. Néanmoins, aucune maman ne mérite de se faire critiquer parce qu’elle n’a que le modèle Infantino qu’on lui a donné en cadeau, tout comme la maman avec ses 15 écharpes achetées au prix marchand ne mérite pas de se faire lancer des pierres.

Regardons les autres items qu’on achète pour nos précieux bébés – jouets, meubles, linge, couvertes, couches lavables, poussettes – il y a une gamme importante de prix pour ces items qu’on semble questionner beaucoup moins que la valeur des porte-bébés! Et quand on parle de porte-bébés, on parle quand même d’un item que certaines utilisent à tous les jours, plusieurs fois par jour, possiblement avec plus d’un enfant et souvent pour de longues durées. N’oublions pas qu’il s’agit d’un item pour lequel on mise avant tout sur la sécurité de son enfant. Quand on y réfléchit un tout petit peu, on voit vite la valeur de l’investissement!

Un dernier facteur important à considérer est qu’un bon porte-bébé garde souvent sa valeur à la revente. On ne peut certainement pas revendre nos écharpes à grand profit comme il y a quelques années – les groupes de revente refoulent de plus en plus d’écharpes usagées – mais la revente de porte-bébé, surtout les modèles où la demande est plus importante, promet quand même un assez bon rendement!

Mais pourquoi avoir tant de porte-bébés dans un stash?

J’ai peut-être réussi à démystifier le prix du porte-bébé en lui-même, mais une autre question qu’on voit revenir encore plus souvent est « Pourquoi TANT de porte-bébés? » Sont-ils tous différents? Ont-ils différentes fonctions? Est-ce que tu as vraiment besoin de 12 PBB ? De 20?!? Plusieurs personnes trouvent utile d’avoir plus d’un porte-bébé, d’en avoir de différents types (écharpe/Mei Tai/préformé, mais ils n’ont pas tous la même utilité), de différentes tailles (mais on noue bien différemment avec 3 mètres de tissus qu’avec  5 mètres), de différentes couleurs (oui, mais papa refuse de porter la rose!).

S’il y a un talent que nos bébés ont tous, c’est bien de salir tout ce qu’ils touchent! Donc on voit aussi l’avantage d’avoir au moins un deuxième porte-bébé à utiliser quand le premier est dans le lavage. Possiblement d’en avoir un qu’on laisse dans l’auto. Et là, il se peut que papa préfère le préformé quand maman privilégie l’écharpe. Nous voilà déjà rendu à quatre!

12647830_10156489876770029_766515475_n
Mon stash … !

La meilleure comparaison qui puisse nous éclairer là dessus est un exemple que j’emprunte à Arie Ann Brentnall, la Directrice du Canadian Babywearing School. Elle évoque l’exemple de notre « collection » de souliers. La majorité d’entre nous reconnaîtrons que les situations où nous pouvons vivre aisément avec une seule et unique paire de souliers sont assez rares. Je ne connais personne qui n’ait pas au moins une paire d’espadrilles, une paire de bottes d’hiver et une paire de souliers tout-usage : différents outils pour différentes activités. Celles qui se le permettent se retrouveront avec quelques paires de souliers de différentes couleurs, question d’agencer avec leurs habits. Et ensuite, peut-être une paire de bottes de randonnée? Une paire de talons pour les occasions spéciales? Ça s’accumule vite! Enfin, n’oublions pas celles qui ont une garde-robe pleine de 20 paires ou plus… simplement pour le plaisir de collectionner les souliers. Ce qui revient à un point important : chacun son choix, son budget, sa décision.

La revente. Pourquoi des mamans revendent leurs porte-bébés pour plus cher que le prix de vente initial? Quelle audace!

Il y a un peu plus d’un an, ce n’était pas rare de voir des écharpes – les tissées main en particulier – se revendre pour 3x, 4x, 5x le prix initial. C’est un peu moins le cas dernièrement (les collectionneuses se lamentent de la chute du marché de revente). Mais même aujourd’hui, on voit quand même des mamans revendre pour plus cher. Ou revendre la journée même où elles reçoivent le porte-bébé. Et les critiques abondent : « Pourquoi cette maman revends pour plus cher, le porte-bébé que je pouvais à peine me payer au prix initial? Quelle insulte pour celles qui n’ont pas les moyens de le racheter en revente au prix marchand! » On regarde souvent de croche la maman qui revend son écharpe à 2 fois le prix de vente initial, mais on ne connait pas son histoire. Peut-être qu’elle a payé son Uppymama à la valeur marchande elle aussi? Peut-être que sa fournaise l’a lâchée et que la seule façon pour qu’elle puisse payer les réparations d’urgences sont de vendre son Kinderpack pour le meilleur prix possible? Et de toute façon c’est son porte-bébé à elle, et elle a le droit de demander ce qu’elle veut comme prix de vente, un point c’est tout. Si nous commençons à juger ce que les mamans font avec les items qui leur appartiennent, nous n’en finirons pas.

L’argument que nous voyons revenir souvent est « Oui, mais, porter son enfant, on le fait par amour pour son enfant. Que c’est donc grossier de profiter de cette belle expérience pour faire de l’argent. » Mais Ula, la créatrice derrière la marque Tula, elle fait quoi, vous pensez? Et Infantino? Et ErgoBaby? Et Lenny Lamb? Le portage, c’est l’expérience de porter son enfant. La Artipoppe Argus en laine de bison et chanvre organique, c’est l’outil avec lequel bébé est porté, un outil qui se vend, se revend, s’achète et s’échange au gré du marché. Ne jugeons pas trop vite une maman qui a la chance d’avoir cette Argus tant désirée juste parce que nous sommes déçues de ne pas pouvoir se payer la plus belle et la plus douces des écharpes…

Et pourquoi tant d’amertume quand on pose toutes ces questions?

J’ai récemment eu à trancher un débat entre les mamans qui demandaient « Pourquoi tu as tant d’écharpes? » et celles qui répondaient « Pourquoi tu me demandes pourquoi j’ai tant d’écharpes? ». Ce n’est souvent pas la maman qui pose la question qui veut partir le débat, mais c’est inévitable de voir quelqu’un répondre « Et bien moi, je trouve ça épouvantable de dépenser tant d’argent sur un bien tangible. » ou « Si t’as tant d’argent à dépenser, tu pourrais le donner à la charité. » Les jugements refoulent comme dans bien d’autres débats en lien avec le maternage.

Mais n’ignorons pas un fait important. Une maman qui a une grosse collection d’écharpes est très souvent une maman qui a beaucoup d’expérience en portage et qui a sans doute commencé à la même place que toutes celles qui comptaient leurs sous pour acheter leur première Chimparoo. Elle est probablement une porteuse avancée qui a beaucoup de connaissances et de bons conseils à donner. Tout comme les nouvelles mamans représentant la relève des porteuses, les collectionneuses d’expérience représentent une partie importante de notre communauté.

Et moi, si je choisi de pas payer si cher ou si je n’ai simplement pas les moyens, ça me laisse où?

À la même place que celle qui vient de se payer $800 pour son custom tissé main ou $1300 pour la Kokoro. La maman qui porte avec un mei tai Sash de Infantino porte son bébé avec autant d’amour que celle qui le fait avec une Woven Wings en laine de yak. La majorité des gros groupes de portage ont un fichier ou un document sur le portage à plus petit budget. Sur Facebook, le groupe « Canadian Babywearing il y a un fichier « Budget » dédié à la vente des porte-bébés en bas de $100, frais de poste inclus, et les groupes sur la confection des porte-bébés offrent les ressources nécessaires pour se faire un porte-bébé sécuritaire et conforme.

S’il y a un message à retenir de cet article, c’est que le portage est convenable pour tous les budgets.

Un petit mot encore : entre mamans, on se juge tellement sur les choix que l’on fait pour nos propres enfants et c’est tellement triste que ce soit le cas. Pourquoi papa se fait féliciter pour son nouveau système de son, tandis que maman ouvre son colis de fluff mail en cachette? Félicitons-nous, entre mamans, de faire ce choix pour notre famille, peu importe le porte-bébé avec lequel nous le faisons.

Marianne McKinnon, maman passionnée


L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu

Entrevue avec Korrig’Anne, artiste et illustratrice française

Entrevue avec Korrig’Anne, artiste et illustratrice française

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous présente chaque mois une/un artiste qui créait autour des thèmes de la maternité, de l’allaitement, de la parentalité et de féminité. En Juin, je vous parlais de Mélanie Auclair, une artiste Québécoise qui met son art à la portée de chacun en le transposant sur des supports originaux et variés.

Ce mois-ci j’ai le plaisir de vous faire découvrir ou redécouvrir Korrig’Anne, illustratrice française.

Korrig’Anne a 29 ans. Elle vit à Chartres, en France, avec son mari et ses 2 enfants. Entre 2012 et 2014, son congé parental l’a fait retomber dans le chaudron magique du dessin qu’elle avait mis de côté depuis plusieurs années. Si vous êtes adeptes des réseaux sociaux vous avez probablement vu passer ses créations dans votre fil de nouvelle. 

10687203_696134497144266_2159660174958288116_n
Illustration de Korrig’Anne pour mamawear

Quel est ton parcours artistique, comment as-tu commencé ?

J’ai toujours dessiné. Je suis née dans une famille dans laquelle l’art a beaucoup d’importance. J’ai passé mon enfance à voir ma maman peindre, dessiner au pastel sec, etc. Ma sœur et moi dessinions beaucoup aussi.

Je n’ai pas fait d’études d’art, je n’y ai même pas songé une seule fois. Je pense que je ne me trouvais pas suffisamment talentueuse pour penser une seconde à en faire mon métier. Cependant j’ai continué à dessiner et à progresser par moi-même. Je suis une illustratrice autodidacte.

Pourquoi Korrig’Anne ?

Les korrigans sont des petites créatures légendaires de Bretagne, comparable au lutin, j’ai fait un jeu de mot avec mon prénom.

Qu’est-ce qui t’a amené à travailler sur le thème de la maternité, de la parentalité ou de la femme ?

Tout naturellement, quand je suis devenue maman, c’est sur ce thème que j’ai dessiné. Ma maternité m’a bouleversée et tout ce qui s’y rapporte (allaitement, maternage, portage, éducation bienveillante…) m’a passionné (et continue encore de me passionner). Forcément, ce sont donc des mamans qui ont commencé à me suivre et à me passer commande. Et de fil en aiguille je suis donc devenue une illustratrice un peu spécialisée autour de tous ces thèmes.

 

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Ma vie personnelle. Tout ce que j’ai ressenti durant mes grossesses, mes accouchements, mes débuts de maternité et ce que je vis encore. Le début de la vie d’un petit être et le lien qui unit une maman à son enfant me prend aux tripes. C’est pourquoi quand on me commande des dessins, je sais sur quoi je dessine, je connais, je ressens tout cela.

Korrig’Anne présente ses créations sur différents supports permettant ainsi à son art d’être accessible à tous. Pour voir ses créations visitez sa Boutique en ligne.

 

En dehors de ton art, es-tu impliquée dans le domaine de la périnatalité ?

J’ai fait partie (pendant quelques de temps) de l’association « Les Blouses Roses » dont les bénévoles viennent dans les hôpitaux pour passer des temps de jeux avec les enfants hospitalisés. Je n’ai pas pu y rester car mon métier d’illustratrice ne m’en laisse pas le temps mais je pense qu’un jour j’y retournerai.

En 2011 j’ai créé la page/groupe« Allaiter les pieds sur Terre » sur Facebook. Un espace d’entraide et de soutien pour les mamans qui allaitent. J’y tiens beaucoup à ce petit espace car à l’époque où je l’ai créé, de plus en plus de mamans faisaient la compétition entre  celles qui prônaient l’allaitement long et les autres. Sur Allaiter les pieds sur Terre j’ai voulu que toutes les mamans puissent y trouver une place sans jugement. Chacune venait avec son histoire et ses choix.

allaiter-les-pieds-sur-terre

Quels sont tes projets en cours ou à venir pour 2016 ?

Sortir le premier livre de ma série « mes petites histoires bienveillantes » pour aborder les sujets inhérents à la petite enfance avec une approche bienveillante. Le premier tome « Marilou a peur du noir » sera mon livre test. S’il plait et qu’il reçoit un bon accueil, je poursuivra.

 

En 2016, j’ai collaboré au projet Le son du cordon lancé par Emilie Llamas, auteure-compositrice-interprète et fondatrice de Milivoiz. Ce livre-CD contient des chansons inspirées par la maternité ainsi que des illustrations originales de plusieurs artistes en lien avec la naissance. 

 

Un petit mot de Korrig’Anne : Merci ! Vraiment merci à ceux qui aiment et encouragent mon travail, car grâce à leur enthousiasme et leurs commandes que j’arrive à vivre de mon art et cela m’épanouis tellement. C’est grâce à eux que Korrig’Anne existe.

Merci à Maman Rebelle de m’avoir contactée pour cette interview et de me faire voyager virtuellement de l’autre côté de l’océan Atlantique 🙂


Pour voir toutes les nouveautés de Korrig’Anne, suivez-la sur sa page Facebook. Pour une commande spéciale ou pour toutes questions contactez-la via courriel / emailJe vous invite également à suivre son Blog.

Je tiens à remercier Korrig’Anne pour s’être prêtée au jeu de l’entrevue et pour sa gentillesse lors de nos échanges via Facebook.

signature fond bleu

Les porte-bébés : comment les différencier? – LES ÉCHARPES

Les porte-bébés : comment les différencier? – LES ÉCHARPES

Si vous êtes nouveau ou nouvelle dans le merveilleux «monde du portage», vous avez peut-être remarqué qu’il existe un nombre impressionnant (et un peu effrayant) de modèles et de marques de porte-bébés. Peut-être ne savez-vous carrément pas quelles en sont les différences et les avantages et inconvénients?! Laissez-moi donc vous éclairez un peu! Pour commencer cette série d’articles, je vous parle des écharpes de portage.

12650838_10153221979021879_2437276186012973234_n
Maïa et Magali ©Lyz Murray Photographie

L’écharpe extensible

Généralement faite de jersey de coton, l’écharpe extensible est une pièce de tissu rectangulaire d’environ 4,5 mètres de long, donc la particularité est l’élasticité de son tissu (tant en diagonale qu’à l’horizontal et à la verticale). Ce type d’écharpe est particulièrement apprécié lors des premières semaines de vie de l’enfant, à cause de sa facilité à s’ajuster au corps fragile du nouveau-né. Elle ne permet cependant que le portage au ventre, grâce à deux nouages : l’enveloppé croisé et le croisé enveloppé.

Bien qu’elle soit sécuritaire jusqu’à environ 35 lb en général, elle est rarement confortable au-delà des 15-20 lb, à cause de sa trop grande élasticité.

extensible
Écharpe extensible (ByKay Classic)

L’écharpe hybride

Ce type d’écharpe extensible, à la différence de la précédente, à des propriétés plus supportantes, notamment grâce à l’ajout d’élasthanne dans son procédé de tricotage. Cela lui confère une élasticité intéressante, mais un soutien beaucoup plus grand. L’écharpe hybride est aussi plus large que l’extensible et permet donc également le portage à la hanche et au dos, ce qui n’est pas possible avec l’extensible traditionnelle.
L’hybride supporte généralement un poids pouvant aller jusqu’à 35 lb et peut être utilisée avec les poupons comme avec les bambins.

hybride
Écharpe hybride (JPMBB Originale)

L’écharpe tissée

L’écharpe tissée est définitivement la plus versatile de toute. Constituée de différentes matières (selon la marque et le modèle; coton, lin, chanvre, bambou, soie, laine ou autres), elle est souvent offerte en différentes tailles (longueur) et parfois avec quelques centimètres de différence en largeur.

Comme l’écharpe hybride, elle permet d’effectuer des nouages au ventre, au dos et à la hanche, mais avec beaucoup plus de soutien et de versatilité, notamment à cause du fait qu’elle n’est extensible que très légèrement sur la diagonale. Elle peut être utilisée autant pour les nouveau-nés que pour les enfants d’âge scolaire et sa limite de poids maximal est souvent très élevée.

tissée
Écharpe tissée (Girasol)

L’écharpe ajustable ou Ring Sling

L’écharpe ajustable, aussi appelée Hamac à anneaux ou Ring Sling – Mieux connu sous son appellation anglaise, le Ring Sling est constitué d’un pan de tissu rectangulaire (souvent le même matériel que les écharpes tissées) au bout duquel est cousue une paire d’anneaux d’aluminium. On utilise donc le Ring Sling à la manière d’un sac en bandoulière, en faisant passer le tissu dans les anneaux pour le sécuriser et ainsi pouvoir porter l’enfant à la hanche.
Ce portage asymétrique très simple et rapide peut être utilisé autant avec les nouveau-nés que les plus vieux.

ring sling
Ring Sling (Sakura Bloom Pure Linen)

Les écharpes peuvent parfois sembler complexes, à cause de leurs nouages, mais un essai vous convaincra vite qu’il n’en est rien!

La versatilité de l’écharpe tissée, notamment, lui confère le titre de « Porte-bébé pour tous » par excellence, puisqu’elle s’adapte à tous les porteurs, tous les bébés, et tous les besoins!
Les nouages possibles (en écharpe tissée et hybride) sont tellement variés que les limites de leur utilisation sont difficiles à déterminées!

Et vous, quelle est votre écharpe coup-de-cœur?

Pour de l’aide concernant le choix d’un porte-bébé qui vous convient, c’est par ici!

D’ici-là, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires!

Cindy Larrivée, Consultante en portage (CBS)

Cindy Larrivée+logo.png

Un petit mot de Cindy : Avant tout, Maman de 3 enfants, dont des jumelles nées en 2014 et un grand garçon de 7 ans, tous trois ayant été portés, autant par papa que par maman! Le portage fait partie intégrante de mon quotidien et ce, tant au niveau professionnel que personnel.

Formée par la Canadian Babywearing School, je suis non seulement monitrice de portage, mais également l’une des co-fondatrices de Portagedouble.com, un site de référence francophone sur le portage ergonomique.  Je travaille également dans différentes sphères de l’industrie nord-américaine du portage.

C’est avec un immense plaisir et avec le soutien de ma partenaire de travail Mélanie, que je me joins à l’équipe de Cocoon Bien Naître, pour vous faire connaitre (ou découvrir) le merveilleux monde du portage ergonomique!


L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu

Les bienfaits du portage

Les bienfaits du portage

Le portage existe depuis le début de l’humanité.  Les scientifiques pensent que les nouveau-nés humains sont biologiquement programmés pour être portés jusqu’à ce qu’ils marchent et au-delà.  Par instinct, bébé et maman sont quasi-inséparables et prendre bébé dans les bras est le premier réflexe qu’on a pour calmer les pleurs. Le portage n’est qu’une extension pratique de ce mouvement et garde bébé à proximité, en contact peau-à-peau. Voici quelques bienfaits du portage cités dans la littérature scientifique et médicale.

Le portage est une extension des soins Mère Kangourou

On sait depuis années soixante que les soins Mère Kangourou, qui consiste à porter continuellement le nouveau-né sur la poitrine directement contre la peau, stabilisent les signes vitaux, calment et encouragent le développement des prématurés et grands prématurés. Depuis la dernière décennie, les mêmes bienfaits ont été démontrés chez les bébés nés à terme. Le portage est en quelque sorte une prolongation de la méthode Mère Kangourou.

Les bébés portés sont plus calmes et pleurent moins

Une étude datant de 1986 a comparé la durée des pleurs entre 2 groupes de bébés, portés et non portés. Il a été démontré que les bébés portés pleurent en moyenne 43% moins que les bébés non portés. Grâce à des mécanismes biologiques, un bébé porté pleure moins, est plus calme et passe plus de temps en vigilance calme (‘quiet alertness’ en anglais) ce qui est propice à l’apprentissage.

caroline et Félix
Caroline et Félix, Crédit photo Renée Ledoux, Photographe

Le portage stimule le développement du cerveau

On a récemment découvert la fonction de fibres nerveuses dans la moelle épinière appelées fibres CT-afférentes (ou fibres C-tactiles afférentes) qui transmettent la sensation de toucher léger sur le corps au cerveau. On parle ici de sensation de massage, d’être pris dans les bras, de câlins. On pense maintenant que les sensations transmises par ces fibres aident le développement social des jeunes bébés, d’où le concept de toucher social ou toucher affectif.   Le portage  stimule constamment ce toucher toucher affectif.

Un bébé porté en position verticale développe plus son système vestibulaire (d’équilibre) que s’il était constamment assis ou couché dans une bassinette. Le portage stimule aussi le développement musculaire et postural de bébé.

Il aide à stimuler l’allaitement et développer l’attachement maman/bébé

On sait que la sécrétion de l’hormone ocytocine, responsable de l’allaitement et de  la sensation de bien-être chez maman et bébé, est stimulée par le toucher et par le peau-à-peau, ce que le portage permet plus souvent et plus longtemps. De plus, on pense que les récepteurs tactiles qui stimuleraient l’allaitement  se trouvent sur la poitrine de maman. Par sa simple présence physique sur la poitrine de maman, bébé porté  encourage son allaitement.  L’ocytocine est aussi responsable de l’attachement maternel.

Marie-Pier Pelosse et Alexis Gratton, 8 mois 12 sur les photos
Marie-Pier et son fils Alexis. Crédit photo Renée Ledoux, Photographe

Il est un bon exercice pour maman

Le portage est un exercice physique en soi puisque souvent les bébés préfèrent un rythme de marche ou de balancement. En ayant les mains libres, Maman peut donc vaquer à ses occupations dans la maison et prendre des marches ou même faire de l’exercice léger tout en étant présente pour bébé.

Le portage soulage Bébé-reflux

Les bébés qui souffrent de reflux préfèrent souvent la position verticale, qui est la position physiologique recommandée en portage. Au lieu de dormir couché, ce qui peut lui être désagréable, bébé reflux peut dormir à la verticale sur la poitrine de maman et ainsi alléger la sensation de reflux.

C’est pratique!

Et finalement… bien sûr, le portage est pratique puisqu’il laisse les mains libres! On peut préparer ses aliments (sans pour autant exposer bébé en portage avant à la cuisinière chaude), faire et trier sa lessive, jouer au piano, faire du ménage léger, et s’occuper des autres enfants.  Attention! On recommande de faire en portage des activités qu’on ferait avec bébé dans les bras, sans plus. Donc éviter les sports ou activités à impacts, chutes possibles, ou haute vélocité. Pas de vélo, de course à pied, de ski de fond, de sports motorisés, de randonnée extrême, etc…

Bon portage!

Mai Anh Le Van. Monitrice de portage chez Mamasupial Montréal

May Anh + logo

Mai-Anh Le Van est monitrice de portage formée par la Canadian Babywearing School et maman de deux garçons qu’elle a portés depuis leur naissance. Coté professionnel, elle est aussi médecin omnipraticien et urgentologue.

Un petit mot de Mai-Anh : On pourrait penser que le portage faisait partie de mon ADN de par mes origines asiatiques, mais c’est en fait lors de missions humanitaires au Pérou pendant mes années d’étude, que j’ai vu des enfants portés par leur mère pour la première fois.  Par la suite, lors de missions en Afrique et plus particulièrement en République Démocratique du Congo avec Médecins Sans Frontières, j’ai vécu dans des villages où le portage était pratique quotidienne, reflet de ses origines anciennes.  Ce n’est que lorsque j’ai eu mes propres enfants que j’ai découvert les bienfaits physiologiques du portage, encore peu connus de la science et de la médecine moderne.  Avec Mamasupial Montréal, j’espère relier les mondes du portage et des professionnels de la santé, et aussi participer à la normalisation des normes de sécurité dans l’enseignement du portage afin que cet art ancien redevienne la norme plutôt que l’exception. 


Un petit mot de Maman Rebelle!

J’adresse un merci tout particulier à Marie-Pier Pelosse et son petit Alexis ainsi qu’à Caroline et son fils Félix qui ont partagé avec nous leurs beaux moments de portage ! Merci également à Renée Ledoux, Photographe qui m’a autorisée à diffuser son travail !

L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu


Références

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3517799

http://pediatrics.aappublications.org/content/113/4/858.short

http://www.scientificamerican.com/article/touch-s-social-significance-could-be-explained-by-unique-nerve-fibers/

http://www.askdrsears.com/topics/health-concerns/fussy-baby/baby-wearing/benefits-babywearing

http://blog.ergobaby.com/2010/11/oxytocin-and-your-baby/

La maternité vu par Gioia Albano, Artiste peintre originaire de Milan

La maternité vu par Gioia Albano, Artiste peintre originaire de Milan

En mars je vous présentais Adèle Blais et « ses femmes », ce mois-ci je vous invite à découvrir Gioia (Joy) Albano, une artiste peintre, née à Milan (Italie), qui propose des œuvres en lien avec l’allaitement, le maternage, le portage et la parentalité.

Gioia a toujours était passionnée par l’art. Néanmoins, en sortant des Beaux-Arts, elle est encore jeune et manque de confiance en elle. Elle laisse de côté la peinture pendant plusieurs années et s’essaye alors à différentes choses comme la photographie, le travail du bois ainsi qu’un peu de gravure. Elle enchaîne plusieurs emplois puis travaille pendant plus de 10 ans dans l’informatique.

Elle se remet à peindre en 2007, quelques mois après la naissance de sa première fille.

« La mère puissante créatrice se réveille enfin! »

il_570xN.652611856_6vjy

Elle voyage dans de nombreux pays, passe 4 ans au Danemark et après pas mal de déménagements  finit par arriver dans le sud de la France accompagnée de son mari et de leurs trois enfants. Elle y vit toujours actuellement.

Avec une petite famille à gérer, Gioia n’a pas le temps de tout faire et elle avoue travailler sur ses tableaux surtout la nuit lorsque les enfants sont endormis!

Gioia a toujours aimé peindre des femmes tantôt inspirée par une personne ayant croisée son chemin, parfois sortant de son imagination. Pour elle, la femme et son corps sont l’expression de la vie, de la beauté et forme le cercle que chacun entre nous dois accomplir dans la vie sur cette terre.

Par continuité et via son expérience personnelle, elle aime particulièrement représenter les différents aspects de la maternité comme la grossesse mais aussi la vie après l’accouchement ou encore l’allaitement, le co-dodo et le portage.

La maternité est devenue le thème fort de son art. Sa vie en général tourne beaucoup autour de ce thème d’ailleurs.

Gioia Albano pense que hélas l’art est souvent trop éloigné du grand public pour des motifs financiers et autres. C’est pour cette raison qu’elle tient à proposer son travail artistique en dehors des canaux officiels et essaye aussi de travailler avec différents supports et formats (bijoux en bois ou en résine, toiles, support bois, etc.)

Un petit mot de Gioia Albano : « Dans mon art j’ai mis en premier plan ce que j’ai vécu en tant que personne et comme maman avec tous les doutes et les questionnements mais en gardant toujours à l’esprit la beauté et l’unicité de ces moments partagé avec mes enfants. Mon art représente aussi à l’occasion  certains moments sombres par lesquels je suis passée.

Je pense que être un parent proximal peux aider à former des personnes plus sûres d’elles et capable de faire leur bout de chemin dans ce monde en étant meilleure. Plus j’avance en âge et plus je me dis que le trou existentielle de beaucoup des personnes est une cause majeure des malheurs de ce monde.

Je remercie Maman Rebelle pour cet article, j’aime toujours quand mon travail prend son envol vers d’autres pays où je n’ai pas encore posé physiquement mes pieds  😉 »

Pour en savoir plus le travail artistique de Gioia Albano, rejoignez-là sur sa page Facebook ou visitez son site Web et sa Boutique Etsy.

Je remercie Gioia pour m’avoir autorisé à vous présenter son travail et avoir pris le temps de me raconter son histoire! On s’enrichie tellement en allant à la rencontre de l’humain et en découvrant les passions qui l’animent! 

Connaissez-vous des artistes dont les œuvres sont en lien avec la féminité, la maternité ou la parentalité ? Faites les nous découvrir!

signature fond bleu

 

Les porte-bébés: comment les différencier!?

Les porte-bébés: comment les différencier!?

12647213_10153221977731879_2450101249879282061_n
Maïa et Magali ©Lyz Murray Photographie

Si vous êtes nouveau ou nouvelle dans le merveilleux «monde du portage», vous avez peut-être remarqué qu’il existe un nombre impressionnant (et un peu effrayant) de modèles et de marques de porte-bébés. Peut-être ne savez-vous carrément pas quelles en sont les différences et les avantages et inconvénients?! Laissez-moi donc vous éclairez un peu!

Les porte-bébés se différencient selon le mode de portage (ou «catégorie») auquel ils réfèrent. On peut donc déjà parler de quatre grandes «familles» :

  • les écharpes,
  • les porte-bébés asiatiques,
  • les porte-bébés à structure souple (communément appelés «préformés») et
  • les porte-bébés à armature rigide.

Les écharpes

Les écharpes sont (généralement) constituées uniquement de tissus et doivent être nouées ou sécurisées par des nœuds ou d’autres types de finitions sécuritaires, pour soutenir adéquatement bébé, dans différentes positions. Il est possible de porter au ventre, à la hanche et au dos avec certains types d’écharpes. On retrouve notamment dans cette catégorie l’écharpe extensible, l’écharpe hybride, l’écharpe tissée et le Ring Sling (écharpe ajustable à l’aide d’anneaux). On pourrait également y inclure les portages en écharpes traditionnelles tel que le Rebozo (Mexique), le Manta (Pérou) et le pagne (Afrique).

Les porte-bébés asiatiques

Les porte-bébés asiatiques sont constitués de différentes pièces de tissu, agencées entre elle dans le but de former un dossier (soutien principal du corps de l’enfant) et des courroies (bretelles, ceinture, etc.), qui devront être attachées ou nouées, pour sécuriser le portage. On peut généralement porter au ventre, à la hanche et au dos avec ce type de porte-bébé. Cette catégorie comprend les biens connus Mei Tai, mais également des modes de portage traditionnels moins connus, comme l’Onbuhimo et le Podeagi.

Les porte-bébés préformés

Les porte-bébés préformés sont constitués de pièces de tissu, parfois rembourrées, et agencées entre elle par des courroies et des coutures, afin de former trois pièces distinctes : un dossier, des bretelles et une ceinture, le tout s’attachant à l’aide de boucles de plastiques (clips). Il est possible de porter au ventre, à la hanche et au dos avec la plupart des modèles. Certains modèles permettent également de porter face vers le monde.

Les porte-bébés à armature rigide

Les porte-bébés à armature rigide sont faits de tiges de métal formant un «cadre» qui soutient ensemble différentes pièces de tissu, de façon à former un «siège» pour l’enfant. Ce type de porte-bébé ne permet généralement que le portage au dos.

pbb à armature
Porte-bébé à armature (Kelty Kids)

Comme vous le voyez, il existe une multitude de modèles, de marques et de catégories de porte-bébés, qui correspondent à différents et différents besoins, selon le porteur et son enfant. Chaque type de porte-bébé comporte ses avantages et ses inconvénients, et c’est pourquoi au cours des prochains articles, nous parlerons plus en détail de chaque catégorie de porte-bébé!

Pour de l’aide concernant le choix d’un porte-bébé qui vous convient, c’est par ici!

D’ici-là, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires!

Cindy Larrivée, Consultante en portage (CBS)

Cindy Larrivée+logo.png

 

Un petit mot de Cindy : Avant tout, Maman de 3 enfants, dont des jumelles nées en 2014 et un grand garçon de 7 ans, tous trois ayant été portés, autant par papa que par maman! Le portage fait partie intégrante de mon quotidien et ce, tant au niveau professionnel que personnel.

Formée par la Canadian Babywearing School, je suis non seulement monitrice de portage, mais également l’une des co-fondatrices de Portagedouble.com, un site de référence francophone sur le portage ergonomique.  Je travaille également dans différentes sphères de l’industrie nord-américaine du portage.

C’est avec un immense plaisir et avec le soutien de ma partenaire de travail Mélanie, que je me joins à l’équipe de Cocoon Bien Naître, pour vous faire connaitre (ou découvrir) le merveilleux monde du portage ergonomique!

 


L’ensemble des articles du blog peuvent être reproduits et partagés dans un but non lucratif. Merci de toujours inscrire les noms et prénoms de l’auteur ainsi que la source www.cocoonbiennaitre.wordpress.com lorsque vous partagez.

signature fond bleu